Biocarburants : Bruxelles condamne l’huile de palme mais ménage le soja

La déforestation causée par la production d’huile de palme en Indonésie et en Malaisie est dénoncée par les ONG environnementales : plus de 130.000 hectares de forêts et de tourbières ont été détruits depuis 2015. La Commission européenne a décidé de classer les biocarburants à base d’huile de palme comme non durables. Mais prévoit des exemptions pour le soja.

Rédigé par MEWJ79, le 15 Feb 2019, à 10 h 15 min

Bruxelles a rendu sa décision concernant les biocarburants : ceux à base d’huile de palme sont considérés comme non durables. Mais le soja, lui, est épargné.

Bruxelles a tranché : l’huile de palme est épinglée, mais pas le soja

La Commission européenne s’est enfin exprimée sur la catégorisation des biocarburants. Son projet d’ « acte délégué » classe les biocarburants à base d’huile de palme comme non durables et ouvre ainsi la voie à leur disparition des objectifs d’énergies renouvelables d’ici 2030(1).

Plantation de palmiers à huile après déforestation © KYTan

Une décision prise sur la base de recherches scientifiques. Selon ces études, entre 2008 et 2015, 45 % des plantations de palmier à huile se trouvaient sur des zones riches en carbone. Une source de la Commission révèle que ce chiffre serait « incomparable avec celui des autres matières premières ».

Un texte pourtant décevant

Mais la décision de Bruxelles, si elle était très attendue, déçoit : le texte recèlerait ainsi de nombreuses failles, selon les associations environnementales.

En effet, le soja, lui, est épargné. La Commission, s’appuyant sur des recherches menées grâce à des cartes satellites, a conclu que cette culture impactait moins la déforestation. La Commission explique que l’expansion des cultures de soja, sur des zones riches en carbone, a fortement diminué.

Champ de soja © oticki

Les gouvernements malaisiens et indonésiens dans la la ligne de mire des ONG environnementales

Suite à cette décision d’épargner le soja, les associations de défense de l’environnement sont vent debout. Laura Buffet, de l’ONG Transport & Environnement, dénonce dans les colonnes de Libération(2) : « Le soja, dont l’impact considérable sur l’utilisation de nouvelles terres a été prouvé par la Commission européenne elle-même, n’est pas intégré dans le texte. Le fait que la production de petites plantations indépendantes d’huile de palme soit exemptée, vide de son sens le texte car la majorité de cette huile provient de ce type de plantations contrôlées par des grands groupes. De plus, il a été démontré que, sans aide d’État, les agrocarburants à base d’huile de palme et de soja ne seraient pas concurrentiels face au pétrole ».

Lire aussi : Importer encore plus d’huile de palme pour ne surtout pas nuire aux intérêts de Total et Dassault

Les ONG dénoncent des pressions des gouvernements malaisien et indonésien. Pour rappel, ces deux pays sont les plus gros producteurs mondiaux d’huile de palme. Selon Greenpeace, la déforestation causée par la production d’huile de palme dans ces deux pays est loin de ralentir. Au total, plus de 130.000 hectares de forêts et de tourbières ont été détruits depuis 2015, soit une surface équivalente à treize fois Paris.

Illustration bannière : graines d’huile palme – © nirapai boonpheng
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis