La cohabitation des générations, nouveau contrat social ?

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 10 Feb 2014, à 14 h 17 min

Recréer du lien entre les générations

Car c’est bien de cela qu’il s’agit avec la cohabitation transgénérationnelle :

Vivre ensemble et pas simplement partager un loyer comme cela peut être le cas dans une colocation classique.

cohabitation des générationsEnsemble2générations, à Reims, propose de faire vivre un sénior et un jeune sous le même toit

La France compte parmi les pays où la longévité et l’espérance de vie sont les plus importantes dans le monde.

Les seniors, puisque c’est ainsi qu’on les appelle, aspirent à vieillir autrement que dans une maison de retraite. Ils cherchent à rester chez eux le plus longtemps possible, ce qui n’est pas toujours évident. La présence d’un jeune chez eux s’avère rassurante, d’autant qu’ils sont là pour offrir leur aide quand de besoin. A l’inverse, le locataire souvent étudiant se loge à moindre coût dans un esprit d’entraide et bénéficie d’un logement calme pour réviser.

La cohabitation entre générations sonne donc très « nouvelle consommation » !

etoile139Elle est un moyen de répondre à 2 grands problèmes sociétaux que sont l’isolement des personnes âgées et la précarité des jeunes générations.

En outre, cette forme de cohabitation réconcilie en quelque sorte 2 générations qui ne sont pas forcément étroitement liés. La représentation négative que peut avoir une génération pour une autre se gomme grâce à de tels dispositifs.

*

> suite : la cohabitation intergénérationnelle en pratique

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

13 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour,
    je comprends tout à fait vos réactions,
    une cohabitations réussie demande un tiers , une méthodologie rigoureuse et un suivi
    nous animons dans le Nord Pas de Calais un dispositif « un toit à partagé  » porté par l’association Générations et Cultures et nous avons constitué et suivi une centaine de binômes.
    En France, de nombreuses associations portent des dispositifs similaires , elles se ressemblent dans des réseaux pour s’entraider: LIS, COSI, Ensemble2générations, Parisolidaire etc

  2. Même en colocation entre eux, les jeunes ont des problèmes ! l’un bordélique, l’autre pas, ou mieux, les deux…les poubelles s’accumulent, et le jour où on vient pour les déménager, il y a des dizaines de sacs poubelles à virer !!! j’ai vécu cette expérience déplaisante avec l’un de mes enfants…..dont je désespère qu’il devienne ordonné un jour.
    Et le propriétaire qui a trafiqué le compteur électrique et se chauffait aux frais des colocs, ça aussi, c’était super !!!
    On voit de tout, certains ont raison. Il peut y avoir des jeunes plus qu’inconvenants, et des personnes âgées ignobles. Et en version positive, il peut y avoir des jeunes absolument super, et des personnes âgées exquises. Le tout est que les uns-bien tombent sur les autres-bien ! eh…afin que tout le monde s’y retrouve.

  3. supposons que la personne âgée soit hospitalisée (ce n’est pas si rare) et qu’elle ne puisse plus, à cause de son état de santé, ne plus revenir à son domicile. Que se passe-t-il ??

    • Je trouve cette question tout à fait judicieuse ! Alooooors ? la réponse ? quelle est-elle ?????

  4. au sujet de la colocation intergénérationnel, je pense à un sujet
    les étudiants en école infirmière, ne pourrait il pas en étant colocataire avec une personne âgée ou en faible handicap, faire valider cette expérience de colocation comme une expérience professionnelle dans leur CV

    pour les étudiants autres orientations faire valoir ceci comme expérience complementaire et pourquoi pas la validité comme droit à la retraite pour le temps consacré à l’hébergeant ?

    merci pour tous vos documentaires et informations
    B Corbex

  5. on essaie de mettre ce système à la mode, comme on a mis à la mode la collocation, mais là aussi, ça ne fonctionne pas comme sur des roulettes dans tous les cas.

    Dans mon quartier, il y a pas mal de gens de tous âges qui ont une chambre d’étudiant chez l’habitant. Il y en a 1/3 de vraiment bien, qui sont capables de sortir leur poubelle le vendredi avant de partir, qui ne laissent pas les fenêtres ouvertes pendant 1 heure en hiver en gaspillant le chauffage, du moment que c’est tout compris. Il y en avait un qui rentrait le vélo dans sa chambre alors qu’il avait accès au garage qui se trouvait derrière la cloison. Plus rares sont ce qui font hurler la télé, mais ça existe. Et là, c’est de la location simple, mais il ne faudrait pas compter qu’ils viennent en aide à des personnes âgées, car rares sont ceux qui assureraient correctement leur rôle.

    Et puis, il y a certaines contraintes que tout le monde n’accepte pas.

    Une personne âgée hébergeait chez elle une élève infirmière. Et elle avait oublié le mot « élève ». Elle voulait qu’elle lui coupe les ongles des orteils (en cas d’infection, il pourrait y avoir problème, il faut que ce soit fait pas un pédicure ou par quelqu’un de la famille pour ne pas avoir d’ennuis.

    Elle voulait qu’elle l’aide à faire la toilette, laver les cheveux. Et bien là, c’est du travail d’aide soignante.

    Par contre, lever la table, donner un coup de balai, sortir les poubelles…………. là d’accord.

    Tant l’exagération est d’un côté, tantôt elle est de l’autre.
    Et une personne âgée qui a toute sa tête et toutes ses facultés préfèrera être seule, avec sa télé et son téléphone pour appeler ses enfants.

    De plus, si ça se passe mal, il n’est pas facile de prier le jeune de partir avant la fin de l’année. Tout le monde n’est pas sympa et de bonne foi.

    Le pourcentage de fois où ça peut marcher est très faible.

    • Remarques très intéressantes qui montrent la nécessité de structures accompagnatrices.

  6. Mon père âgé de 88 ans vit avec Florian, 21 ans, depuis Sept 2013. Ensemble2générations est une association efficace, ils ont sû adapter leurs caractéristiques et le binôme fonctionne très bien. Le contrat est clair et les tâches définies ensemble. Je suis en lien avec Florian quand il y a besoin, il peut aussi compter sur nous, et nous nous entendons très bien. Le jeune qui effectue cette démarche s’est engagé et est responsable, il s’adapte également aux « contraintes de vie » comme dans toute vie commune. notre seul souci : il part étudier à Amiens l’an prochain et toute la famille le regrettera !!!

  7. Je trouve que c’est une très bonne idée et j’espère que nombreux seront ceux, celles qui s’en inspireront.
    Concernant les incivilités, de nombreux jeunes n’ont pas à pâlir car lorsque je vois les comportements de personnes d’un certain âge, j’ai vraiment honte !
    PS : Je suis quinquagénaire

    Cessons donc de critiquer les blancs, les noirs, les jeunes, les vieux…… Et accueillons les bras ouverts toutes ces bonne initiatives qui nous sortirons du marasme actuel.

  8. Les jeunes rêvent d’un « appart » souvent au dessus de leurs moyens, ils veulent leur indépendance. Papa et Maman paient et n’ont pas vraiment envie de « s’embêter » avec une personne âgée.

    S’ils acceptent une telle solution, ce n’est qu’un pis aller.
    De plus, une personne âgée peut, à juste titre être méfiante. Avec certains jeunes, bien joli qu’ils pensent à fermer la porte d’entrée à clé, certains étourdi vont oublier de fermer leur fenêtre même lorsqu’il fait froid, vont être « bordélique » comme on n’imagine pas. Ils ne sont même pas fichus de sortir leur propre poubelle.

    Et je ne parle pas des jeunes qui sortent et qui picolent et qui ne sont pas si rares.

    Très rares sont les jeunes qui peuvent utiliser ce système de façon convenable.

    Si c’est la personne âgée qui doit compenser les manques du jeunes et en plus le loger même avec un petit loyer, c’est l’inverse du but recherché.

    Il peut aussi y avoir des personnes âgées qui exagèrent et demandent un travail d’aide soignante carrément.

    Les cas où ça feut fonctionner correctement sont rares.

    • Absolument d’accord !!! Idyllique, le plan serait bon, si les valeurs morales de la jeunesse était ce qu’elles devraient être. Mais ce n’est certes pas le cas. C’est en effet quasi impossible, sauf pour une petite partie de la population concernée. Je suis tout à faire d’accord, avec votre analyse du sujet.

  9. Les jeunes rêvent d’un « appart » souvent au dessus de leurs moyens, ils veulent leur indépendance. Papa et Maman paient et n’ont pas vraiment envie de « s’embêter » avec une personne âgée.

    S’ils acceptent une telle solution, ce n’est qu’un pis aller.
    De plus, une personne âgée peut, à juste titre être méfiante. Avec certains jeunes, bien joli qu’ils pensent à fermer la porte d’entrée à clé, certains étourdi vont oublier de fermer leur fenêtre même lorsqu’il fait froid, vont être « bordélique » comme on n’imagine pas.

    Très rares sont les jeunes qui peuvent utiliser ce système de façon convenable.

    Si c’est la personne âgée qui doit compenser les manques du jeunes et en plus le loger même avec un petit loyer, c’est l’inverse du but recherché.

    Il peut aussi y avoir des personnes âgées qui exagèrent et demandent un travail d’aide soignante carrément.

    Les cas où ça feut fonctionner correctement sont rares.

    • Je vous trouve bien négative Anne. Sans être chez une personne âgée, j’ai loué une chambre chez l’habitant lorsque j’étais étudiante et je n’ai pas eu de problèmes avec mes propriétaires, bien que partageant le même logement qu’eux. ça faisait des années qu’ils louaient une chambre dans leur maison à des étudiants et ils n’ont jamais eu de soucis non plus.

      Ce qui importe c’est que le système soit bien compris entre les deux parties qui se mettent d’accord sur les règles de vie commune. Si on n’est pas prêt à faire des concessions ou inapte à la vie en communauté, c’est sûr que cela ne peut pas marcher. Malgré tout je pense que ce système pourrait convenir à de nombreuses personnes et que c’est une très bonne chose.

Moi aussi je donne mon avis