Les éoliennes ne tuent pas les oiseaux !

Rédigé par Consoglobe, le 27 juil 2015, à 23 h 18 min
Les éoliennes ne tuent pas les oiseaux !

Antienne des anti-éoliennes : les éoliennes tueraient – massivement – les oiseaux. Question importante que se posent aussi nos lecteurs, telle Marcelle, de Nantes : « dans quelle mesure les éoliennes nuisent-elles à la faune, et aux oiseaux en particulier ? »

Quand on allumera la lumière en 2020, une grande partie de l’électricité proviendra des énergies renouvelables et donc des éoliennes. C’est le sens des orientations officielles et européennes qui prévoit 20 % d’énergie verte d’ici-là, tandis que la récente loi française sur la transition énergétique prévoit 32 % d’ici 2030. Dans le ‘mix’, l’éolien a le vent en poupe et les craintes doivent être dissipées : non, les éoliennes ne tuent pas les oiseaux.

Les oiseaux tués, un argument classique des anti-éoliennes

En anglais, on appelle ça le syndrome NIMBY, pour Not-in-my-Backyard, ou « pas dans mon jardin » : le fait que les gens (nous) ne veulent pas voir de nouveaux équipements, même utiles au bien public, s’installer près de chez eux. Ce syndrome du « d’accord, mais pas chez moi » touche particulièrement les éoliennes : trop bruyantes disent les uns, disgracieuses et néfastes à la vue disent les autres, ou encore trop dangereuses. De fait, les chiffres auraient, pour le non averti, de quoi faire peur : pour une éolienne de 170 mètres de haut, la vitesse des lames en bout de pale, peut atteindre 270 km/h.

Deux poids, deux mesures

Mais d’amas d’oiseaux en bas de mât d’éolienne vous ne verrez heureusement point : selon l’Ademe, les éoliennes ne tuent en Europe, en moyenne, par pylône et par an, qu’entre 0,4 et 1,2 oiseau chacune.

Soit bien moins que l’hécatombe causée par les lignes électriques ou les immeubles par exemple : une étude a ainsi estimé la mortalité des oiseaux aux Pays-Bas à 163-217 décès par kilomètre de ligne électrique à haute tension !(11). Selon les mêmes auteurs, l’estimation de la mortalité serait de 130 et 174 millions d’oiseaux par an par les lignes à haute tension aux États-Unis. Étonnant que les amoureux de l’avifaune se préoccupe des mâts d’éoliennes qui cachent la forêt des pylônes électriques, vous ne trouvez pas ?

Dangereuses les éoliennes ?

oiseaux éoliennes mort

Oiseaux et éoliennes © Shutterstock

Certes, les éoliennes sont responsables d’une certaine mortalité d’oiseaux et de chauves-souris. Les impacts des parcs éoliens sur la faune sont de trois types : mortalité par collision, dérangement, perte d’habitat, et sont variables en fonction des espèces, saisons, milieux, et taille des parcs éoliens.

Albert Manville, un célèbre ornithologue américain, affirme ainsi que quelque 440.000 oiseaux seraient tués au total par les éoliennes aux États-Unis chaque année. Mais comme le note lui-même ce défenseur de l’environnement, ce nombre est à relativiser au regard des dizaines ee milliards d’oiseaux qui traversent les États-Unis chaque année. Les oiseaux se trouvent emprunter les courants éoliens les plus forts et donc les favorables à la production d’énergie éolienne. Mais la menace représentée par les éoliennes serait bien plus faible que celle générée par l’utilisation massive des carburants fossiles, avec leur lot de conséquences plus ou moins directes sur la mortalité des oiseaux (pollution atmosphérique, et changements climatiques), ainsi que d’autres perturbations humaines à l’habitat de l’avifaune.

La disparition de l’habitat naturel, premier danger pour les oiseaux

Mortalité des oiseaux et gratte-ciel

oiseaux éoliennes mort

Oiseaux et éoliennes © Shutterstock

Le phénomène est peu visible mais massif : selon Daniel Klem, professeur d’ornithologie et de biologie américain, après une étude menée en 2009 sur 75 sites de Manhattan à New-York, un milliard d’oiseaux meurent à cause de collision avec une surface vitrée d’immeuble. Le traumatisme crânien qui en résulte est mortel une fois sur deux.

Il n’y aurait pas de configuration architecturale sans risque pour les oiseaux : « les oiseaux ne peuvent tout simplement pas voir les surfaces vitrées comme des barrières à éviter ».

Réduire les éclairages la nuit permet de réduire les confusions avec les étoiles et la lune et donc réduire les collisions et les morts d’oiseaux. Une raison de plus de lutter contre l’éclairage des bureaux la nuit.

Chaque seconde 32 oiseaux meurent, victimes d’une collision avec un gratte-ciel ou un immeuble rien qu’aux Etats-Unis. Les surfaces vitrées d’immeuble sont la deuxième cause de mortalité des oiseaux après la destruction des habitats.

Les éoliennes moins menaçantes que les autres énergies

oiseaux éoliennes mort

Oiseaux et éoliennes © Shutterstock

Sans nier les risques des éoliennes pour les oiseaux, il faut noter qu’elles pâtissent de leur réputation en comparaison d’autres sources d’énergies, fossiles notamment, pourtant bien plus nocives et responsables de la mort de plus d’animaux.

Une étude américaine récente, Comparaison des effets signalés et des risques pour la faune vertébrée - qui semble être la seule étude comparative de la production d’électricité présentant un risque de mortalité pour la faune – conclut que, grâce aux émissions de dioxyde de soufre, d’oxyde d’azote, de dioxyde de carbone et de mercure, les centrales au charbon tuent bien plus d’animaux que les éoliennes.

Par ailleurs, il faut rappeler que bien d’autres facteurs humains tuent les chauves-souris et les oiseaux : aéroports et avions, plates-formes pétrolières, tours de refroidissement, grattes-ciel, animaux domestiques, chasse.

oiseaux éoliennes mort

Oiseaux et éoliennes © Shutterstock

  • On estime ainsi que la chasse tue plusieurs millions d’oiseaux chaque année.
  • Les chats domestiques sont une cause majeure de mortalité pour les oiseaux comme le montre une étude menée aux Etats-Unis : 1,4 à 3,7 milliard d’oiseaux tués aux États-Unis chaque année par les animaux domestiques se promenant dans la nature !(3).

Comme les chauves-souris volent rarement sur l’océan, les éoliennes offshore ont un effet négligeable sur leur mortalité. Globalement les éoliennes offshore semblent également causer une très faible mortalité des oiseaux.

Au Danemark, la ferme éolienne Nysted Offshore Wind Farm, a été été construite sur une voie de migration de canards sauvage. Pourtant, la mortalité de ceux-ci est très basse, chaque tour éolienne tue “seulement” 1,2 oiseau par an.

Page suivante : le progrès technique au secours de l’avifaune

illustration : Oiseaux et éoliennes © Shutterstock

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !



34 commentaires Donnez votre avis
  1. Quoi qu’on fasse, il y a toujours des mecontents et des raleurs, c’est incroyable.
    Perso j’aime bien les eoliennes, je trouve qu’elles ont un certain cote majestueux :)

  2. Il est vrai qu’une éolienne ne massacre pas les oiseaux. Mais jusqu’à aujourd’hui, les éoliennes n’existaient pas et du fait, la mortalité qu’elles engendrent est en plus. Une grande partie d’entre elles est construite dans les voies de migration (cols et vents) et est-ce aux pieds de celles ci que l’on fait les relevés ?
    il faut aussi savoir que les contrôles de mortalité se font bêtement en allant compter une fois par mois les cadavres d’oiseaux ou de chauve-souris sous les pylônes (budget oblige !). On oublie facilement que 80% de ces cadavres on été emportés par des prédateurs qui trouvent là une source de nourriture gratuite.
    Les éoliennes fourniront à terme une partie non négligeable de notre énergie mais est-ce une raison pour les construire n’importe où, au détriment de la nature. En les éloignant au maximum des habitations on les rapproche de la pure nature. Et mettre sur le dos des habitants (bruit…) cet éloignement n’est pas très fair-play. On sait aussi que si elles tombent, ce ne sera pas les mêmes dégâts.
    De plus, personne n’a vraiment chiffré le coût exact d’une éolienne. Est-ce vraiment rentable ?
    – l’impact sur la faune et la flore locales.
    – la mise en place et l’élimination en fin de vie du socle de béton de fondation (400m3 ?)
    – la création de routes d’accès grand gabarit et l’entretien de ces vois pour transporter les éléments
    – le transport de l’électricité en souterrain jusqu’au point de raccordement souvent situer à des km…
    – la fabrication et le recyclage (coût CO2) de ces engins en matériaux composites de haute technologie
    – l’entretient de ces grosses mécaniques
    – l’intégration dans le paysage en ligne de crêtes (pas pire que les pylônes haute tension mais est-ce une raison ?)
    – le temps de fonctionnement en fonction des vents (les mesures préalables faites par les constructeurs sont elles vraiment fiables à partir du moment où plusieurs millions sont en jeux pour eux ?)
    Tout ça pour qu’une commune de 300 habitants profite des subsides (ridicules) générés et puissent rénover sa salle des fête !
    Il c’est dit, dans des milieux autorisés, ou pas, que les éoliennes permettraient de boucher le trou énergétique qui va se produire entre la production de nos centrales en fin de vie et la demande toujours croissante. Cela permettrai à tout un chacun de continuer à consommer n’importe comment mais pourvu qu’il n’y ai pas de contrainte…
    Il vaudrai peut être revenir sur ce concept d’énergie gratuite à profusion et se rendre compte que ce n’est pas en consommant plus qu’on est plus heureux

  3. C’est fou ce que certains peuvent avoir d’idées préconçues (SANS AUCUNE VÉRIFICATION) !… Les détrac(t)eurs ont l’habitude d’argumenter que les éoliennes FONT DU BRUIT… Plutôt que de dire n’importe quoi, je suis allé plusieurs fois (circonstances atmosphériques différentes) près et jusqu’au pied-même des éoliennes installées à quelques km de chez moi, et je défie quelqu’un de mesurer le bruit que FERAIENT ces hélices ! Bien sûr, par grand vent, on entend UN PEU de bruit, mais le vent dans les arbres en fait beaucoup plus… Quand je pense qu’un habitant du village d’à côté se plaint des engins distants de plus d’un km de sa maison, au point de lui occasionner des problèmes de santé! Bon, moi je veux bien, mais alors qu’on VÉRIFIE les dires, et par des mesures objectives, s.v.p. Perso je suis certain que les lignes électriques à haute tension sont réellement nocives, celles-là. Mais qui s’en soucie encore ?…

  4. Un article rédigé le 27 juillet 2015 avec des commentaires et réactions qui datent d’octobre 2009 si cet article n’est pas du réchauffé il faudra me prouver le contraire!!!!

  5. Eh ben on s’en fou des éoliennes, les licornes c’est mieux !!!!

  6. <3

  7. C koi une eolienne ?

  8. +je ne suis pas contrer les projets éoliens , je pense que c’est une énergie que je préfère proche de ma maison plutôt qu’une centrale nucléaire: on a besoin d’énergie et il faut donc en trouver !!! on ne va pas revenir au temps ou il n’y avait pas d’électricité!!(j’ai connu , j’ai 60 ans mais dans mon enfance , on s’éclairait à la lampe à pétrole , les femmes lavaient le linge à la main,pas de douche, repassage avec des fers en fonte!!!!!!etc au sujet des oiseaux bien sur il vaudrait des études sérieuses quand à la véracité , des oiseaux viennent parfois se cogner sur mes fenètres , ainsi que sur mon pare-brise lorsque je conduis et nos braves amis chasseurs , combien en exterminent-ils par an, nos petits compagnons les chats aussi devons interdire tout cela,? je suis pourtant une fervente défenseuse de la cause animale mais je pense qu’il vaut avancer et que tout cela n’est pas très logique : à côté des centrales nucléaires aussi à cause des vapeurs rejetéees il y a des impacts sur la faune et la flore et les maisons voient leur prix diminué!!et les zones industrilles n’ont -elles pas d’impact sur l’écosystème. devons revenir 300 ans en arrière !!! beaucoup d’enjeux économiques ds tout cela, il y a un parc éoliens pas loin de ma maison et je n’ai pas vu ce genre de désagrément je pense même qu’une petite éolienne individuelle dans les endroits venteux doit être une bonne solution en économie d’énergie

  9. Stop à la désinformation. En premier lieu la LPO travaille en partenariat avec les professionnel de l’éolien pour préserver la diversité, ce qui est le cas en France.

    Les éoliennes ont un impact minime sur les oiseaux. Les études européennes (dont l’étude de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage) font état d’une moyenne de 0,4 à 1,3 oiseau tué par éolienne et par an, un chiffre très faible par rapport aux dommages causés par la circulation routière, les pylônes électriques, les lignes à haute tension ou encore les baies vitrées (Cf AFP – 7 décembre 2004). Par exemple, les chasseurs ou les buldings tuent chaque année plusieurs millions d’oiseaux. De très nombreuses études ont d’ailleurs été menées à travers le monde autour des parcs éoliens pour analyser leur impact sur les oiseaux. Elles démontrent dans leur immense majorité que la mortalité des oiseaux est faible à très faible. Les études d’impacts sur la faune avicole sont devenus un réflexe dans le choix des sites et dans l’agencement des éoliennes afin de respecter au mieux les oiseaux. La Ligue de Protection des Oiseaux est d’ailleurs particulièrement attentive au développement de l’éolien en France et s’est associe entre autre à France Énergie Éolienne (eolien-biodiversite.com/) afin que l’implantation d’éoliennes se fasse dans le respect de la biodiversité.

    Ainsi les principales recommandation sont : éloigner les turbines de tout site potentiellement attractif pour les oiseaux et notamment dans les zones humides, des axes migratoires importants, de la proximité de colonies de reproduction et des aires d’alimentation. En ce qui concerne les parcs éoliens off- shore, il est recommandé de les placer à au moins un kilomètre de colonies importantes dans le cas des mouettes et à au moins 200 m pour les autres oiseaux marins.

    Aujourd’ hui la mortalité liée aux éoliennes est donc incomparable avec celle liée à la circulation routière, aux lignes électriques, aux baies vitrées, à la chasse, aux pesticides et insecticides, aux marées noires ou à la disparition des milieux favorables aux oiseaux . Les dernières études en date révèlent même que les risques pendant l’exploitation d’un parc, s’il est bien situé, sont insignifiants. (Royal Society for the Protection of Birds, Royal Scottish Natural Heritage, British Trust for Onithology.). Il faut donc être particulièrement attentif quant au choix du site.

  10. Quand je lis ”Quand on allumera la lumière en 2020, une grande partie proviendra des énergies renouvelables et donc des éoliennes”. Pour moi c’est un rêve d’écolo attardé, pouvez nous rappeler le pourcentage produit pas ces moulins à vent, qui ne produisent que 30% du temps, c’est pas avec ça que vous allez faire rouler tous les TGV à 300KM/H car la production verte photovoltaïque et éolien ne suffira même pas à assurer seulement le quart de notre propre éclairage, et à condition d’avoir du soleil (la nuit c’est pas gagné) et du vent, plus nous aurons d’énergie de ce genre plus il nous faudra de centrales de remplacement, pour palier au manque de production de ces énergies renouvelables, et ça nos braves écolos n’en parlent pas, nous feront comme nos amis Allemands nous construirons de centrales à charbon et la pollution avec…. le nucléaire étant bannis.

  11. C’est marrant, quand on parle d’éoliennes, le débat fait rage.
    Pour les oiseaux, il faut d’abord :
    – Supprimer les chats
    – Supprimer les voitures
    – Supprimer les chasseurs
    – Supprimer les immeubles
    – Supprimer les avions
    – Supprimer les autres centrales

    Enfin, il faut supprimer les éoliennes. Messieurs les opposants, pourquoi voulez vous supprimer en premier ce qui fait le moins mal ? Parce que votre voiture est pratique pour aller faire vos courses et que votre chat est calin !

    • Oui la première cause de mortalité des oiseaux est le chat. Les éoliennes arrivent en 10eme position.

  12. dommage pour ces petit creatures

  13. ce quil faudrait c’est quil enleve le éoliennes c’est tout il n’y a pas plus dur.

  14. Les réactions précédentes sont justes, mais il faut remttere cette histoire d’oiseaux et d’éoliennes dans une vision plus large du problème de disparition de bien des espèces avicoles. Et là, on va se rendre compte que le problème est lié aux pesticides agricoles, aux lignes THT, etc … Pas aux éoliennes … J’ai trouvé sur de liens des données intéressantes sur la mortalité des oiseaux tués par le slignes THT .. Et là, cela est effrayant, mais personne ne fait vraiment d’article sur cette question.

    http://www.consoglobe.com/eoliennes-tuent-oiseaux-3617-cg
    eoliennes et oiseaux

  15. Une honte de vouloir cacher la vérité et le vrai visage de l’éolien et ses promenteurs se chargent,pour de l’argent évidemment,de transformer la vérité: car en effet il y a bien des risques de santé pour l’homme(voir commentaire de l’académie de médecine )le bruit engendré par les pâles;une éolienne fait 150 mètres de haut et entre parenthèses un pourcentage d’efficacité minuscule par rapport aux chiffres avancés par les gens qui veulent à tout prix les vendre;la flore la faûne ils s’en balancent et même si il n’y a pas de vent ils s’en balancent quand même,les villages qui se trouvent à proximité se meurent les habitants voient leur
    maisons dévaluées voir invendables.aujourd’hui sur france 5 une émission sur les chauves-souris que malheureusement j’ai regardé à la fin,les scientifiques crient à la disparition de cet animal(un petit par couple et par/an)mais 4000 sont tués par une seule éolienne;lorsque l’on sait que ces animaux sont indispensables pour régulariser l’agriculture!! elle est belle l’écologie,il faudrait qu’il n’y est plus de pesticides mais on tue le seul animal capable de manger les insectes aussi efficacement.Il faut savoir que la durée de vie d’une éolienne est d’environ 15 ans mais que les 300 tonnes de béton qui se trouvent sous chaque éolienne lui reste durable c’est chouette non? et pour finir on paiera la facture d’électricité toujours plus chère.Je vous conseille de lire les vrais articles sur les éoliennes parce que je n’en ai dit qu’une infime partie.

    ces promenteurs

    • Meurs,Dames les écolos bobos,avant de vous cabrer devant toute forme de production électrique(qui,vous le savez sera toujours plus demandée,prennez la peine d’aller voir un champ d’éoliènnes,d’abord au pied d’un pylonne,puis a 300 Mtres,distance minimum requise par rapport a une habitation.Et vous constaterez par vous mème le peu de nuisance sonore.J’ai personnellement fait l’expérience,a deux endroits différends:aucun problème pour parler et se comprendre sans “élever”la voix.Alors,vérifiez,et n’écoutez plus les bobards.

  16. c’est l’égoïsme humain qui est visible ici
    “ça tu des oiseau … bah … on s’en fou, ça tu pas d’humains”
    belle mentalité des écolos !!!

    • pardon pour les fautes d’orthographe
      (“tue”)

    • Il n’y a pas que “tue”! Relisez-vous car on ne comprend pas grand-chose de ce qui est écrit…

  17. Où est le problème?

    On comprend seulement pourquoi les “écolos” et les associations dites de protection de l’environnement sont pour l’éolien.

    Cela fait moins d’oiseaux à gazer… comme cela se passe actuellement aux Pays Bas avec l’accord des associations dites de protection de l’environnement.

    Quand aux associations françaises pourtant promptes à saisir la justice: silence radio

  18. ça fait réfléchir

  19. c nul

  20. L’impact des aérogénérateurs géants (le terme éolienne,qui fait mythologique et poétique,est inadapté à des engins pareils!)est indéniable sur des espèces fragiles telles que milan royal,balbuzard,cigognes,etc).Le problème est que cet impact est minimisé à dessein par la LPO et d’autres organisations écolos.Adhérez à l’association “Vieilles maisons françaises” qui elle n’a pas peur d’être politiquement incorrecte et dénonce le massacre paysager et ornithologique par les aérogénérateurs.J’ajoute que j’habite à plus d’un kilomètre d’une zone “éolienne” et que le bruit de grosse presse à foin est très gênant,surtout la nuit.Si on vous dit que les éoliennes sont silencieuses,allez les écouter par temps venteux…

    • a monsieur guy de nous trouver une solution contre le nucléaire,merci pour cette ouverture d esprit!!!

    • A anonyme: Pensez-vous vraiment que la peste soit un remède contre le choléra? En posant une telle question vous vous faites l’ambassadeur d’industriels sans vergogne qui n’ont d’autres but que de profiter des subsides d’état en surfant dur une vague verte amplifiée par les angoisses qu’ont induit le drame de Fukushima.
      En posant une telle question vous faites le jeu de la grosse finance et de la grosse industrie qui nous mènera à cette échéance: nous aurons l’éolien ET le nucléaire.. Question pour les français: plusieurs milliers d’éoliennes plus tard dans votre pays, combien de centrales nucléaires ont fermés, combien de nouvelles centrales à gaz? Et pour l’Allemagne combien de nouvelle centrale à charbon pour pallier l’intermittance des aérogénérateurs? Non c’est faux: nous aurons l’éolien Et le nucléaire ET le charbon…beau progrès en vérité…

  21. Après avoir été enduits de pétole…
    http://www.youtube.com/watch?v=IGuDbNAMGjo

    Après avoir été irradiés…
    http://www.retouratchernobyl.com/2009/11/treizieme-jour-les-oiseaux.html

    Nos amis les oiseaux vont être hachés…
    http://www.koreus.com/video/vautour-eolienne.html

    Vive l’écologie, vive la société de consommation, et vive le génie humain…

  22. ce qu’il faudrait, ce sont des petites éoliennes à axe verticale près des ou sur les habitations (pour éviter une perte d’énergie liée au transport), elles sont plus silencieuses et plus sûres que celle à hélice !

    • Ce qu’il faudrait c’est une vraie décroissance…

Moi aussi je donne mon avis