En France, on fête Halloween depuis l’époque celte !

Rédigé par Alan, le 31 Oct 2015, à 14 h 01 min

Ou presque. Halloween est souvent associé de nos jours à une dérive commerciale venue des Etats-Unis. N’en déplaise aux grincheux, Halloween n’est pourtant en aucun cas une fête imposée par les Etats-Unis, ne serait-ce que parce que ce n’est pas une fête américaine. Pour la petite histoire, en France ou en Belgique on trouve des traces historiques de coutumes proches des habitudes d’Halloween, et la fête trouverait son origine dans une autre fête, célébrée non seulement en Irlande mais également en Gaule.

Halloween : consommation, tradition ? En tout cas pas une fête américaine

Dans la culture populaire, Halloween est souvent associé aux Etats-Unis. Et pour cause puisque la fête est très suivie dans ce pays et les productions culturelles en sont donc baignées. Il n’est pas rare qu’une série télévisée ait son épisode consacré à Halloween(1), comme par exemple dans Simpsons, Friends, Mac Gyver, K2000, Buffy contre les vampires, ou encore NCIS. Sans compter les films dont le synopsis complet tourne autour d’Halloween : citons notamment Great Pumpkin, Charlie Brown de Meléndez, La Nuit des masques de Carpenter ou encore L’Etrange Noël de Mister Jack de Burton.

halloween fête france

Scientifique gothique + Halloween, combo gagnant pour NCIS, tout en humour sur les clichés © CBS

Halloween ne trouve pourtant pas son origine aux Etats-Unis mais bien sur le « vieux continent », l’Europe. Plus exactement dans les îles anglo-celtes. Il s’agit de la soirée du 31 octobre, veille de la Toussaint, le nom signifiant tout simplement « la veillée de la Toussaint » (en anglais « All Hallows Eve » pour « the eve of All Saints’ Day »).

Les Irlandais apportent l’un des symboles les plus importants d’Halloween : Jack O’Lantern. Le personnage est issu d’un vieux conte irlandais qui raconte l’histoire de Jack, méchant personnage ayant dupé même le Diable. En arrivant en enfer, le Diable refuse son entrée mais Jack le convainc de lui donner du charbon ardent pour une lanterne, creusée dans un navet, afin de trouver son chemin dans le noir jusqu’au jour du jugement dernier. Depuis, Jack O’Lantern errerait et réapparaitrait chaque année, le jour de sa mort, à Halloween. Les îles britanniques utilisent parfois encore des navets ou des rutabagas mais la citrouille les remplaça progressivement, surtout aux Etats-Unis où elle était tout simplement plus courante, et également plus facile à creuser. La fête était arrivée en Amérique à la suite de la Grande Famine de 1845 en Irlande : plus de deux millions d’Irlandais partirent s’installer aux Etats-Unis, où on fête depuis couramment la Saint Patrick ou Halloween.

D’une fête païenne à une fête chrétienne

Halloween trouverait pourtant son origine dans la fête païenne de Samain. Il faut alors remonte aux Celtes, qui célébraient le début de l’automne, pour eux une sorte de nouvel an. Il s’agissait de Samain en Irlande et de… Samonios en Gaule, les druides ayant autorité sur le déroulement des festivités. On fêtait donc Halloween avant l’heure dans ce qui sera la France. En Gaule, d’ailleurs, la tradition était d’éteindre le feu de cheminée dans chaque foyer et de se rassembler autour d’un feu sacré dans le village pour éloigner les esprits maléfiques. Les braises chaudes servaient ensuite à rallumer le feu de chaque foyer pour préparer une bonne année. En Irlande, au Pays de Galles et en Ecosse, on célébrera aussi longtemps une fête du nom de Oíche Shamhna en gaélique.

 

Les fêtes druidiques vont progressivement se perdre, essentiellement avec l’arrivée du christianisme. La confusion avec la Toussaint va se faire aux VIIIème et IXème siècles avec les papes Grégoire III et Grégoire IV, la fête de Samain étant à l’origine celle de la réunion du monde visible et du monde des morts, les vivants ayant accès en ce jour à cet autre monde. Les historiens avancent que la célébration des saints, à l’origine célébrée en mai par les Chrétiens, aurait été déplacée au 1er novembre précisément pour christianiser la fête de Samain.

D’autres réfutent tout lien entre la veillée de la Toussaint et Samain. Quoi qu’il en soit, le nom de la fête populaire se transforme donc pour devenir la contraction d’une expression anglaise, Halloween, sans aucun lien direct avec la fête de Samain d’un point de vue étymologique. Pour ajouter à la confusion, les moines de Cluny instaurèrent une fête des morts le 2 novembre, même si elle est généralement célébrée le 1er novembre par la population.

Vers une fête populaire

halloween fête france

Betteraves sur une table en bois © Africa Studio Shutterstock

Pendant ce temps, en Bretagne, une réminiscence de Samain perdurait à travers une tradition consistant à laisser de la nourriture et le feu allumé, selon la croyance que les âmes des morts revenaient la veille de la Toussaint. Cette tradition, non chrétienne, aurait perduré jusqu’au début du XXème siècle(3) Toujours en Bretagne, les enfants avaient pour habitude à la même époque, avant la Toussaint, de jouer des tours aux villageois. Ils creusaient également des betteraves et des navets, pour y introduire des bougies, ce qui se rapproche de la tradition de Jack O’Lantern et de Samain. On trouve des coutumes proches dans d’autres régions et pays frontaliers : la Rommelbootzennaat, les betteraves grimaçantes, en Lorraine pour la veille de la Toussaint ; la fête du Räbeliechtli en novembre en Suisse ou encore les fêtes de la Saint-Martin en Belgique à l’occasion du début de l’automne.

A l’heure actuelle, on célèbre encore des messes pour la partie religieuse. Halloween est cependant massivement une fête populaire, surtout depuis la fin des années 1990 en France et en Belgique, liée à la mort, se manifestant par des feux de joie, des feux d’artifice, des contes et films d’horreur. La fête des morts mexicaine, proche des Etats-Unis, a contribué à influencer les célébrations en ce sens. Une autre composante est la tradition de se déguiser avec des costumes effrayants et de sonner aux portes en demandant des friandises avec la formule « Farce ou friandise ! » (« Trick or treat ! » en anglais), une tradition qui trouve aussi son origine, sans les costumes, au Royaume-Uni et en Irlande avant même le XIXème siècle. Sous cette forme, la fête est principalement présente en Irlande, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, mais aussi au Canada, en Nouvelle-Zélande, en Australie et en France.

halloween fête france

Et pourquoi pas remplacer plastique et injonctions commerciales par des alternatives plus naturelles ? © Alexander Raths Shutterstock

Comme vous l’aurez compris, Halloween est un amalgame culturel, trouvant ses origines dans des coutumes anciennes, mais transformé progressivement en une fête avec ses récupérations variées et ses dérives commerciales. Finalement, comme à Noël, chacun peut choisir, selon ses convictions et ses envies, de privilégier l’aspect qu’il préfère ou tout simplement ignorer la fête.

Illustration bannière : enfants costumés pour Halloween © YanLev Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Vive la France !

  2. Excellent article, très documenté – on y apprend beaucoup de choses. Dommage qu’il y ait ce “n’en déplaise aux grincheux” ! Il est un peu en contradiction avec l’affirmation d’une prétendue liberté d’ignorer la fête. Ce n’est pas évident de l’ignorer quand on vient presque défoncer votre porte le soir du 31 octobre pour que vous donniez “DES BONBONS !”. Mais c’est sans doute normal de faire la fête en s’imposant. En tout cas c’est habituel, et ceux qui s’insurgent sont de vilains grincheux incultes. Bien entendu !Ah là, là !

Moi aussi je donne mon avis