Dry January : le challenge du mois sans alcool fait son retour

Comme chaque année au mois de janvier, les adeptes de l’alcool sont invités à ne pas boire une seule goutte pendant un mois. Alors, cap ou pas cap ?

Rédigé par Anton Kunin, le 2 Jan 2020, à 11 h 26 min

Le but de ce challenge, popularisé grâce à Internet depuis cinq ans environ, est de montrer à tout un chacun qu’une vie sans alcool est possible.

Se mettre à plusieurs pour éradiquer une mauvaise habitude

Et si vous arrêtiez de boire de l’alcool pendant un mois ? Tel est le défi, venu du Royaume-Uni, qui invite chaque année les buveurs à essayer de vivre sans boire pendant un mois. L’idée est la même que celle derrière le mois sans tabac : arrêter une mauvaise habitude est plus facile à faire si l’on s’y prend à plusieurs. Au sein de son groupe d’amis ou même avec des inconnus fédérés sur Facebook pour se mettre mutuellement au défi pendant un mois, arrêter de boire est plus facile.

Pour les personnes qui ressentent vraiment un fort penchant pour l’alcool, l’association britannique Alcohol Change UK, qui est à l’origine de ce mouvement, propose de nombreuses ressources comme un guide officiel du « mois zéro alcool », un blog avec des conseils ou encore l’application Try Dry, qui permet de suivre sa consommation d’alcool avant le challenge et les économies réalisées une fois que la personne a choisi de s’abstenir d’en boire.

Les excès festifs de l’alcool © gpointstudio

Les effets positifs du Dry January sont réels et quantifiables

Les effets positifs du Dry January sont d’ailleurs scientifiquement prouvés. Selon une étude réalisée par le Royal Free Hospital et publiée dans le British Medical Journal en 2018, les personnes s’étant abstenues d’alcool pendant un mois avaient une tension artérielle moins élevée et un moindre taux de cholestérol. Par ailleurs, 65 % des participants ont déclaré que leur état de santé s’est globalement amélioré, 70 % ont dit mieux dormir, 66 % se disent sentir plus énergiques, et 86 % ont pu économiser de l’argent.

Une autre étude, réalisée par l’Université de Sussex sur 800 participants au Dry January, montre que les personnes qui ont choisi de s’abstenir pendant un mois ont également moins bu le reste de l’année. « Ne pas boire pendant 31 jours montre que nous n’avons pas besoin de boire de l’alcool pour passer un bon moment, se détendre ou passer du temps avec des amis », peut-on lire sur le site d’Alcohol Change UK.

Illustration bannière : Dry January : comment passer un mois sans boire d’alcool © goffkein.pro
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Cet article est intéressant sur plusieurs points mais l’encadré qui suit me laisse perplexe et mérite quelques précisions :

    Avec 760 litres bus chaque seconde (compteur), la consommation mondiale de vin représente 240 millions d’hectolitres (2015). Les États-Unis sont les premiers consommateurs de vin dans le monde (depuis 2012) devant la France et l’Italie. La Chine est devenue le premier consommateur de vin rouge.
    USA 1er… Parce que les Etats-Uniens sont les plus nombreux ? Ou alors en moyenne par habitant ?

    Dominique Gouhenant

    PS. : Ne vous méprenez pas sur mon adresse : c’est le nom d’un taureau montbéliard de grande renommée et je l’ai choisi lors d’un concours e montbéliardes au Salon de l’agriculture.

Moi aussi je donne mon avis