Black Friday : pourquoi le boycotter ?

Importé des États-Unis, le Black Friday est une période de promos. Faux bons plans, conditionnement des clients, planète… Voici plusieurs raison pour le boycotter.

Rédigé par Audrey Lallement, le 17 Nov 2019, à 17 h 00 min

Le Black Friday, période promos juste avant Noël, génère des milliards d’euros et pousse les clients à dépenser et consommer toujours plus. Voici plusieurs bonnes raisons de le boycotter.

Le Green Friday plutôt que le Black Friday

5,9 milliards d’euros dépensés

Cette année, le Black Friday se déroulera du 23 au 27 novembre 2019. Durant cette période, de nombreux clients vont se ruer sur les magasins pour acheter des vêtements, de la hi-fi, etc.

Lire aussi : faire ses courses moins cher, nos astuces

Selon une enquête réalisée du 7 au 8 octobre 2019, par YouGov, les Français comptent dépenser 239 € en moyenne. Et souvent bien loin des cadeaux de Noël écologiques. Le montant des dépenses attendues lors du Black Friday s’élève, pour la France à 5,9 milliards d’euros celui des dépenses en ligne devrait atteindre 1,07 milliard d’euros.

Des chiffres qui donnent le tournis voire la nausée. Face à cette surconsommation de masse, des consommateurs et des enseignes ont décidé de boycotter le Black Friday. Une réaction qui cache plusieurs raisons. La première étant une lassitude éprouvée à cause des nombreuses promotions qui sont proposées toute l’année et poussent le client à acheter des articles dont il n’a, a priori, pas besoin.

Un concept importé et des faux bons plans

Avant que le Black Friday existe en France, on vivait très bien sans. Il y a déjà suffisamment de promos pour faire de bonnes affaires, pas besoin d’en rajouter.

Comme son nom l’indique, le Black Friday est américain. Pour certains consommateurs, c’est une raison suffisante pour boycotter ce concept. Leur argument : après Halloween et le Black Friday on finira bientôt par fêter Thanksgiving ! Et puis quoi encore ?

black friday green friday

Le Black Friday était un phénomène anglo-saxon qui a touché petit à petit l’Europe continentale comme ici à Thessaloniki en 2016 – © Ververidis Vasilis

Tout compte fait, le Black Friday a un petit côté fumeux, à la limite de l’arnaque. N’avez-vous pas remarqué que quelques jours avant l’opération commerciale, certaines enseignes augmentaient le prix de leurs articles ? Finalement, ce ne sont pas de si bons plans. Et pour cause, en France il est interdit de vendre à perte en dehors des soldes.

Des promos pas écolos

Cette surconsommation engendrée par le Black Friday est par essence même anti-écolo. D’ailleurs, par opposition, certaines enseignes ont lancé le Green Friday, une opération qui consiste non pas à proposer des promotions mais à verser une partie de leur chiffre d’affaires au profit de la planète.

D’autres, comme le collectif #makefridaygreenagain, se sont fixés pour objectif de « restaurer autant que possible une consommation raisonnée, responsable et au prix juste ». Ainsi, plus de 130 marques françaises vont encourager le consommateur « à réparer, recycler et revendre les objets superflus afin de savoir ce dont on a vraiment besoin au quotidien ». 

Alors, convaincus ?

Illustration bannière : Certaines personnes souhaitent remplacer le Black Friday par le Green Friday – © PopTika
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Personne ne m’a jamais « poussé à dépenser plus ». J’achète ce que je veux et quand je veux.

Moi aussi je donne mon avis