Réchauffement climatique : pourquoi il ne faut pas baisser les bras

Les années s’enchaînent et les catastrophes liées au réchauffement climatique aussi. Après des feux destructeurs en Australie en 2019, celui de Creek Fire en Californie en 2020, c’est au tour de la France durant cet été caniculaire d’avoir connu des feux ayant détruit douze fois la surface du Mans. Suite à ces événements, certains décident de changer du tout au tout pour lutter contre le réchauffement climatique, d’autres pensent déjà qu’il est trop tard. Selon les scientifiques, il est encore temps de sauver la planète, voici comment.

Rédigé par Stéphanie Haerts, le 16 Sep 2021, à 8 h 43 min
Réchauffement climatique : pourquoi il ne faut pas baisser les bras
Précédent
Suivant

Les inondations meurtrières au Pakistan, les pluies torrentielles aux États-Unis, les incendies en Europe nous donnent à la fois un sentiment d’insécurité et d’impuissance. Cela nous laisse penser qu’il est trop tard pour lutter contre le réchauffement climatique. D’ailleurs, 67 % des Français affirment ressentir de l’éco-anxiété pensant que l’avenir de notre planète sera sombre. Cependant, certains changements dans le monde montrent que la planète sera sûrement plus verte à l’avenir.

 Les scientifiques pensent qu’il est possible d’y parvenir

Est-il trop tard pour sauver la planète ? Malgré leur constat pessimiste, les scientifiques pensent que non. Les derniers rapports du Giec (Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), sont des plus alarmants. Même si les scientifiques indiquent qu’il reste peu de temps pour parvenir à contenir le réchauffement à +1,5°C ou +2°C par rapport à l’ère préindustrielle, cela est encore possible.

« Il existe des leviers d’action, dans tous les secteurs d’activité, s’appuyant à la fois sur les progrès technologiques mais aussi sur l’adoption de styles de vie plus sobres en carbone. Si ces solutions étaient déployées, on pourrait diviser par deux les émissions mondiales de CO2 d’ici à 2030 », a affirmé Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du groupe de travail n°1 du Giec dans des propos rapportés par Ouest France. Le rapport du Giec détaille d’ailleurs comment il est possible d’y parvenir mais chaque année est cruciale pour inverser la tendance.

Les plus grands pollueurs souhaitent changer

Des pays pollueurs comme la Chine changent leur fusil d’épaule. Le pays a énormément investi dans les énergies renouvelables afin de décarboner l’énergie. Selon l’Energy Policy Institute de l’université de Chicago, entre 2013 et 2020, la quantité de particules nocives présentes dans l’air a été réduite de 40 %. La Chine a ainsi permis de réduire la pollution dans le monde depuis 2013.

© Balazs Vekony

De leur côté, les États-Unis sont en train de se ranger en faveur du climat. Alors que Donald Trump avait tout simplement retiré les États-Unis des accords de Paris, Joe Biden souhaite de son côté réduire les émissions de gaz à effet de serre. D’ici 2030, les États-Unis se sont engagés à réduire les gaz à effet de serre d’entre 50 % à 52 % en comparaison à 2005. Le plan de Joe Biden pour le climat et la santé a été adopté par le Congrès en août 2022. Au total, 430 milliards de dollars seront investis pour parvenir aux objectifs de réduction de gaz à effet de serre. De même, en Australie, un grand projet de loi sur le changement climatique vient d’être adopté.

À lire aussi –  Souffrez-vous d’éco-anxiété ou solastalgie, le nouveau mal du siècle ?

La possibilité d’atteindre la neutralité carbone en 2050

L’année 2050 marquera sans doute un tournant pour le réchauffement climatique. De nombreux pays ont fixé à cette année-là leurs objectifs en matière de climat. La neutralité carbone sera-t-elle atteignable à cette date ? Cela est en tout cas possible. En optant pour la sobriété énergétique, la rénovation énergétique des biens immobiliers mais aussi l’utilisation massive des énergies renouvelables, il sera sans doute possible d’atteindre les objectifs.neutralité carbone, coup de coeurclimat
Climat, 5 ans pour sauver notre humanité : ce que la france doit faire

Jean-François Julliard
Le directeur de Greenpeace France lance un ultimatum aux politiques : le prochain quinquennat est la dernière chance d’inverser la courbe du réchauffement climatique Au rythme actuel, la neutralité carbone n’arrivera pas en France avant 2084 !

A découvrir sur cultura.com

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), a détaillé plusieurs scénarios pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Dans ces différents scénarios, les énergies renouvelables comptent pour plus de 70 % du mix énergétique de l’Hexagone. Certains de ces scénarios misent sur une plus grande utilisation des énergies renouvelables, d’autres sur une sobriété énergétique. Les rapports mentionnent également une réduction de la consommation de viande, des transports moins polluants ou encore des logements optimisés.

D’autres éléments montrent que nous sommes sur la bonne voie comme la progression de l’utilisation des énergies bas carbone ou neutres, les avantages économiques mondiaux à se tourner vers une réduction des émissions de carbone et surtout parce que les citoyens ont conscience de cette situation et qu’ils souhaitent devenir acteurs et éviter le pire.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis