L’économie circulaire doit passer à la vitesse supérieure

L’économie circulaire a fait la une de l’actualité ces dernières semaines. Aujourd’hui, il est nécessaire d’aller plus loin, propose un collectif de chercheurs.

Rédigé par Pauline Petit, le 10 Jul 2017, à 11 h 25 min

Les 27 et 28 juin derniers, à Paris, ont eu lieu les Assises de l’économie circulaire. L’occasion pour Nicolas Hulot de s’engager en faveur de “ce modèle qui va nous permettre de sortir de cette logique de gâchis“. Puis le 4 juillet dernier, la Ville de Paris est la première à avoir mis en place un plan en faveur de l’économie circulaire d’ici 2020. Enfin, en juin dernier, le G7 Environnement de Bologne a fait de l’économie circulaire l’une de ses priorités. Insuffisant, selon des chercheurs, qui lancent une tribune au Monde. 

Économie circulaire : imposer une proportion de matière recyclée dans les produits neufs

Voilà la proposition que portent ces chercheurs, parmi lesquels Dominique Bourg, dans leur tribune(1). En effet selon eux, la transition vers l’économie circulaire ne peut avancer sans mesures ambitieuses pour contraindre les industriels.

pneu recycle

L’économie circulaire, une réponse à la raréfaction des ressources

Ce modèle, qui envisage un modèle de production circulaire plutôt que linéaire (“du berceau au berceau”), devrait être le modèle économique de demain, en réponse à la raréfaction des ressources fossiles. L’économie circulaire se propose de penser la production dans son intégralité, en prenant en compte le cycle de vie du produit et la façon dont on le prend en charge lorsqu’il devient déchet.

La proposition des chercheurs : “imposer progressivement, dans les produits et équipements neufs à destination des consommateurs et de l’industrie, une proportion minimale de matières premières recyclées d’un côté, et de matières bio-sourcées de l’autre. Cela ne pourrait se faire que dans le cadre d’une directive européenne“.

Un modèle qui existe déjà à petite échelle : tel fabricant de sodas s’impose 25 % de matières recyclées, telle collectivité impose une proportion de béton recyclé à ses équipement publics. “L’esprit de la directive serait analogue, mais à une tout autre échelle et avec un spectre beaucoup plus large.” Pour les chercheurs, une activité génératrice d’emplois et facteur de réduction des émissions de CO2. Que du positif donc dans l’économie circulaire.

Illustration bannière : Réinventer un modèle à partir de matières recyclée – © Anirut Thailand

Anirut Thailand

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis