Interview – les conseils « zéro déchet » de Béa Johnson

Rédigé par Eva Souto, le 27 Jun 2014, à 9 h 17 min

Vous vivez aux Etats-Unis, une contrée qui est connue pour ses excès et sa surconsommation : dans ce contexte, n’est-il pas difficile de mettre en pratique votre mode de vie ?

Drapeau Américainbea johnson zéro déchetsQuand j’ai exposé notre mode de vie au grand public américain (par le biais de mon blog puis de la presse), nous avons été beaucoup critiqués.

Le terme du zéro déchet n’était à ce moment-là, utilisé que pour décrire des pratiques industrielles, non pas domestiques. Les gens ne comprenaient pas ce que ce mode de vie représentait. On nous a imaginé hippies, poilus, décoiffés. Certaines personnes ont dit qu’on en faisait trop, d’autres pas assez… j’ai relativisé en me disant que puisqu’on se trouvait entre les deux, on devait faire quelque chose de bien.

Au fil du temps, grâce à la couverture médiatique que nous avons reçue, ces « a priori » ont changé, le terme de Zéro déchet a perdu ses stigmates, et les critiques se sont tues. Les gens se sont aperçus que nous n’étions pas des hippies, mais que nous vivions une vie normale, simple et moderne. Dans les pays où le terme du zéro déchet est encore lié aux industries et pas encore élargi au milieu domestique, il est normal que mon mode de vie soit encore mal compris, comme il l’a été au début, aux USA.

fleche-nota-bene Les conseils de Béa Johnson pour atteindre le "zéro déchet"Le Zero Déchet n’est pas plus « facile » ou « difficile » aux USA qu’en France. Faire ses courses exclusivement en vrac, n’est ni la norme aux USA, ni en France.

Mais les 2 pays ont beaucoup de potentiel. Cela ne prend pas nécessairement moins de temps dans un pays ou un autre pour atteindre le zéro déchet (ou un bocal de déchets par an).

Il revient à chacun de discerner les potentiels zéro déchet de sa region et de les exploiter au maximum. C’est ce que nous avons fait en Californie, c’est ce que nous faisons quand nous voyageons. Pour connaître les emplacements de vrac dans votre région ou ailleurs dans le monde, vous pouvez télécharger mon appli, Bulk, et consulter les adresses à la fin de mon livre.

Comment réagissent les gens autour de vous quand ils voient ce que vous êtes capable de faire ? Faites-vous des émules qui optent aussi pour le « zéro déchets » ?

Blog  Béa Johnson

Mes amis et ma famille respectent notre mode de vie tout comme je respecte les leurs.

Je ne cherche pas à les convaincre, ni à convaincre qui que ce soit d’adopter un mode de vie Zero Dechet. Il revient à chacun de vivre comme il veut ! Je tiens seulement à partager les bienfaits que ce mode de vie nous a apporté et à casser les « a priori » qui y sont associés.

Des milliers de familles à travers le monde ont adopté le zéro déchet depuis que j’ai demarré mon blog, Zero Waste Home. D’après les messages que je reçois via email et réseaux sociaux, le livre fait aussi de grosses émules en France.

De nombreux blogs ont démarré, des magasins de vrac s’ouvrent, des initiatives de consignes reviennent sur le marché, et leurs instigateurs me remercient d’être à l’origine de leurs demarches. Ma page Facebook converse même plus en francais qu’en anglais ! Tout cela me va droit au coeur ! J’estime que les francais sont plus aptes et plus prêts au zéro déchet que les Américains le sont (le consumérisme y est peut-être trop ancré).

La question que tout le monde se pose : vivre en produisant « zéro déchets », est-ce que c’est vraiment facile ou est-ce que cela implique certains sacrifices ?

Cuisine Béa JohnsonLe mode de vie Zero Dechet est tout le contraire de ce que nous aurions imaginé : il ne coûte pas plus cher.

Au contraire, il nous économise beaucoup d’argent. Il ne prend pas plus de temps, au contraire : la simplicité volontaire fait gagner du temps.

On s’est aussi aperçu qu’il est plus beau (un placard rempli de bocaux est plus joli qu’un placard rempli de produits emballés par exemple) et qu’on vit plus sainement de cette manière (les aliments vendus en vrac par exemple sont moins transformés).

Il est évident, que le Zéro Déchet demande un temps pour s’y adaptater (perdre de mauvaises habitudes) et pour s’organiser. Le but de mon livre est d’aider autrui à parvenir a réduire ses déchets plus rapidement que cela nous a pris. Car une fois en place, il améliore le quotidien.

On passe beaucoup moins de temps à entretenir la maison, a gérer des déchets (trier, sortir poubelle et recyclables), et à se ravitailler. Beaucoup s’imaginent que je passe mes journées à fabriquer mes propres produits, et que ma famille parvient à faire zéro déchet grâce à tout un fait-maison. Ce sont deux des « a priori » les plus communs associés à ce mode de vie, et ils ne pourraient être plus loin de la réalité. Je travaille professionnellement à plein temps. Le zéro déchet dépend peu de ce qu’on fait à l’intérieur de chez soi.

Le zéro déchet dépend plutôt de ce qu’on fait à l’extérieur : c’est en diminuant sa consommation, en faisant ses courses avec des contenants réutilisables, en achetant d’occasion, en refusant ce dont on n’a pas besoin (voir les 5 règles) qu’on empêche les déchets de passer le seuil de sa porte… on n’aura donc pas à s’en dépatouiller plus tard.

Essuie-tout

A titre indicatif, voici quelques-uns des produits qui font partie des dépenses récurrentes d’un foyer banal et que nous n’achetons plus, soit parce ce que nous n’en éprouvons plus le besoin, soit parce que nous les avons remplacé par des alternatives réutilisables : le papier essuie-tout, le papier d’alu, le papier sulfurisé, le film alimentaire, les éponges, les sacs poubelle, les sacs de congélation, les sacs à glaçons, les serviettes en papier, les assiettes, couverts et gobelets jetables.

Mais aussi le fil dentaire, les rasoirs jetables, les pansements, les cure-dents, les mouchoirs en papier, la laque ou autre fixateur de chevelure, le vernis à ongles et le dissolvant, les produits d’hygiène féminine jetables (serviettes et tampons), les produits d’entretien divers (spray pour les vitres, la cuisine, la salle de bain, le sol, etc.), les lingettes désinfectantes, le papier cadeau, les magazines, les journaux, le shampoing, le savon pour les mains, le spray de repassage, les agrafes, le scotch, etc…

fleche-nota-bene Les conseils de Béa Johnson pour atteindre le "zéro déchet"

Et ces produits (dont les alternatives vous sont proposées dans mon livre) ne nous manquent même pas. Bien au contraire ! Nous préférons l’utilisation et l’esthétique des solutions que nous avons adoptées et apprécions les économies de temps et d’argent qu’elles représentent. Une vie basée sur les expériences au lieu des biens matériels est tellement plus enrichissante !

Enfin, quels conseils donneriez-vous aux gens pour qu’ils suivent votre modèle ?

Mon conseil pour ceux qui s’intéressent à ce mode de vie est tout simplement d’appliquer les 5 règles mentionnées au dessus (le premier pas etant de refuser le superflu !) et de se munir de mon livre Zéro Déchet pour en savoir plus !

*

jeveuxtemoigner Les conseils de Béa Johnson pour atteindre le "zéro déchet"

A lire sur la même thématique :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour je trouve que c’est une super idée je connais le systéme d’echanges mai vous nous donner une sacré leçon de vie et des économies pour la planéte on en as bien besoin je vais acheter votre livre merci avous

  2. Cela fait maintenant 6 mois que j’ai lu son livre. Un vrai coup de fouet. Je faisais déjà attention à mes déchets, mais, là, j’ai bien compris qu’on pouvais aller plus loin. Depuis, j’ai réduit de moitié mon volume de déchets. Mais je suis encore bien loin de ce que fait Béa Johnson. J’ai compris, grâce à elle, que nous pouvions tous être acteur. Merci. Je témoigne également sur un blog : http://www.sakaide.fr

  3. Depuis près d’un mois, j’ai mis en pratique les bons conseils de Béa Johnson.
    Vous pouvez les retrouver sur mon blog avec ces deux articles :

    http://www.irelook.com/actus/bea-johnson-une-femme-pleine-de-bon-sens/
    http://www.irelook.com/actus/je-continue-mon-experience-zero-dechet-dans-la-salle-de-bain/

    Bon week end à tous !

  4. Bravo a vous, j’ai presque 69 ans, nos parents nous ont inculqués a mes sœurs et moi le respect de la nature dès notre plus jeunes âge,
    je les en remercient chaque jours mm si ils ne sont plus la bien sur !
    Dans notre jeunesse nous vivions a 7, avec notre grand’mère maternelle,
    presque en autarcie, nous habitions une maison avec un grand jardin,
    avec une grandes variétés de fruits et légumes,un petit élevage de poules, canards, etc … Nous produisions très peu de déchets, tout ce qui pouvait être recyclé l’était, la fabrication de conserves légumes, fruits, bière légère était un plaisir pour tous, mes filles adoptent selon leurs possibilités la mm tactique, et quel épanouissement !
    Une adepte de Belgique.

  5. Je suis devenue fan absolue dès que j’ai lu les articles concernant Béa Johnson. Comment peut-on continuer de polluer avec tous nos déchets inutiles?

    La nature regorge de plastic et de déchets divers non biodégradables.

    Quel plaisir de promener en campagne au milieu des ordures jetées sans complexe?

    Qui peut avoir envie de nager au milieu d’une mer polluée?

    Devant le manque de discipline, les décideurs et les élus doivent faire passer des lois et sanctionner lourdement les pollueurs.

Moi aussi je donne mon avis