Chez Burberry, on brûle de plus en plus d’invendus

Burberry, célèbre marque de luxe britannique, choque à cause d’une pratique pourtant répandue dans les grandes firmes : elle brûle chaque année des milliers d’articles invendus, du textile aux cosmétiques.

Rédigé par Maylis Choné, le 20 Jul 2018, à 10 h 10 min

Cette année, Burberry semble battre son propre record en terme de destruction d’articles, au grand dam des actionnaires et des amoureux de la marque à carreaux.

Des milliers d’articles détruits par l’enseigne Burberry

Burberry, marque de luxe britannique, est connue dans le monde entier pour ses célèbres trench aux doublures à carreaux. La firme a fait parler d’elle récemment lors de la vente de son volet beauté au géant des cosmétiques Coty. Cette fois-ci, une autre actualité, plus scandaleuse, vient secouer la firme : la destruction de milliers d’articles invendus.

Le célèbre trench coat Burberry © andersphoto / mypokcik

Dans son rapport annuel, la marque est obligée de faire figurer les destructions de produits. Cette année, les chiffres sont en hausse : la marque a détruit pour 31 millions d’euros (28 millions de livres sterling) de vêtements et de cosmétiques. Les chiffres explosent et ont presque doublé par rapport au nombre d’articles brûlés il y a deux ans (18,8 millions de livres sterling en 2016).

Lire aussi : H&M accusé de brûler les vêtements invendus

Les justifications de l’enseigne

Certains crient au scandale et estiment que les produits auraient pu être donnés ou vendus à bas coûts aux actionnaires. D’autres trouvent scandaleux de brûler des produits au lieu de les recycler. La marque se défend et avance qu’elle ne peut se permettre de casser ses prix sans nuire à son image de marque. Impossible donc pour Burberry d’alimenter les marchés de la contrefaçon ou de se retrouver dans les rayons des discounters.

burberry

Sacs Burberry © Casimiro PT / mypokcik

Et pour l’environnement ? Burberry explique que les articles sont brûlés dans des entrepôts spécialisés dans la fourniture d’énergie. « Quand on est obligé de détruire des produits, on le fait de manière responsable et on continue à chercher des moyens de réduire et revaloriser nos déchets », a assuré un porte-parole.

Illustration bannière : Boutique Burberry – © Sorbis / Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Mince, ils ont brûlé les fringues que je n’ai pas achetées !!!

Moi aussi je donne mon avis