Coronavirus : le scandale des avions sans passagers

En pleine épidémie de Coronavirus, et à l’encontre de tout bon sens écologique, des centaines d’avions décollent sans passager ou presque. Mais pour quelles raisons ?

Rédigé par Paul Malo, le 10 Mar 2020, à 9 h 36 min

Pourquoi brûler des milliers de litres de carburant pour ne transporter personne ? Juste pour respecter une législation européenne.

Des avions volent sans passagers : la bureaucratie européenne poussée à l’absurde

C’est une des réalités sidérantes engendrées par l’épidémie de coronavirus : chaque jour, des vols décollent à vide. Mais pourquoi les compagnies aériennes font-elles voler des avions sans passagers ? Tout simplement, et paradoxalement, pour respecter une législation européenne. En effet, que ce soit en Europe ou outre-Atlantique, chaque compagnie aérienne se voit accorder des « slots », des créneaux d’atterrissage et de décollage. Un système géré, par exemple,  en France par le Cohor, l’Association pour les coordinations des horaires.

Aviation : la règle des 80-20

Seul hic : pour pouvoir conserver ces créneaux, la législation européenne exige des compagnies qu’elles aient effectué au moins 80 % des vols, selon le principe « use-it-or-lose-it », « utilise-le ou perds-le ». Dans ce cas, ces fenêtres d’atterrissage et de décollage seraient réattribuées à d’autres compagnies aériennes.

avion vide

Avion sans passagers © Wang An Qi

Conséquence directe : même sans passagers, les avions doivent voler. Pourtant, pour éviter ce gâchis polluant, l’Association internationale du transport aérien (IATA) avait demandé début mars une dérogation afin d’éviter d’avoir à respecter cette loi. Une demande hélas pour l’instant restée sans réponse, alors que la « non-utilisation » de ces créneaux est justifiable du fait de différentes « circonstances imprévisibles et irrésistibles ».

Du côté français, la même demande a été transmise par  le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire, afin que la Commission européenne autorise que « toutes les compagnies puissent conserver leurs créneaux aériens sans avoir à faire tourner leurs avions à vide ». Bruno Le Maire a au passage souligné qu’« il est totalement absurde que cette réglementation s’applique dans les circonstances actuelles », avec à la clé des tonnes de CO2 rejetées dans l’atmosphère en vain.
De tels assouplissements des règles avaient par le passé été accordés tant au moment du SRAS que des attentats du 11-Septembre.

Illustration bannière : Avion vide coronavirus – © Jag_cz

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




3 commentaires Donnez votre avis
  1. Même lorsque les passagers restent à l’écart, les compagnies aériennes doivent toujours protéger leurs créneaux horaires: leur temps prévu sur des itinéraires précieux.
    je trouve ça vraiment absurde.

  2. Est-ce que la vraie raison ne serait pas plutôt qu’ils épandent des chemtrails ?

  3. C’est un problème de fond qu’il faudrait traiter de manière pérenne.
    Car c’est toute l’année que des vols se fonds à vide pour la préservation des créneaux par les compagnies. Pas uniquement en ce moment en période de crise (psychose ?) coronarienne. Que le sujet remonte actuellement, tant mieux, mais le problème est permanant et pas uniquement liés à l’actualité.

Moi aussi je donne mon avis