Objectif 100 % de déchets plastiques recyclés pour les industriels

D’ici sept ans, il y aura deux fois plus de matières premières issues du recyclage dans nos produits du quotidien. Mais cela reste largement insuffisant.

Rédigé par Paul Malo, le 8 Jul 2018, à 8 h 58 min

Le plastique, c’est fantastique. Mais c’est surtout catastrophique quand il n’est pas recyclé ! Dommage qu’il le soit encore trop peu dans l’Hexagone. C’est pourquoi une cinquantaine d’entreprises et des fédérations professionnelles issues de trois secteurs grands consommateurs de plastique viennent de faire de nouvelles promesses en la matière.

Doubler le taux de plastique recyclé

Objectif annoncé : augmenter de 275.000 tonnes (d’ici 2025) le volume de matière plastique recyclée (MPR) intégré à leurs produits. À raison de 188 000 tonnes de MPR supplémentaires pour le secteur de l’emballage, 75.000 tonnes  pour le secteur du bâtiment, mais seulement 12.000 tonnes pour le secteur de l’automobile, cela constitue tout de même « un doublement du taux actuel d’incorporation de matières premières issues du recyclage dans les produits fabriqués », soulignent les ministères de la Transition écologique et de l’Économie.

Doubler le taux de plastique recyclé d’ici 2025 © Warut Chinsai

En première ligne de ces promesses, qui restent à suivre et à vérifier dans les années à venir, on retrouve logiquement le secteur de l’emballage, de loin le premier utilisateur de matière plastique, avec des géants tels qu’Auchan, Carrefour, Danone ou Nestlé.

La France (très) mauvais élève

Ces annonces d’engagements volontaires faites le 2 juillet dernier par une cinquantaine d’entreprises et de fédérations professionnelles s’inscrivent en fait dans le cadre d’une feuille de route globale baptisée FREC (Feuille de Route de l’Economie Circulaire) initiée en avril dernier. Elle prévoyait notamment que les professionnels de quatre secteurs (emballage, bâtiment, automobile,  équipements électroniques et électriques) s’engagent sur des volumes d’intégration de plastique recyclé dans leurs produits, selon les types de résine : polystyrène, polyéthylène, polypropylène, polychlorure de vinyle.

Mais plutôt que de devoir recycler, changer ses habitudes s’impose également. Alors que les consommateurs se plaignent de plus en plus du volume d’emballages plastique à recycler, les entreprises doivent également progresser d’ici l’horizon 2025, non seulement en termes de collecte et de recyclage, mais aussi d’éco-conception. Quant à la France, actuellement 25e sur 28e au sein de l’Union Européenne avec un taux de recyclage des déchets plastiques de 22,2 % en 2016, elle va devoir investir massivement dans la création de centres de tri et de recyclage.

Trois millions de tonnes enfouies ou incinérées

Si ces engagements sont respectés par les entreprises, il devrait y avoir « d’ici sept ans deux fois plus de matières premières issues du recyclage dans nos produits du quotidien », a expliqué la secrétaire d’État Brune Poirson. Pour autant, face au volume de pollution plastique dans la nature et les cours d’eau, la quantité de déchets plastiques recyclés reste largement insuffisante. Au niveau mondial, ce sont chaque année de  5 à 13 millions de tonnes de plastique qui finissent dans les mers…

Encore bien trop de déchets plastiques dans nos océans © Mr.anaked

En effet, sur les 3,6 millions de tonnes de plastique mises sur le marché chaque année en France, à ce jour seulement 300.000 tonnes sont recyclées et réincorporées dans de nouveaux produits. Les 600.000 tonnes de plastique réincorporées à l’horizon 2025 laisseront encore 3 millions de tonnes de plastique à enfouir ou incinérer. Première idée simple déjà mise en place chez certains de nos voisins : relancer la consigne pour les bouteilles et canettes.

Illustration bannière : Une usine de tri et de recyclage de plastique – © Albert Karimov
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis