Déchets : on va finir par se noyer

Rédigé par Consoglobe, le 20 Nov 2012, à 15 h 25 min

Notre société de surconsommation génère des montagnes de déchets qui n’en finit pas de grandir au fur-et-à-mesure que le développement économique bénéficie à de nouveaux pays. Les déchets domestiques qui se transforment en déchets municipaux mis en décharge, incinérés ou en matières premières de retraitement, sont devenus une vraie industrie. Sur la montagne des déchets est née une filière puissante qui crée des emplois

Les déchets en France

C’est une véritable marée de déchets qui va finir par nous noyer.

production de déchets dans le mondeLa production de déchets en France et la production de déchets dans le monde en temps réel sous vos yeux.

Revers de la médaille, le “développement” économique, toujours plus gourmand en consommation de biens matériels, toujours plus emballés, s’accompagne d’une production accrue de déchets ainsi que le montre le schéma ci-contre.

  • Un département sur deux risque d’être débordé par les ordures, et la gestion des déchets coûte de plus en plus cher : globalement 10 milliards d’euros (contre 3,5 Mds € en 1990) dont près de la moitié directement payée par les ménages sous la forme de taxes d’enlèvement. En gros, chaque Français paie 120 euros par an pour faire traiter ses poubelles.
  • 46 millions de tonnes de déchets ont été traitées par les collectivités.

Les déchets ménagers

Chaque ménage jette en moyenne 10 emballages par jour soit 24 millions de tonnes d’ordures ménagères (contre 22 millions de tonnes de déchets issus des petites entreprises ou commerces).

On constate :

  • une lente réduction de la production d’ordures ménagères et assimilés par habitant (374 kg/habitant en 2009 contre 390 en 2008 pour une cible de 362 en 2013) ;
  • Une famille de 4 personnes génère 1,5 tonnes de déchets par an  (24 litres par jour) contre 360 kg pour un célibataire (6 litres/ jour) ;
  • une augmentation du taux de recyclage des emballages ménagers (63,3 % en 2009 contre 62,6 % en 2008 pour une cible de 75 % en 2012) ;
  • en 2003, le taux de recyclage des emballages ménagers du programme éco-emballages était de 63 %. En comptant les emballages industriels, on arrive à un taux de recyclage de 44 % en France.

Les politiques française et européenne en matière de gestion des déchets placent la prévention au sommet des priorités : le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas. Engagée depuis 2004 dans une politique de réduction de la production de déchets, la France s’est dotée, avec la loi d’août 2009, d’objectifs dont celui de réduire de 7 % la quantité d’ordures ménagères et assimilées par habitant entre 2008 et 2013.

375 collectivités se sont engagées sur le même objectif de manière volontaire, avec l’ADEME et pour 5 ans, dans des plans d’actions pour réduire les déchets sur leur territoire.

Les déchets domestiques à Paris : la collecte et recyclage des déchets parisiens

Que contiennent nos poubelles ?

Un océan de détritus ! On comprend mieux l’impérative nécessité du recyclage

  • 29 % de déchets putrescibles
  • 25 % de papiers cartons
  • 13 % de verre
  • 11 % de plastique
  • 4 % de métaux
  • 18 % de divers
  • Les emballages représentent 51 % de nos ordures…

Que deviennent nos déchets ?

> 20 % seulement des 30 millions de tonnes d’ordures sont recyclés. En 2003, le taux de recyclage des emballages ménagers du programme éco-emballages était de 63 %. En comptant les emballages industriels, on arrive à un taux de recyclage de 44 % en France.

Nos déchets ménagers sont incinérés, méthanisés ou enfouis dans des centres de stockage. Les déchets que nous trions sont valorisés en fonction de leur nature : les emballages sont essentiellement recyclés ou incinérés ; les déchets verts sont compostés ou méthanisés ; les déchets dangereux (piles, peintures, …) sont traités dans des unités spécialisées.

  • Attention  : recyclable ne veut pas dire recyclé. Ce n’est pas parce-qu’un produit porte le logo Recyclable (la boucle ou anneau de Moëbius) que le produit sera forcément recyclé en fin de vie. Le point vert, présent sur 95 % des emballages, indique que l’entreprise cotise au programme Eco-Emballages mais ne signifie pas que le produit est recyclé. Loin de là !
  • A lire : Point vert. attention aux erreurs de tri

france-et-les-dechetsimage opisto.fr

Lire page 2 : l’évolution des déchets municipaux et des décharges

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




13 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour, au quotidien je recherche des produits sans emballage mais il existe très peu de commerce proposant le vrac. Pourquoi cela ne se fait pas en France ?

  2. ” …. des montagnes de déchets qui n’en finit pas de grandir ….”
    Des montagnes …. qui n’en FINISSENT pas de grandir …

  3. j’oubliai je sors un petit sac poubelle une fois pas moi malheureusement je paye pour les autres sur les dechets

  4. ce que dit pierrette est vrai!produits indutriel suremballés donc c’est a eux de faire des efforts moi j’ai mon jardin j’ai le lait de la ferme a deux kms mes oeufs je fais mon beurre mes ayourts mes gateau mon pain et j’en oublie

  5. Qui a demandé autant d’emballages ??avant on avait des pots de yaourts en verre qu’on ramenait ,idem pour les bouteilles d’eau ……….

  6. il faut faire attention à ne priviligier que les produits qui n’ont que peu d’emballages.

    en effet, l’emballage joue aussi un role de protection des aliments. dans le cas où l’emballage n’est pas assez résistant, le produit peut être abimé et donc nous consommable, ce qui crée un auter type de déchet.

    Marc

  7. Choqué !
    Les décharges demeurent souvent une source de pollution : l’une des plus connues est la décharge d’Entressen à Marseille qui recueille quelque 600 000 tonnes de poubelles marseillaises à ciel ouvert faute de voir l’incinérateur de Fos-sur-Mer prendre le relais avant 2008.

    C’est un scandale ! Un site “écolo” qui prone l’incinération ! Déjà Entressen est à 60 bornes de Marseille sur la commune de Istres, donc les marseillais ne risque pas de voir un sac poubelle voler c’est sur !
    Et Fos/mer ? Pareil ! 50 bornes de Marseille ! De quoi évité les fumées toxiques et autres ballet de camions incessant ! L’incinération n’est pas une solution et un site comme celui ci ne devrait pas le présenter comme en étant une ! C’est une honte !

  8. Trop top vottre siite

  9. Trop top vottre siite

  10. Je suis attristée par ce terrible constat. Nous devons, nous, en tant que consommateurs être très regardant sur nos achats. Là il y a déjà du travail à faire. Sans regarder forcement les étiquettes mais en regardant la façon dont les produits sont emballés. Il nous faut boycotter les produits suremballer (d’ailleurs il coûte en plus très cher pour rien). D’autre part il faut arrêter d’acheter du superflu. Si tout le monde se mettait à ralentir ce type d’achat (souvent acheter pour rien si ce n’est pour satisfaire l’envie du moment), peut-être qu’un jour, même s’il est loin dans le futur, les industriels calmeront leur soif de “fric”. Parce qu’il faut pas oublier que “eux” ils en ont rien à faire de notre “chère petite planète” et de nous également.

    Bonté divine ! Que le message passe…… Il faut parler autour de soi mais si on a l’impression d’embêter tout le monde. Le défi est lancé……. Il faut réveiller tous ces consommateurs endormis et bien conditionnés. Allez, je vais d’ailleurs commencer par moi-même….

    • Tout à fait d’accord avec vous Mimi 🙂 On apprend ici des choses intéréssantes mais l’esprit ici – s’il est comme celui de biens des articles sur le sujet – n’est pas écologique 🙁 Comme vous le préconisiez il y a maintenant 4 ans, c’est à l’économie des envies, des lubies qu’il faut commencer/continuer à fonctionner.
      Espérons vraiment qu’un jour beau, les mentalités du prêt à consommer/jeter changent et se rendent compte de l’impact négatif de leurs gestes égocentrés sur la planète…
      J’approuve aussi le texte de David en 2009 : l’incinération n’est pas du recyclage, c’est encore un traitement du déchet, ca le réduit sous une forme mais en produit sous une autre pas meilleure.
      Là encore c’est la modération de nos consommations qui est souhaitée… et comme nous la vante Pierre Rabhi de facon si charmante et vraie : commencons enfin à goûter la sobriété heureuse…
      Bonne continuation à tous, moi incluse 🙂

  11. Tous le monde veut sauver la planète mais personne ne descend les poubelles!!!

  12. croyez vous vraiment qu’un incinérateur pollue moins qu’une décharge, alors pourquoi monsieur Gaudin n’a t’il pas fait son incinérateur chez lui ? Réponse de monsieur Muselier, parcequ’il y avait trop de population !!!! alors pas de danger ???

Moi aussi je donne mon avis