L’efficacité énergétique s’impose contre le réchauffement climatique 

Tandis que de plus en plus d’observateurs mettent en doute la capacité de la COP21 à obtenir des résultats significatifs, l’efficacité énergétique, pilier de la transition énergétique, enregistre de notables progrès, tant du côté des politiques publiques que des groupes industriels, qui mettent en avant leurs solutions.

Rédigé par Stephen Boucher, le 10 Jun 2015, à 15 h 23 min

Longtemps considéré comme le parent pauvre des politiques publiques, l’efficacité énergétique semble enfin trouver grâce aux yeux des responsables politiques.

L’efficacité énergétique, nouvelle star des politiques

En France, le Président François Hollande s’est fixé pour objectif de diminuer la consommation énergétique de 50 % d’ici 2050. Qui plus est, dans le plan national d’action en matière d’efficacité énergétique (PNAEE 2014) communiqué à la Commission européenne, le gouvernement s’est engagé à réduire la consommation d’énergie finale et la consommation d’énergie primaire dans la perspective d’améliorer de 20 % l’efficacité énergétique de l’UE d’ici 2020.

ampoules efficacité énergétique

Sur Twitter, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron a récemment confirmé la participation de la Banque Européenne d’Investissement à un projet en faveur de l’efficacité énergétique des logements. L’institution financière européenne prévoit, avec le plan du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, de mobiliser 400 millions d’euros pour soutenir une partie des travaux.

A Bruxelles, l’efficacité énergétique apparaît aujourd’hui comme « une dépense séduisante » car elle sert conjointement des intérêts sociaux (réduction de la facture énergétique), des intérêts écologiques (lutte contre le réchauffement climatique) et des intérêts économiques (réduction du déficit énergétique).

D’ailleurs, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) notait fin 2014, que le financement de l’efficacité énergétique bénéficiait désormais d’une « participation active des banques publiques : 16 milliards d’euros pour la banque d’investissement allemande KfW, 2,1 milliards d’euros par la banque européenne (BEI) ou encore 453 millions d’euros de la part de la Caisse des Dépôts (CDC) en France ». Toutefois, dans le World Economic Outlook 2015 publié le …, l’AIE déplorait aussi que l’industrie des hydrocarbures touche quatre fois plus de financements publics que les solutions écologiquement responsables.

L’efficacité énergétique dérange : c’est le signe qu’on en parle !

Dans le journal L’Humanité, même si la CGT veut défendre la solution de l’efficacité énergétique, la centrale syndicale s’inquiète de la multiplication des dispositifs de financement et affirme que « le risque est majeur de créer des bulles spéculatives pour les entreprises privées, très loin de la réponse aux besoins des populations ». Reste de productivisme inconsidéré ? Au regard du développement du phénomène de la précarité énergétique – 2 millions de logements en souffrent en France seulement -, chaque économie réalisée sur la facture des ménages contribue à améliorer directement la qualité et le niveau de vie des ménages.

efficacité énergétique lave vaisselle

Enfin, l’association de consommateurs UFC Que Choisir est également critique à l’égard de l’efficacité énergétique. Son Président, Alain Bazot dénonce notamment une « inadéquation entre les besoins du consommateur et l’offre des professionnels ». Pour l’expliquer, il évoque « une formation RGE caricaturale et trop théorique assortie d’un contrôle hypothétique tous les quatre ans qui n’a rien de pédagogique ». Raison de plus pour que les politiques publiques investissent ce domaine.

Urgence climatique, efficacité énergétique et optimisme des entreprises

A moins de 200 jours du grand sommet pour le climat qui aura lieu cet hiver dans la capitale française, la société civile s’inquiète des avancées trop timides. Alors que 193 pays s’étaient engagés en 2013 à afficher leur ambition climatique pour la période post-2020 « bien en amont de la conférence Paris climat », seuls 39 partenaires ont aujourd’hui fait connaitre leur stratégie. Cependant à l’UNESCO, on restait optimiste lors de l’organisation du Business and Climate Summit qui s’est tenu les 20-21 mai 2015 à Paris.

Ce rassemblement avait pour objectif « de faire entendre les propositions du monde économique sur le climat auprès des décideurs politiques ». Pour Claire Tutenuit, déléguée générale de l’association Entreprises pour l’Environnement (EpE), « la transition énergétique est possible sans compromettre la croissance économique et le développement ». Et l’organisateur de la manifestation, Mark Kenber, rappelait que pour atteindre ce double objectif, « les entreprises ont besoin d’un encouragement pour l’efficacité énergétique, que ce soit dans les investissements ou les technologies ».

Or, les entreprises s’impliquent dans l’efficacité énergétique et en France est de plus en plus concurrentiel. D’après le journal Les Echos, il serait actuellement « dominé par Cofely (Engie, ex-GDF Suez), Dalkia (EDF), Vinci Energies et Bouygues Energies & Services », les grands groupes énergétiques s’intéressant désormais activement au marché de l’efficacité énergétique.

Bonne nouvelle, l’efficacité énergétique n’a pas fini de déranger certains, et de nous arranger tous.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Il faut se méfier des illusions, une fois de plus, l’efficacité énergétique devrait être corrélée avec la rentabilité financière, en particulier pour nos finances publiques.
    Exemple: est-il plus utile d’investir dans la sur-isolation d’une maison ou l’isolation d’un vieil immeuble ?
    La RT 2012 impose un surcoût impossible à amortir qui renchérit inutilement le coût de la construction, car économiser 200 € de chauffage pour 20 000 € à 30 000 € d’investissement est un non sens; le pire c’est que le gouvernement prépare la réglementation pour que les maisons produisent de l’énergie !
    C’est le délire du non raisonnement et des illusions ruineuses, du même style que les panneaux photo-voltaïques qui enrichissent les installateurs, les clients opportunistes et les fabricants chinois, aux frais des consommateurs d’électricité, pour produire une énergie hors de prix aux moments où on en a le moins besoin !
    Avant toute chose, analysez objectivement et réfléchissez avant d’agir, sinon on va finir comme les Grecs, avec plein de fric dilapidé !

Moi aussi je donne mon avis