Carrefour fâche le réseau Semences Paysannes

Le Réseau Semences Paysannes s’élève contre la récupération par Carrefour de son combat au quotidien depuis quinze ans.

Rédigé par Paul Malo, le 31 Oct 2018, à 9 h 39 min

Non, le réseau Semences Paysannes n’a noué aucun partenariat avec Carrefour. Et sa nouvelle campagne publicitaire fait plus que l’agacer…

Semences paysannes : une récupération à bon compte

Un an après sa campagne de publicité « Le Marché Interdit », Carrefour récidive avec une nouvelle campagne baptisée « Act for food », dans laquelle il se pose en « leader mondial de la transition alimentaire pour tous ». Le géant de la grande distribution va jusqu’à laisser entendre qu’il est capable de faire évoluer la loi défavorisant la biodiversité cultivée.

La nouvelle campagne de Carrefour

Une affirmation qui scandalise le Réseau Semences Paysannes, qui s’insurge dans un communiqué :  « Devant cette récupération à bon compte du combat mené par l’ensemble du Réseau Semences Paysannes depuis quinze ans, le citoyen doit-il se réjouir de comprendre que les lois injustes ne pourraient changer que dans l’intérêt et sous la dictée des multinationales ? » Le réseau préfère rappeler que les semences s’échangent « gratuitement dans des réseaux de partage de savoir faire et de connaissances, ce qui permet d’adapter au fil des ans les variétés paysannes aux particularités de chaque ferme. Une vision aux antipodes de la réponse strictement marchande de Carrefour ».

Un « matériel hétérogène biologique »

Le réseau rappelle que la loi en question ne concerne en fait pas les semences paysannes, mais la mise sur le marché d’une nouvelle catégorie de semences nommée « matériel hétérogène » (dans le cadre du nouveau règlement bio européen).

Selon lui, « sans transparence sur les méthodes industrielles d’obtention variétale et sans interdiction nette de tout brevet sur les plantes, il est bien difficile de savoir aujourd’hui le type de semences qui seront commercialisées comme ‘matériel hétérogène biologique’ ».

Les semences paysannes ont vocation à être cultivées et reproduites plusieurs années de suite dans les fermes et les jardins où elles coévoluent. Semences Paysannes rappelle par ailleurs qu’ « il est erroné de laisser entendre au travers d’une campagne de communication que les semences paysannes seraient désormais autorisées à la culture et à la vente pour les agriculteurs bio ». Semer des semences paysannes et vendre les produits de sa récolte n’a jamais été interdit.

En fait, « la quasi totalité de ces produits est distribuée à l’échelle territoriale en circuit court ou en vente directe hors des radars de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution ». Enfin, le réseau souligne que le futur règlement bio européen ne permet pas en l’état la commercialisation de semences paysannes biologiques par les paysans les ayant produites dans le cadre de leur production agricole.

Illustration bannière : épis de maïs colorés – © Cynthia Liang
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Tout est bon pour faire du pognon avec cette mafia.

  2. Les supermarchés et les industriels, les rois de l’opportunisme !!!

Moi aussi je donne mon avis