Écomobilité : le bus se recharge par la route !

Rédigé par Mark, le 8 Aug 2013, à 17 h 15 min

La Corée du Sud travaille sur un projet pour améliorer l’écomobilité ; une route permettant de recharger les batteries des bus électriques qui l’empruntent.

Bus électriques : sa batterie se recharge en roulant, avancée pour l’écomobilité

bus-electrique-coree-olev-kaist-02KAIST est l’Institut supérieur coréen des sciences et technologies, l’une des plus grandes universités sud-coréennes. L’une de ses spécialisées sont les transports électriques. Parmi les projets en cours, un bus qui se recharge par la route. Annoncé dès 2010, cette solution a été présentée en 2012, en test depuis.

Les véhicules électriques sont en effet implantés en Corée du Sud, pour les transports en commun. Ils sont néanmoins forcés de s’arrêter régulièrement afin de recharger leurs batteries. C’est la raison pour laquelle le projet du KAIST tombe à point.

Une route à résonance magnétique

L’idée repose sur ces lignes de bus électriques qui se rechargent par des câbles suspendus en hauteur pour circuler, comme on peut en voir en Allemagne par exemple. Le système est là inverse : les véhiculent peuvent se recharger en roulant sur une route adaptée.

Le projet s’intitule Online Electric Vehicule (OLEV), soit véhicule électrique en ligne. Il permet de bus-electrique-coree-olev-kaist-03contourner le problème consistant à trouver des super-chargeurs de plus en plus rapides ou les stations d’échange de batterie.

Le système repose sur la résonance magnétique, plus exactement des Shaped Magnetic Field in Resonance, soit des Champs Magnétiques Formés en Résonance. Instant C’est pas sorcier : on installe des câbles sous la route. Le bus roule sur la route et déclenche une bobine intégrée dans le véhicule. Celle-ci utilise le champ électromagnétique créé par les câbles pour générer de l’énergie. L’énergie est ensuite stockée dans une batterie. Le système produit entre 60 et 180kW de manière stable.

Une technologique efficace et sécurisée

Le système est précis : la bobine doit être située à 16,5 cm de la route pour être efficace. Il a été conçu de manière à limiter au maximum les effets des champs électromagnétiques. Il ne s’active qu’une partie du temps pour les bus et reconnaît automatiquement si le véhicule est adapté.

Le bus OLEV est en test depuis 2012 et deux bus circulent entre la station de Gumi et le district de In-Dong, soit une distance de 24 km. Le système est en effet commercialisé depuis début 2013. La Corée du Sud espère ajouter dix bus supplémentaires d’ici 2015.

*

Je réagis

Lisez aussi sur l’écomobilité :

illustrations : © DR, KAIST

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Quand il n'écrit pas, Mark jardine ! Partageant son temps entre Dijon et Londres, il met au service ses compétences pour faire avancer le monde vers un...

11 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour,
    Je propose qu’on mette l’accent sur la création de véhicules électriques rechargeables en roulant et avec des panneaux phovoltaiques. Bus, camions, voitures, tram, trains et même vélo pourquoi pas ?
    Je propose que les commerçants ne donnent plus un seul sachet plastique, et qu’il n’y en ait plus du tout, ni au frais, ni aux fruits et légumes. Soit on a son propre sac et c’est bien, soit on reçoit contre participation financière un sac tissu, ou un sac papier.
    Je propose que les villes fassent les revêtements des rues avec des produits qui réduisent le bruit des voitures essentiellement sur les axes trés fréquentés.
    Je propose que l’énergie des pas que nous faisons sur les trottoirs soit récupérée pour alimenter les lampadaires en électricité et de commencer par les rues les plus fréquentées.
    Je propose qu’on remplace les ampoules traditionnelles de ces lampadaires par des ampoules à LED mais aussi par un systéme de capteur solaire et aussi par un systéme de capteurs de mouvements afin de ne pas gaspiller l’énergie, au moment où les ampoules solaires verraient leur lumière s’affaiblir, les détecteurs de mouvements prennent le relais avec les ampoules à LED.
    Je propose qu’au lieu de mettre des lampadaires sur les autoroutes à l’approche des villes, que l’énergie émise par les véhicules soit récupérer pour alimenter en énergie luminescente ces meme tronçons de route. Ce serait un éclairage moins violent et plus économique.
    Je propose que les actuelles stations de carburant investissent dans des bornes de rechargement électrique rapide.
    Je propose qu’on ne puisse accéder dans les villes qu’en laissant son véhicule sur un parking extérieur pour prendre tram, ou auto-utilib, ou véloLib.
    Je propose que le mouvement qui consiste à faire des habitations écologiques economico-durable s’accélère et que des solutions abordables soient mises en place pour le bâti existant.
    Et pour finir : je propose que tous ceux qui comme moi font du mieux qu’ils peuvent pour participer à l’écologie economico- durable utilisent le moins possible tout ustensile électrique domestique au profit du fait main genre balai au lieu d’aspirateur, huile de coude pour frotter’, battre, pétrir. Bien sûr on ne peut pas tout supprimer on est tous nés avec tout cela, mais on peut essayer de réduire l’impact. De meme pour l’eau. On nous fait croire qu’on est sale parceque certains ont intérêt à ce qu’on consomme

  2. et les tramways d’antan, c’était quoi ???
    Pourquoi ne parlez vous jamais de Nikolas Tesla ?

  3. Remplacer une énergie fossile (le pétrole) par de l’électricité produite par soit une autre énergie fossile, le charbon ou pire encore le nucléaire (dont on ne sait toujours pas quoi faire de ses déchets !) quelle avancée !!! Rassemblons toutes ces têtes pensantes pour qu’ils travaillent, enfin, ensemble sur les énergies propres !

  4. Je pense qu’ en matière d’électro magnétisme, comme pour la pub ce n’est pas la peine d’en rajouter.
    on connait les problèmes liés aux ondes électro magnétiques, diffusées via les lignes à haute tension, micro onde, les ondes telluriques …et celles musicales qui soignent.
    A vouloir trouver à toutes force des solutions soit disant meilleures,on crée d’autres sources de problèmes. Les ondes,c’est un peu comme la radioactivité ça ne se voit pas , et pourtant ça agit.

  5. Les bus électriques alimentés par le haut ( câbles) ont été nombreux dans le monde au cours du 20e siècle: les trolleybus.
    Il y en a en France:
    fr.wikipedia.org/wiki/Trolleybus

    Le système coréen est intéressant: le même principe, mais plus complexe et plus “moderne”.

  6. bonjour,
    pouvez vous medire où on trouve cela en Allemagne, et quelle est la société qui exploite ce systeme afin de pouvoir me mettre en rapport avec elle.
    J’ai en effet choisi ce thèmepour mon TPE en classe prépa PTI et je voudrais donc faire un montage en miniature.
    Merci.

    • Alan

      Bonjour,
      de mémoire c’est à Mannheim, mais l’Allemagne expérimente plutôt les techniques de recharge par induction en ce moment.

  7. je trouve l’idée excellent, mais je me demande pourquoi il ne serait pas possible que les batteries se rechargent avec une dynamo sur les roues, un peu comme sur les vélos ? ce serait plus facile, me semble-t-il, que d’équiper des routes et sans doute moins cher… dommage que je ne puisse leur poser la question directement. (lol)

    • sur,ce serait + simple,mais je pense que le bus n’irait pas loin,voire nulle part…pour recharger une voiture en continu,il faut deja une remorque,imaginez un bus bondé de gens

    • Bonjour
      sur un vélo, la dynamo puise son énergie dans les jambes du cycliste
      une dynamo dans les roues d’un bus consommerais l’énergie des batterie du bus ( a moins que les passager ne pousse le bus ) et comme la production est toujours inférieure a la consommation d’énergie , on épuiserais vite les batteries
      Patrick

    • Ou alors,,on met des pédaliers à chaque rangée et les usagers participent à la motricité du bus.
      Ça leur fait du bien, tout en étant moins dur et plus sécurisant que le vrai vélo.

      Je rigole. Quoique… 😉

      Sinon, c’est une belle innovation.

Moi aussi je donne mon avis