Les dauphins de la Méditerranée obligés de voler les pêcheurs pour se nourrir

Si des milliers de dauphins s’échouent sur les côtes atlantiques françaises ces derniers mois victimes des méthodes de pêche, un autre drame se joue aussi en Méditerranée pour ces cétacés. En cause ici, la surpêche qui oblige les hommes et les animaux à se partager les mêmes poissons.

Rédigé par MEWJ79, le 3 Apr 2018, à 10 h 45 min

Les dauphins font de nouveau l’actualité, victimes indirectes de la surpêche. En effet, désormais, en Méditerranée, les humains et les dauphins luttent pour les mêmes stocks de poissons.

Les grands dauphins obligés d’arracher les filets de pêche pour pouvoir se nourrir

Les humains consomment désormais trop de produits de la mer, ce qui entraîne une chute dramatique des stocks de poissons disponibles, et donc, par conséquent, une modification du comportement de certains animaux.

L’exemple le plus criant est celui des grands dauphins en Méditerranée. Ces derniers sont désormais amenés à arracher les filets de pêche des chalutiers pour pouvoir se nourrir.

Une récente étude révèle que les filets de pêche sont six fois plus abîmés lorsque des groupes de dauphins se trouvent à proximité des bateaux. Et, du fait de l’épuisement des ressources marines, les mammifères tendent davantage à se rapprocher des zones de pêche humaines, ce qui n’est pas sans danger pour eux !

dauphins Méditerranée

Les filets source de danger mais aussi de nourriture pour les dauphins © Andrea Stepankova

La lutte pour le poisson entre dauphins et pêcheurs en Méditerranée

Des scientifiques de l’Université d’Exeter ont quant à eux étudié pendant plusieurs mois les rapports entretenus entre le grand dauphin et les navires de pêche sillonnant la Méditerranée. Les résultats de leurs observations montrent que la surpêche dans cette mer entraîne désormais une lutte entre pêcheurs et dauphins pour exploiter les mêmes stocks de poisson.

Les pêcheurs développent ainsi une haine tenace à l’encontre des dauphins, dont les attaques sur les filets leur coûtent chaque année beaucoup d’argent. Des tentatives ont bien lieu pour éloigner les grands dauphins des zones de pêche, comme des bruits diffusés directement dans l’eau, mais en vain puisque les dauphins attribuent ces stimulis sonores à une sorte de cloche sonnant le début du repas.

Malheureusement, plus le temps passe, plus les dauphins comprennent que les filets de pêche représentent pour eux une façon simple et efficace de se nourrir rapidement, sans avoir à se fatiguer à traquer le poisson.

dauphins

Les dauphins s’approchent trop des bateaux © Robert Haandrikman

Une solution envisageable consisterait à instaurer des quotas de pêche afin de permettre aux stocks de poisson de se reconstituer. Il faudrait aussi réapprendre aux dauphins à se méfier des bateaux, mais il n’existe aucune méthode pour cela !

Les dauphins souffrent dans les eaux françaises !

Si les prises de grands requins dans les filets de pêcheurs en Méditerranée sont faibles, de nombreuses autres menaces pèsent sur eux, comme la pollution, le bruit sonore, le trafic maritime, les collisions…

Côté Atlantique, pour rappel, début mars, Sea Sheperd tirait la sonnette d’alarme à la suite de la découverte de milliers de dauphins de l’Atlantique retrouvés morts sur les côtes vendéennes et charentaises. L’ONG demandait à l’État français d’interdire la pêche au chalut dans les zones de reproduction du bar. En effet, en France, selon Sea Shepherd, « rien que sur les côtes de Vendée et Charente Maritime, sur la seule période de janvier à mars, c’est une moyenne de 6.000 dauphins qui sont tués » par les longs filets traînant derrière les chalutiers.

En effet, la principale responsable de ces accidents est la pêche pélagique dont la technique consiste à étendre un grand filet entre deux bateaux qui capture tous les poissons sur son passage. Les dauphins qui suivent ces poissons pour se nourrir, se retrouvent prisonniers. Ils ne peuvent donc plus remonter à la surface et meurent par manque d’oxygène.

« C’est vrai qu’on a tendance à s’émouvoir, à juste titre, des massacres de dauphins qui sont perpétrés aux îles Féroé ou au Japon, constate Lamya Essemlali sur FranceInfo. Mais quand on regarde les massacres qui ont lieu ici, le long de nos côtes françaises, on parle de chiffres qui sont bien plus importants encore ». Relâchés par les pêcheurs, les dauphins échoués sur les côtes françaises sont toujours plus nombreux : entre 4.000 et 10.000 seraient tués tous les ans par les chalutiers.

Illustration bannière : groupe de dauphins – © Dennis van de Water
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...