Dates de péremption : industriels et distributeurs contre le gaspillage

Dix engagements, 38 acteurs majeurs : pour réduire le gaspillage alimentaire, associations, industriels et distributeurs s’attaquent de front aux dates de consommation.

Rédigé par Paul Malo, le 30 Jan 2020, à 9 h 45 min

Comment lutter contre le gaspillage alimentaire ? Un projet de loi sur le sujet est examiné par le sénat le 30 Janvier.

La grande confusion autour des dates de péremption

Distributeurs, industriels et associations s’attaquent aux dates de consommation pour réduire le gaspillage alimentaire. Son objectif : le réduire de moitié dans les cinq ans, comparé au niveau de 2015. Quelles mesures prendre pour y parvenir ? Pas moins de 38 acteurs de la filière alimentaire ont décidé d’agir sans attendre. Parmi eux, on retrouve les groupes Carrefour, E.Leclerc, Monoprix, Franprix, Système U, Casino, Auchan, Intermarché, de même que Bel, Danone et Nestlé.

dates peremption

Le casse-tête des dates de péremption ©fullempty

Toutes les entreprises signataires se sont engagées à mettre en place les mesures proposées, à en mesurer l’impact et à avoir un rôle pédagogique auprès des consommateurs. Dix mesures à prendre, réunies autour de quatre grands axes, ont déjà été proposées afin de parvenir à tenir les objectifs. Les mesures proposées viseront notamment à clarifier la différence existant entre DLC (Date Limite de Consommation) et DDM (Date de Durabilité Minimale) ou DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale). En effet, 53 % des Français ne font pas la différence entre les deux. Ils confondent alors les produits pouvant encore être consommés et ceux à jeter.

Un catalogue de mesures contre le gaspillage

Au final, les dates de consommation, censées avoir été instaurées pour garantir la sécurité sanitaire des aliments, représentent 20 % du gaspillage alimentaire au sein des foyers européens. C’est ainsi 5 % de la production du côté des industriels qui finit définitivement gâchée. Le Pacte inclut donc des mesures visant à la fois à optimiser les invendus et à favoriser la collaboration entre les différents acteurs de l’alimentaire.

Parmi les engagements proposés par le Pacte, figurent notamment le fait de tester la création de rayons anti-gaspi, de mettre en place une différence visuelle entre les DLC et DDM, ainsi que de fournir des explications dématérialisées sur les dates de consommation. Il est également proposé de cartographier les acteurs anti-gaspi et de rendre les résultats accessibles en open data. Il conviendrait également de réduire le gaspillage alimentaire lié à la logistique grâce à un groupe de travail entre distributeurs et industriels, d’harmoniser les dates de consommation d’une même référence, ainsi que de transformer les DLC en DDM lorsque c’est possible.

Illustration bannière : Ce produit est-il périmé ? © l i g h t p o e t
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis