Invention géniale : un nouveau revêtement isolant et climatisant pour les fenêtres !

En Australie, une équipe de chercheurs vient de mettre au point un revêtement nec plus ultra pour les fenêtres. Sa particularité : il ne laisse pas passer les rayons infrarouges du soleil et donc la chaleur, et en hiver il se transforme en une fine couche de métal, empêchant les déperditions d’énergie.

Rédigé par Anton Kunin, le 2 Mar 2018, à 10 h 30 min

Selon ses inventeurs, comparé au double vitrage traditionnel, ce revêtement a une efficacité énergétique supérieure de 70 % en été et de 45 % en hiver.

Des bâtiments adaptables à la température extérieure : le rêve est enfin devenu réalité

C’est un revêtement pour vitres 1.000 fois plus fin qu’un cheveu humain, capable de réguler la température à l’intérieur d’un bâtiment et d’induire des économies considérables pour les propriétaires de logements que vient d’inventer Madhu Bhaskaran et ses collègues de l’Université RMIT, en Australie. Selon la scientifique, il s’agit d’une avancée qui permettra à l’humanité d’anticiper ses besoins énergétiques futurs et de concevoir des bâtiments adaptables à la température ambiante.

« Nous rendons possible la fabrication de fenêtres intelligentes qui bloquent la chaleur en été et la retiennent à l’intérieur lorsque les températures descendent. Notre technologie permettra de réduire le coût de l’air conditionné et du chauffage, de même que réduire l’empreinte carbone des bâtiments de toutes tailles », a-t-elle déclaré à Phys.org.

revêtement de fenêtres

L’Empire State Building à New-York et ses innombrables fenêtres © Manuel Hurtado

Revêtement en dioxyde de vanadium : des possibilités d’économies considérables

Selon l’équipe de chercheurs, une technologie similaire (bien que moins efficace) est déjà utilisée à l’Empire State Building de New York, grâce à laquelle ce gratte-ciel emblématique a économisé l’équivalent de 2 millions d’euros de frais de climatisation et de chauffage sur un an. Ses émissions de CO2 ont également baissé de 4.000 tonnes métriques.

Le revêtement inventé par Madhu Bhaskaran et ses collègues a été créé à base de dioxyde de vanadium et a une épaisseur de 50 à 150 nanomètres. Ce revêtement reste transparent pour l’oeil humain mais est complètement opaque pour les rayons infra-rouges qui véhiculent la chaleur.

À titre de comparaison, les vitres électro-chromatiques ne présentent pas cet avantage puisque leur teinte se modifie. Et si jamais la régulation automatique ne satisfait pas le propriétaire, il a le choix d’ajuster les paramètres de ce revêtement grâce à un interrupteur.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour, Si c’est fin comme un cheveu, ça ne peut agir que sur le rayonnement.

    Et on l’emploie comment ce produit ? On le met sur les vitres ?

    Si ça empêche le passage des rayons solaires l’été, il en sera de même l’hiver… et là ça pose problème. Il est bon de profiter de la chaleur du soleil l’hiver, ça permet des économies d’énergie.

    Le problème des différents produits pour « l’économie d’énergie », c’est qu’il faut gérer aussi bien le froid que le chaud.

  2. A lire cet article, c’est une innovation technique sans précédent mais qu’en est-il des risques avec les composés de dioxyde de vanadium ? Rien dans l’article !
    On utilise des produits sans se poser trop de questions, à part sur les avantages, et on se rend compte des années après qu’il y a de graves inconvénients mais il est trop tard, l’industrie à pris trop de poids dans l’affaire !

Moi aussi je donne mon avis