Ces substances que nous cachent … les lingettes Pampers

Dans la série d’articles « Ces substances que nous cachent… », on décrypte pour vous les étiquettes des plus grandes marques. Ici, les substances contenues dans les lingettes pour bébé Pampers.

Rédigé par Jean-Marie, le 14 Feb 2020, à 14 h 30 min

Les composants à éviter dans les lingettes

Les lingettes classiques sont composées de 60 % de polyester (matière pétrochimique) et 40 % de cellulose. Il vaut mieux choisir des lingettes 100 % cellulose (si possible certifiée FSC) : en effet, le polyester est quatre fois plus émetteur de CO2 que la cellulose. Celle-ci est issue du bois, alors que le polyester est issu du pétrole.

Les lingettes sont en général principalement à base d’eau et sans alcool et elles doivent se protéger des contaminations microbiennes grâce à un conservateur. Et c’est là que ça pose problème car beaucoup de marques ont choisi des produits qui ne sont pas inoffensifs : le premier est le phénoxyéthanol.

Les substances dangereuses : le phénoxyéthanol

Le phénoxyéthanol est un éther de glycol utilisé comme conservateur car c’est un produit qui a un effet anti-microbien : il empêche le développement bactérien. C’est aussi un solvant controversé. Les scientifiques lui attribuent une certaine toxicité pour le foie, avec un seuil cependant difficilement atteignable chez l’adulte. Il est faiblement reprotoxique (toxique pour la reproduction), mais il reste pourtant « dangereux pour le système nerveux et le système hématopoïétique ».
Pour Pampers, le phénoxyéthanol est « utilisé comme conservateur dans les lingettes Baby Fresh, Pampers Sensitive et Naturals du fait de son efficacité à très faible dose (seuil inférieur au seuil autorisé) et pour sa très bonne tolérance ».

lingettes pampers

Les lingettes Pampers contiennent des substances potentiellement toxiques © TierneyMJ

Ce n’est pas l’avis de l’ANSM(1). Depuis le 20 décembre dernier, les lingettes contenant du phénoxyéthanol doivent être accompagnées d’une étiquette indiquant que leur utilisation est déconseillée pour les bébés de moins de trois ans. Pas d’interdiction donc pour ce produit mais un avertissement « par précaution ». On évite donc les lingettes au phénoxyéthanol a fortiori pour une utilisation quotidienne sur les fesses des bébés.

Les substances dangereuses : les parabens

Les parabens, des conservateurs de synthèse très communs, sont des substances qui font polémique.  Certains esters des parabens interfèrent avec les récepteurs hormonaux (oestrogènes).

Ce sont donc des perturbateurs endocriniens (perturbateurs de l’équilibre hormonal), réputés pour leur pouvoir allergisant, susceptibles de provoquer des allergies de contact. Leur exploitation dans les produits cosmétiques est réglementée par une directive depuis 1976. Une polémique sur les parabens court depuis 2003, suite à une étude britannique qui a mis en lumière une relation entre parabens et cancer du sein, mais qui montrait que la dose de parabens concernée était sans rapport avec celle utilisée dans la conservation des produits.  Le débat n’est pas clos.

  • Les parabènes à  éviter : le butylparaben et l’isobutylparaben.
  • Les parabènes acceptables : le méthylparaben et l’éthylparaben. Pour autant, il ne faut pas rejeter l’un bloc tous les parabens car parfois, s’en passer peut conduire à utiliser des produits tout aussi néfastes (acide déshydroacétique, alcools,  huiles essentielles, potassium, benzyl Alcohol).

Le cas Pampers : « les lingettes Pampers Baby Fresh, Sensitive et Naturals et nos lingettes Kandoo ne contiennent pas de parabènes. Mais, les lingettes Pampers Active en contiennent ».  Pour Pampers, les parabènes ne posent pas problème. « Nous vous rappelons que les parabènes font régulièrement l’objet d’études approfondies. Ainsi, les Autorités de Santé Française (AFSSAPS) et Européenne ont re-confirmé en 2005 le maintien des parabènes dans la liste des conservateurs autorisés pour les produits cosmétiques. Nos lingettes sont donc sûres d’utilisation et ne posent pas de problème de tolérance pour les consommateurs ».

Les substances dangereuses : les phtalates

Les phtalates sont des molécules chimiques qui servent d’agents fixateurs ou vecteurs dans les produits cosmétiques. L’industrie cosmétique en Europe n’utilise qu’un seul phtalate : le diethylphtalate (DEP) qui  sert surtout à rendre les parfums impropres à la boisson en altérant leur alcool.

pampers

Les lingettes jetables peuvent faire courir un risque pour la santé et polluent l’environnement © Yevhen Prozhyrko

Selon les scientifiques, le DEP ne présente aucun risque pour la santé humaine quand il est utilisé dans les parfums. Pourtant, les phtalates sont considérés comme toxiques pour la reproduction (le DEHP et le DBP sont les plus dangereux). En effet, ils sont susceptibles d’entraîner des perturbations hormonales, causes de stérilité, ou des pubertés précoces. Le DEHP, de même que le DEP dans une moindre mesure, provoque des troubles du développement des testicules et perturbe les hormones du foie. Les phtalates sont interdits dans les jouets pour enfants et dans les biberons. Mais selon Greenpeace, on ne pourrait pas identifier les phtalates dans les ingrédients de produits pour bébé car ils sont contenus dans le terme « parfum ».

Les autres substances dangereuses

L’EDTA : ce composant est utilisé comme stabilisateur de produit pour contrer la dégradation par les bactéries, notamment par les industries agroalimentaire et cosmétique. Il doit être absolument proscrit de toute composition cosmétique pour nouveau-né et remplacé par l’un des composés naturels non toxiques. C’est un toxique puissant du rein et reprotoxique, à proscrire donc.

Le BHA (terbutylhydroxyanisol) et le BHT (le terbutylhdroxytoluène) sont des antioxydants puissants.

coup de coeur

Lingettes Sèches Bébé Bio

Les Lingettes Sèches Bébé Bio Bocoton sont pratiques car utilisables à sec ou humide pour faciliter la toilette de bébé. Elles conviennent à tous les types de peaux, même les plus sensibles. Le coton utilisé ne contient pas d’engrais ni de pesticide.

À découvrir sur Bébé au naturel

 

Lire page suivante : les lingettes, danger ou pas ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. On ne le dira jamais assez: un carré de coton avec une noisette de liniment oléo-calcaire (vendu pas cher en parapharmacie ou fabriqué soi-même): c’est hyper efficace, ça sent bon (contrairement aux parfums de synthèse des lingettes), c’est pas cher, et c’est le top pour éviter toute irritation et tout risque pour le bébé !!!

  2. ma dermato vient de me conseiller les lingettes pampers, bien que j’aie un psoriasis…je crois le medecin ou les ecolo bobo?

  3. Je ne comprend pas…meme les lingettes Cadum contiennent du Castor Oil. Pourquoi on dit quelles sont bien? Qui a fait ces tests?

    • Savez-vous ce qu’est « le castor oil » ?? Ce n’est pas de l’huile de castor comme vous avez l’air de penser mais de l’huile de ricin qui est une huile végétale naturelle.

  4. rien de mieux que du liniment oléo-calcaire avec du coton. de nombreuses sage femmes et maman le diront !

  5. Très très intéressant cet article mais je souligne que l’AFSSAPS n’existe plus et est remplacée par l’ANSM

  6. C’est vrai que les lingettes m’ont toujours paru suspectes… mais j’en utilise quand même. J’ai commencé à utiliser des lingettes à la naissance de ma fille aînée, pour ses petites fesses, et puis, elles se sont répandues partout dans la maison et mon sac à main. Elles simplifient tellement la vie ! J’ai l’impression de vivre dans une maison plus propre et plus saine, je passe une lingette désinfectante sur les poignées de porte, la lunette des WC, le sol… Les industriels jouent de notre peur (excessive ?) des microbes pour nous faire faire n’importe quoi. Comment ferai-je sans ? Avec un chiffon et de l’alcool à brûler ? Mais, mon chiffon est-il assez propre ? Les lingettes exploitent nos névroses, mais ne nous rend pas moins névrosés.

    • n’oubliez pas que trop de propreté nuit à l’hygiène, notre corps est composés d’anticors et depuis que tous les produits existent, ils ne « travaillent » plus et ne luttent plus naturellement contre les agressions extérieurs, aussi nous attrapons plus facilement des maladies. La preuve : dans les hôpitaux, nous attrapons des maladies dites « nosocomiales » qui n’existaient pas avant cet excès de propreté. A réfléchir….

  7. « très instructif ! Mais ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi les autorités de santé n’interdisent pas purement et simplement toutes les substances dangereuses ou susceptibles de l’être ?? Dans le doute abstient toi comme on dit !! Pourquoi ne peuvent ils pas étudier les substances en faire des cocktails et je ne sais quoi pour démontrer une bonne fois pour toute qu’elles sont nocives ?? Je suis révoltée et encore plus du fait que j’ai des enfants à qui j’ai tartiné les fesses de pétroles et autres produits chimiques contenus dans divers laits de toilette, lingettes et eaux nettoyantes. Ce qui me mets aussi en colère, c’est la manière dont certaines marques mettent en valeur leurs produits en assurant justement la compositions de ceux-ci du genre : « sans phtalates, sans parabens, sans phénoxyéthanol etc…., 99% d’ingrédients d’origines naturels »… Même Pamela Anderson est plus naturelle que le sois disant 1% restant de la composition qui cache alors d’autres substances comme les PEG, Lauryl Sulfate de Sodium ou d’amonium, les polysorbates (que vous n’avez d’ailleurs pas écrit en gras sur vos listes d’ingrédients ?)… Bref, tout cela pour de l’argent, toujours et encore… C’est déplorable ! Je suis donc passée là aussi « au vert », et je découvre grâce à vous différentes personnes et blogs pour entre autre faire soi même ses cosmétiques (merci ByReo et Julien 🙂 ) ce qui semble être le plus approprié de nos jours !

    • reflechir c’est y repondre…les gens se soucient des lingettes, mais ca ne les derange pas qu’on soit 9 milliards a consommer et polluer, et les cigarettes sont en vente libre. pourquoi? les accises tabac rapportent plus que ce que coute le traitement des cancers induits par cette m…ah le flouze!…

Moi aussi je donne mon avis