Les dauphins victimes collatérales des filets des pêcheurs français !

Des milliers de cétacés s’échouent chaque année au large de la Vendée et de la Charente-Maritime. L’ONG écologiste Sea Shepherd a lancé sa première campagne pour attirer l’attention sur le sort de ces dauphins tués par des chalutiers.

Rédigé par MEWJ79, le 2 Mar 2018, à 11 h 40 min

L’organisation de défense des animaux, Sea Shepherd, lance l’opération « Dolphin ByCatch ». Ses militants alertent quant à la découverte de dauphins retrouvés morts après avoir été pris au piège dans les filets des chalutiers. Ils demandent à l’État français, l’interdiction de la pêche au chalut dans les zones de reproduction du bar.

Sur les côtes atlantiques françaises, 6.000 dauphins sont tués de janvier à mars

En France, selon Sea Shepherd, « sur les seules côtes de Vendée et Charente Maritime sur la seule période de janvier à mars, c’est une moyenne de 6.000 dauphins qui sont tués » par les longs filets traînant derrière les chalutiers. Ils seraient même jusqu’à 10.000 d’après les estimations de l’Observatoire Pelagis de La Rochelle. L’organisation de défense des océans lance Dolphin ByCatch, « une opération qui vise à alerter le grand public et l’État français sur l’hécatombe de dauphins le long de nos côtes, notamment en Charente-Maritime, en Vendée, mais aussi au large de la Bretagne », explique Lamya Essemlali, la présidente et fondatrice de l’antenne française de Sea Shepherd.

dauphins

Des dauphins pros dans les filets – Capture d’écran Youtube

« Ces massacres de dauphins ont lieu dans les zones de frayère du bar (lieu de reproduction, NDLR), tués par les chalutiers pélagiques pêchant en boeuf, ce sont deux bateaux qui tirent ensemble un énorme filet et les dauphins meurent noyés » poursuit la présidente de Sea Shepherd.

L’organisation de défense des animaux s’appuie sur un rapport de 2016 signé par le CNRS, Pélagis et l’université de la Rochelle, où il est mentionné que « la mortalité infligée aux dauphins par les bateaux de pêche met en péril la survie de la population à moyen terme ». Pour pouvoir alerter sur le « calvaire de ces dauphins », l’ONG a filmé, depuis un de ses bateaux sur le plateau de Rochebonne, à environ 70 km à l’Ouest de l’île de Ré, le dernier week-end de février 2018.

Lire aussi : 800 dauphins se sont échoués sur la côte Atlantique en 3 mois

Interdire la pêche au chalut sur les zones de frayère du bar

Sur leurs images, on voit deux chalutiers remonter leur filet avec à l’intérieur, deux dauphins pris au piège.  « Les deux dauphins ont été montés à bord d’un des deux navires et n’ont pas été rejetés à la mer devant notre équipage. Cette scène macabre se reproduit toutes les nuits, toute l’année le long de la côte, avec un pic entre janvier et mars » raconte Lamya Essemlali. Par conséquent, l’ONG Sea Shepherd demande que l’État interdise la pêche au chalut sur les zones de frayère du bar.

Elle envisage d’accentuer encore la pression et prévoit une nouvelle campagne en mer l’hiver prochain. Mercredi 28 février, le ministre de l’agriculture, Stéphane Travert, et celui de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, ont assuré dans un communiqué que « la France rest[ait] mobilisée pour limiter les captures accidentelles de petits cétacés en Atlantique ».

« Il y a de la mortalité naturelle et des décès après maladie, comme dans tout milieu vivant », explique Sami Hassani, d’Océanopolis, à Brest, au journal régional Le Télégramme. « Mais un bon nombre de dauphins que l’on retrouve actuellement à la côte comporte des traces de filet ou de mutilation (nageoires coupées pour les dégager des filets). Les filets pélagiques et autres filets plus près de la côte sont à l’origine de ces morts par asphyxie ». En effet, pris dans les mailles, le dauphin ne peut plus remonter à la surface prendre l’air. Rares sont les dauphins retrouvés vivants dans les filets. Les pêcheurs les libèrent et les abandonnent en mer. Le vent et la houle les poussent jusqu’à la côte où ils sont découverts, le plus souvent en mauvais état.

Protégés, les dauphins communs qui évoluent et chassent en groupe (jusqu’à 100 individus), font l’objet d’une surveillance particulière. « C’est une espèce en danger, son statut est préoccupant et pas seulement du fait des captures accidentelles », précisent les scientifiques.

Illustration bannière : Dauphins – © Sergey Uryadnikov
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Quand on achète du poisson, n’acheter que du poisson pêché à la ligne. Je sais, il est rare ce poisson mais cela existe sur les étals. Boycottez tous les autres poissons. La façon de pêcher est immonde pour la plupart des espèces, en France comme ailleurs.

  2. Cela ne m’étonne pas que des français soit aussi stupide que ça!

Moi aussi je donne mon avis