EDF : les parcs éoliens devront attendre

Les trois parcs éoliens flottants, dont la construction a été attribuée à EDF en 2012, ne seront pas opérationnels avant 2021-2022.

Rédigé par Anton Kunin, le 23 Nov 2016, à 11 h 30 min

La mise en service sera retardée du fait de recours déposés par des opposants à l’énergie éolienne et des écologistes. EDF évalue le rallongement des délais dû à ces recours à une année supplémentaire, par rapport aux délais de mise en service prévus initialement.

Une décision avant fin 2017

Les recours concernent les projets de trois parcs éoliens offshore : un au large de Fécamp (Seine-Maritime), un second au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et un troisième dans la Manche, à Courseulles-sur-Mer (Calvados). Ils ont été attribués à EDF en 2012, lors d’un appel d’offres national. La puissance cumulée de ces trois installations devrait être de 1.428 mégawatts, soit la consommation annuelle de 285 ménages.

Il n’y aura rien avant 2020 !
a précisé Béatrice Buffon, directrice générale adjointe d'EDF en charge des activités maritimes, lors d'une rencontre avec la presse.

 

Ces parcs ont obtenu cette année le feu vert des préfectures concernées pour pouvoir lancer les chantiers, mais ces arrêtés préfectoraux ont été attaqués par des associations anti-éolien et écologistes, qui critiquent notamment l’impact visuel des éoliennes, ainsi que sur le milieu marin et la sécurité des navires. La décision de la cour administrative d’appel de Nantes, seule compétente dans ce domaine, est attendue au plus tôt à l’été 2017. EDf, éoliennes, mer

Une source d’énergie bon marché

L’énergie éolienne est pourtant une source d’énergie renouvelable et bon marché. Ces dernières décennies, l’efficacité des tribunes a sensiblement augmenté, et les coûts des matériaux ont baissé. Entre 2009 et 2015, la coût de cette source énergie a chuté de 58 %, d’après McKinsey. Et ce processus devrait se poursuivre : d’ici 2050, l’Agence internationale de l’énergie prévoit une baisse des coûts de 25 % pour les éoliennes terrestres et de 45 % pour les éoliennes offshore.

Pour en savoir plus, découvrez 8 graphiques qui montrent la progression fulgurante des énergies renouvelables

2,6 % seulement de l’électricité générée dans le monde l’est aujourd’hui par des éoliennes, un chiffre qui devrait atteindre les 18 % à l’horizon 2050, d’après l’Agence internationale de l’énergie. Plus près de chez nous, à l’horizon 2020, l’Union européenne a d’ores et déjà fixé l’objectif de générer 785 térawatts d’électricité de source renouvelable, dont 485 térawatts par l’éolien, sur une production électrique totale de l’EU de 3.500 térawatts.

Avec un total de 485 turbines disséminées sur 77 parcs, la France est aujourd’hui le quatrième pays européen en termes d’installations de parcs éoliens. L’énergie éolienne française a également été source de 12.520 emplois en 2014.

Illustration bannière : Éolienne en mer – © Tony Moran Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. « 1.428 mégawatts, soit la consommation annuelle de 285 ménages »
    coquille !! ça décrédibilise direct l’éolien une telle erreur !!

    • Il faudrait plutot anno^ncer la production annuelle estimée en TéraWh et alors là, la rapporter à la conso moyenne annuelle d’un foyer français, de l’ordre de 5000 à 10000 KWh… et ça devrait plus juste 😉

Moi aussi je donne mon avis