La viande de plus en plus boudée dans le monde

Bonne nouvelle pour la qualité de l’air et l’environnement : la consommation mondiale de viande, de viande bovine notamment, poursuit son recul pour la deuxième année consécutive, nous apprend l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Rédigé par Anton Kunin, le 13 Aug 2020, à 12 h 10 min

Après avoir connu une hausse ininterrompue depuis les années 1960, la consommation mondiale de viande diminue enfin. Et ce, alors que la population de la planète ne cesse de croître.

En 2020, le monde devrait produire 1,7 % de viande en moins

En 2020, nous aurons consommé encore moins de viande qu’en 2019, prédit l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans sa grande étude annuelle sur l’offre, la demande et les prix des différentes denrées alimentaires à travers le monde(1).

La Chine est le plus gros producteur mondial, avec 54 millions de tonnes par an, soit 45 % du tonnage mondial (le porc représente à lui seul 36 % du volume de viande produit par an mondialement) © Dusan Petkovic

En 2020, 333 millions de tonnes de viande devraient être produites, un chiffre inférieur de 1,7 % à celui de 2019. Cette baisse reflète essentiellement l’effondrement de la production de viande de porc, que la hausse de la production de volaille ne parvient pas à compenser.

Cette baisse globale sera attribuable surtout à la chute de 8 % de la production de viande de cochon (en année pleine, la production devrait représenter 101 millions de tonnes). La baisse sera la plus prononcée en Chine, aux Vietnam, aux Philippines et aux États-Unis. En Chine, où la peste porcine africaine fait rage, la production de viande de porc devrait chuter de 20 % pour s’établir à 35 millions de tonnes, après déjà une chute de 21 % en 2019.

Le journal Les Échos estime que le confinement et la crise économique ont leur grosse part de responsabilité, avec la fermeture des restaurants collectifs et privés ainsi que les craintes des ménages qui ont boudés la viande pour réduire le coût de leur panier(2).

La production de viande bovine devrait diminuer de 0,8 %

La production de viande bovine, la plus polluante pour l’environnement en raison de la pression sur les ressources naturelles et des émissions de méthane, devrait baisser de 0,8 % pour représenter 72 millions de tonnes en 2020.
Cela, alors que sa production n’avait fait qu’augmenter pendant cinq ans. La baisse la plus significative devrait être enregistrée aux États-Unis (de l’ordre de 5 %).

La fermeture de nombreux abattoirs aux États-Unis, au Brésil mais aussi en Allemagne a mis la production sous pression © Dragosh Co

La production de volaille devrait baisser dans l’ensemble des grands pays producteurs : Chine, États-Unis, Vietnam, Inde, Australie, Philippines et Turquie. En même temps, elle devrait augmenter au Brésil, dans l’Union européenne, en Russie et au Mexique, de manière à ce qu’en moyenne mondiale, la production connaisse une légère hausse d’ici la fin de l’année.

Illustration bannière :  La pandémie de Covid-19 a confirmé le recul de la demande en viande dans le monde © ONDART PHOTOGRAPHY
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Bonjour ! Ce sont de bonnes nouvelles, mais pourquoi proposez de devenir végétarien en douceur ? Vous avez là un train de retard, si je puis me permettre 😉 ! Car l’industrie du lait, c’est aussi celle de la viande ! Ce qui serait avantageux pour tous-tes, serait de devenir végétalien, puis vegan !

Moi aussi je donne mon avis