Cyanobactéries en Maine-et-Loire : huit chiens morts après une baignade

L’Agence régionale de santé appelle à la prudence après le décès de huit chiens qui ont bu l’eau de la Loire dans le Maine-et-Loire.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 21 Aug 2017, à 9 h 24 min

Huit chiens sont morts après avoir bu ou s’être baignés dans le fleuve. Les analyses effectuées sur les lieux ont permis de confirmer la présence de cyanobactéries, des algues bleues qui se développent avec le soleil dans les eaux stagnantes. Les vétérinaires de Maine-et-Loire sont désormais tous alertés.

Des cyanobactéries présentes dans la Loire

Après la mort de plusieurs chiens qui s’étaient baignés dans la Loire, la préfecture du Maine-et-Loire a reçu les résultats des prélèvements effectués sur cette zone. Ces derniers confirment la présence de deux types d’algues de la famille des cyanobactéries : Oscillatoria et Formidium, comme l’a précisé l’État dans un communiqué.

cyanobacteries

Des cyanobactéries ©JP Photography

Ces algues toxiques se développent généralement sur les cailloux ou les graviers au fond des cours d’eau. Cependant, dans certaines conditions particulières, elles peuvent apparaître à la surface sous forme d’amas noirâtres, comme c’est le cas pour la Loire. Les vétérinaires du Maine-et-Loire ont été avertis de cette découverte et ont déjà reçu de nombreux appels de propriétaires de chiens, dont l’animal pourrait souffrir des mêmes pathologies que les huit autres cas recensés. Depuis le début du mois d’août, plusieurs cas d’intoxication mortelle de chiens avaient déjà été signalés dans le Cher, l’Indre et le Loir-et-Cher, suite à des baignades.

Un appel à la vigilance lancé par la préfecture

La préfecture du Maine-et-Loire rappelle que les baignades dans la Loire sont interdites. Elle recommande d’éviter de promener, de baigner ou d’abreuver ses animaux en bord de Loire. Ces précautions “valables pour la Loire peuvent être élargies à titre de précaution aux eaux peu profondes et stagnantes qui comporteraient un dépôt d’algues abondant ou de la mousse“, souligne-t-elle.

L’Agence régionale de santé insiste également sur les précautions à prendre avec les enfants. Le moindre problème de santé, même minime comme une allergie ou une conjonctivite, constaté après avoir été en contact avec l’eau de la Loire, doit faire l’objet d’une consultation avec un médecin.

Illustration bannière : – © apiwut sookkasame
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis