Se chauffer avec l’eau des égouts : la plus grande usine d’Europe ouvre à Aix-la-Chapelle

Rédigé par Stephen Boucher, le 13 Apr 2015, à 17 h 14 min

Nous jetons dans nos eaux usées plus que nos effluves urbaines : nous rejetons une quantité massive de chaleur, jusqu’à aujourd’hui inexploitée. Eaux de bain, de lave linge, de lave vaisselle, de cuisine portent ces eaux à une température comprise entre 10 et 20 degrés Celsius en permanence. A Aix-la-Chappelle, en Rhénanie du Nord-Westphalie (Allemagne), 150.000 habitants, cette énergie thermique extraordinaire va désormais être mise à profit pour le chauffage et l’eau chaude, grâce à la plus grande usine d’Europe qui utilise la chaleur des eaux usées pour le chauffage et l’eau chaude.

Les égouts : de l’or sous nos pieds

A Aix-la-Chapelle, comme dans beaucoup de villes d’Europe, serpente un réseau important de canaux par lesquels les eaux usées sont évacuées. Sauf qu’ici les services ont calculé que 120 maisons pourraient être chauffées en capturant la chaleur de ces rejets – environ 15 degrés – grâce à des échangeurs de chaleur permettant de transférer l’énergie d’un matériau à un autre.

Un test est actuellement en cours pour fournir environ 120 appartements dans quatre immeubles en chauffage et eau chaude. Dans ce but, un échangeur de chaleur a été installé dans un des plus grands égouts de la ville, qui fournit de l’énergie thermique à deux pompes à chaleur grâce à un circuit hydraulique séparé.

aix-la-chapelle-aachen-developpement-durable-01

Deux pompes à chaleur amènent l’eau dans les bâtiments à 50 degrés Celsius, qu’un réseau de chauffage urbain distribue ensuite dans les appartements. Les eaux usées fournissent ainsi jusqu’aux quatre cinquièmes de la demande en énergie, le reste est assuré par de l’électricité.

Jusqu’à 4 millions d’habitations allemandes chauffées grâce aux eaux usées

Si l’Allemagne ne dispose aujourd’hui que de quatre petites installations utilisant l’énergie thermique des eaux usées, la chaleur des eaux usées pourrait fournir quatre millions appartements si le système était porté à l’échelle du pays entier, selon les estimations de la Fondation allemande pour l’environnement.

Les coûts d’investissement dans ces installations sont toutefois très importants,  considérablement plus que ceux dans des chaudières à gaz ou à pétrole classiques.

Avec la hausse des prix de l’énergie, ce type d’investissement d’investissement deviendra plus rentable. En Allemagne, comme dans d’autres pays développés, le potentiel de l’énergie issue des eaux usées est énorme, surtout s’il est associé à des installations photovoltaïques et des accumulateurs d’énergie pour rendre cette technologie plus rentable.

aix-la-chapelle-aachen-developpement-durable-02

Vos eaux usées valent de l’or

Sur le même thème, le Centre de compétence eau de Berlin a développé le concept CARISMO : une station d’épuration synthétisant du biogaz utilisé sur place pour produire de l’électricité, tout en diminuant le nombre d’étapes mécaniques nécessaires à la filtration de l’eau.

Le principe novateur consiste à séparer les substances organiques de l’eau en amont du traitement, pour les transférer directement dans les installations de digestion et de traitement des boues. Puis, par l’ajout d’additifs chimiques, la majeure partie de la matière organique peut être filtrée et utilisée comme boue primaire pour synthétiser du biogaz, qui sera lui-même utilisé pour produire de l’électricité sur place.

A lire sur la même thématique :

L’Allemagne n’est pas seule dans la course, puisqu’en Autriche, la petite ville d’Amstetten (23.000 habitants) expérimente un dispositif similaire depuis deux ans.

Une expérience est menée depuis quelques années à Paris pour chauffer une école.

Une technologie innovante permettrait à des boues d’épuration d’être recyclées et transformés en papier et plastique.

*

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis