La crise du coronavirus, une occasion de ‘redistribuer les cartes’ ?

Le collectif ‘Il faut sauver’ appelle à saisir l’opportunité née de cette pandémie et du confinement pour engager sans plus attendre une vraie transition écologique et sociale.

Rédigé par Paul Malo, le 29 Mar 2020, à 8 h 15 min

En pleine pandémie, le collectif « Il faut sauver » créé par deux anciens membres de l’équipe interministérielle COP21 Nicolas Plain et Clémentine Renevier, prône une véritable transition écologique et sociale et lance une pétition pour une relance post-Covid19 écologique et sociale.

 Il faut sauver, un collectif pour « Réfléchir ensemble aux prochaines étapes »

Un collectif baptisé « Il faut sauver » vient de lancer une pétition en ligne afin que l’on profite de cette crise sanitaire dramatique pour enfin repenser notre système économique. Son projet : « une relance résolument écologique et sociale ».

collectif il faut sauver

Profiter du Covid-19 pour s’engager dans une vraie transition écologique et sociale © alphaspirit

Ce collectif demande aux responsables politiques « des mesures fortes – législatives, réglementaires, fiscales, budgétaires – dans un plan de relance basé sur deux piliers : l’écologie et le social, et co-construit avec les citoyens et les institutions, pour nous guider vers un futur plus durable, plus local, favorisant le bien-être et le vivre ensemble ».

Soutenir les initiatives locales

« Nous sommes déterminés à soutenir toutes les initiatives ambitieuses qui seront prises », soulignent les signatures, « convaincus qu’il n’est pas trop tard et que cette crise mondiale doit être l’occasion d’agir collectivement ».
Ils réclament à cette occasion « des mesures ambitieuses pour accompagner nos services publics, particulièrement pour notre système de santé et éducatif, pour notre recherche scientifique, pour notre agriculture, pour notre industrie, pour nos commerces et pour toutes nos organisations qui mettent en oeuvre au niveau local tous les jours cette transition écologique et sociale ».

Il faut sauver : une plateforme de bonnes idées

Des mesures qui devront « être fondées sur la promotion de nos biens communs : l’environnement, en particulier par la lutte contre le dérèglement climatique, la préservation de la biodiversité, et la solidarité grâce à une meilleure répartition et redistribution des richesses. Non seulement, elles nous permettront d’être plus résilients face aux prochaines crises, mais contribueront à créer une société plus juste en harmonie avec son environnement ».

Ce collectif, constitué notamment de scientifiques, de fonctionnaires, d’étudiants, d’entrepreneurs, d’entreprises et de municipalités, compte mettre prochainement en ligne un site Internet qui se voudra un Marmiton, foisonnant non pas de recettes mais d’initiatives locales.
Des idées proposées en open source, mises à la disposition de tous, dans lesquelles les citoyens n’auraient qu’à se servir pour faire avancer la société dans le bon sens.

Quant aux aides versées actuellement par le gouvernement en raison de la crise sanitaire, le collectif juge qu’elles devraient se tourner vers de telles d’initiatives au lieu d’aider un système néolibéral ne visant qu’à s’auto-reproduire.

Lire aussi : Les 20 outils de civic tech à avoir dans sa boite à outils citoyenne

Créer les nouveaux emplois

Parmi les « recettes » simples proposées, on trouve notamment l’idée de « remorque partagée ». Cette solution permet à plusieurs producteurs locaux de travailler ensemble en partageant une seule et même remorque avec laquelle faire les marchés.
Ainsi, à tour de rôle, un seul producteur vend ses produits et ceux des autres. Sur une année, les quatre producteurs ayant initié cette idée ont ainsi économisé 1000 heures de travail et 2,2 tonnes de CO2 par an.

collectif il faut sauver

Une transition nécessaire pour atteindre la neutralité carbone en 2050 et de respecter l’accord de Paris © vitalez

Au lieu d’investir des milliards dans la nationalisation d’Air France par exemple, le collectif  « Il faut sauver » appelle à saisir l’opportunité née de cette pandémie et du confinement mondial qu’elle a engendré pour qu’en ressorte quelque chose de positif, pour réaliser une vraie transition écologique et sociale afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050 et de respecter l’accord de Paris.

Promotion d’une industrie locale moins intensive, transports décarbonés, agriculture biologique…. Autant de pistes pour créer de nouveaux types d’emplois. On les suit ?

Pour en savoir plus c’est ici et pour signer la pétition ici

Illustration bannière : Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin – © G-Stock Studio
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Il est des gens qui, juste avant que ne commence la longue et sévère crise économique qui nous attend, pensent que notre vie après le confinement sera sensiblement la même que celle d’avant et que nous allons même pouvoir profiter de l’occasion pour réfléchir à d’autres modes de vie plus généreux, plus humains, plus justes et plus solidaires. Ils n’ont visiblement pas compris qu’une crise économique se caractérise surtout par la panique, la misère, le chacun pour soi et l’égoïsme. Ils risquent donc d’être cruellement déçus.

Moi aussi je donne mon avis