290 millions d’euros…C’est ce que coûtent les bactéries antibiorésistantes chaque année en France

D’après les chiffres du Système National des Données de Santé, 140.000 personnes ont été hospitalisées suite à une infection par une bactérie résistante en 2016.

Rédigé par Paul Malo, le 24 Apr 2019, à 10 h 25 min

290 millions d’euros : tel est le coût de l’émergence de l’antibiorésistance, estimé pour la première fois en France.

Un énorme surcoût lié aux infections

L’antibiorésistance serait-elle le nouveau mal du siècle ? Pour la première fois, la menace croissante des bactéries résistantes aux traitements antibiotiques existants a pu être quantifiée avec précision. Il aura fallu pour cela trois ans de travail pour disséquer les informations de diagnostic de 10 millions de patients hospitalisés annuellement, données systématiquement renseignées au sein du Système National des Données de Santé (SNDS).

Le coût engendré par la résistance aux antibiotiques a pu être chiffré pour la première fois en France © Jarum Ontakrai

Au final, le surcoût lié aux infections par une bactérie résistante s’élève à 1.100 euros en moyenne par séjour hospitalier, comparé à une infection par une bactérie sensible aux antibiotiques. Pour l’ensemble de la population française, le surcoût annuel s’élèverait à près de 290 millions d’euros.

Un chiffre à comparer aux 40 millions d’euros annoncés en novembre 2018 pour lutter contre la résistance aux antibiotiques, la France ayant pour objectif de faire baisser de 25 % la consommation d’antibiotiques d’ici 2020.

Une mortalité 20 % plus élevée que la moyenne

Sur 2016, selon les chiffres parus dans la revue Emidemilogoy & Infection, pas moins de 140.000 personnes ont été hospitalisées du fait d’infections liées à des bactéries résistantes aux antibiotiques(1).

Sur 1.135.310 séjours hospitaliers pour une première infection, près de 140.000 nouveaux cas d’infection à bactérie résistante ont été identifiés en 2016, soit 12 % de toutes les infections bactériennes ayant nécessité une hospitalisation.

Les bactéries résistantes entraîneraient 20 % de décès supplémentaires à l’hôpital que celles sensibles aux antibiotiques © Aquarius Studio

Les deux tiers sont constitués par les infections urinaires, respiratoires et intra-abdominales. En tête de liste des ennemies, on retrouve les bactéries E. coli résistantes aux céphalosporines, les staphylocoques dorés résistants à la méthicilline et les Pseudomonas aeruginosa (à l’origine d’infections nosocomiales).

Chez ces patients, la mortalité constatée est 20 % plus élevée. En effet, les patients infectés par les bactéries résistantes aux antibiotiques sont en général légèrement plus âgés. Ils ont plus souvent subi une intervention chirurgicale pendant leur hospitalisation et leur séjour hospitalier a été plus long.

Si l’on compare ces résultats et ces statistiques aux infections à bactéries sensibles aux antibiotiques, les infections à bactéries résistantes entraînent au final 20 % de décès supplémentaires à l’hôpital.

Illustration bannière : Étagère de médicaments -© iviewfinder
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Dans cet article, au contraire de celui sur candida auris, vous ne citez pas la responsabilité de l’industrie agro-alimentaire : tous les éleveurs utilisent les antibiotiques, (systématiquement en prévention !) ainsi nous ingérons des antibios inutilement en consommant nos viandes, laitages, poissons, crustacés œufs etc. : en les ingérant, nous devenons résistants – une solution consiste à consommer moins de chair animale (et le lait …). Nous consommons trop de protéines animales par rapport à nos besoins. On n’est pas obligés d’être végétarien.

  2. …..et combien coûtent toutes ces importations sans aucun contrôle de Chine et d’Asie, même les pommes de terre utilisées par un société de la Malbouffe dans lesquelles il y a des pesticides, engrais chimiques, etc. qui sont interdits en France et pour les cuire sans éclaboussures ils y mettent même du silicone que l’on retrouve dans les frites………… et après on s’étonne qu’il y a des enfants qui naissent sans les bras !!!!! quand c’est que l’on arrêtera d’empoisonner tout le monde jusque dans leurs assiettes ????

Moi aussi je donne mon avis