Les vélos électriques, un danger pour les seniors ?

Aux Pays-Bas, on compte désormais plus de morts à vélo qu’au volant. Parmi eux, de plus en plus sont des hommes de plus de 65 ans au guidon d’un vélo à assistance électrique.

Rédigé par Paul Malo, le 5 May 2018, à 13 h 00 min

Les vélos électriques, ou VAE (Vélos à Assistance Electrique), ont la cote, non seulement auprès des urbains désireux de se déplacer sans (trop) transpirer, mais aussi et surtout auprès des seniors. Une véritable résurrection en termes de trajets pour tous ceux qui ne se sentiraient pas la force de monter les côtes avec un deux-roues classique… Ainsi que pour ceux qui manqueraient de pratique, ou de confiance en eux à l’idée d’affronter la circulation.

Vélos électriques, quels risques pour les seniors ?

Cependant, si les ventes de vélos électriques ne cessent de progresser aussi bien en Europe qu’outre-Atlantique, ceux qui les conduisent ne sont pas toujours au mieux de leur forme, ou de leur attention. Et, tout comme pour les voitures, il semble bien, si l’on en croit les derniers chiffres dévoilés aux Pays-Bas, que certains seniors se surestiment au guidon comme au volant.

Conséquence directe : pour la première fois l’an passé, les autorités Néerlandaises ont répertorié plus de cyclistes tués que de passagers ou conducteurs de voiture : 206 contre 201.

Un sénior sur un vélo électrique © TonyV3112 Shutterstock

Surestimer ses capacités

Les chiffres sont clairs : un quart des victimes conduisaient un vélo électrique, et cette hausse est entièrement due aux hommes de plus de 65 ans. Comme le précise le site spécialisé Bicycle Dutch, tandis que 64 femmes sont décédées à vélo en 2016, contre 58 en 2017, à l’inverse, 148 hommes sont morts à vélo en 2017, contre 125 en 2016. Plus encore, 38 d’entre eux conduisaient un vélo électrique, et 31 sur ces 38 victimes étaient des hommes âgés de plus de 65 ans.

Les raisons ?

  • D’abord le fait de surestimer ses capacités physiques ou son entraînement au vélo : l’assistance électrique ne fait pas tout.
  • Ensuite, le manque de contrôle, alors que la vitesse d’un vélo électrique peut excéder les capacités de réaction des cyclistes seniors.

Pas plus de 25 km/h

Pourquoi de telles statistiques aux Pays-bas devraient-elles également inquiéter les autorités, et les cyclistes seniors, des autres pays ? Tout simplement parce la Hollande est LE pays des cyclistes par excellence : celui où l’on a roulé à vélo toute sa vie, où 17 % des plus de 65 ans prennent leur vélo tous les jours. Et où, surtout, tout a été fait pour accueillir et privilégier les cyclistes dans la circulation, au point qu’en cas d’accident entre un vélo et une voiture, dans la très grande majorité des cas, l’automobiliste sera considéré comme en tort.

Transposé dans un pays comme la France, les mêmes causes ne créeraient sans doute pas les mêmes effets, mais plutôt un nombre bien plus élevé de décès de seniors trop confiants dans leur vélo à assistance électrique flambant neuf.

Le port du casque, vivement recommandé pour être protégé en cas de choc © l i g h t p o e t

La solution la plus simple pour réduire les risques ?

D’abord faire preuve de prudence, et opter pour un modèle ne dépassant pas les 25 km/h, soit environ la vitesse « normale » d’un vélo, plutôt que de s’offrir un vélo électrique capable de foncer jusqu’à 45 km/h au coeur du trafic. D’autant plus que la directive européenne en la matière précise que le moteur d’un VAE doit être d’une puissance inférieure à 250 watts, et que l’assistance électrique doit se couper au-dessus de 25 km/h. Enfin, l’assistance électrique doit fonctionner uniquement durant le pédalage.

Quant au port du casque, de toute façon, ce ne doit jamais être une option, votre vie en dépend !

Illustration bannière : Les vélos électriques, plus dangereux pour les séniors ? – © Ruud Morijn Photographer
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis