Importer encore plus d’huile de palme pour ne surtout pas nuire aux intérêts de Total et Dassault

Si le Parlement européen a annoncé sa volonté d’interdire, dès 2021, la présence d’huile de palme dans la composition des agro-carburants, la Malaisie possède un moyen de pression sur la France : les contrats commerciaux !

Rédigé par MEWJ79, le 21 Apr 2018, à 10 h 50 min

On le sait, en quelques années, des milliers d’hectares de forêts primaires ont disparu en Indonésie et en Malaise pour développer les plantations de palmiers à huile pour exporter une denrée bon marché : la tristement célèbre huile de palme. Les États tentent de s’organiser pour lutter contre cette catastrophe écologique, ce qui n’est pas pour plaire aux deux pays producteurs principaux. Alors les autorités menacent de rétorsions commerciales les pays qui entraveraient le commerce de l’huile de palme. Ainsi, c’est le cas de la Malaisie qui doit renouveler sa flotte d’avions militaires et se prépare donc à signer un nouveau contrat avec le Français Dassault Aviation.

Achat de Rafale à la France : la Malaisie met l’huile de palme dans la balance

Dans le cadre du projet de renouvellement de la flotte vieillissante des chasseurs de combat du pays, la Malaisie hésite depuis plusieurs années, entre le Rafale et l’Eurofighter Typhoon, construit par un consortium européen incluant BAE Systems… C’est pour ce pays d’Asie du Sud-Est un moyen de mettre la pression sur la France et notamment Dassault Aviation.  Lors d’un point presse devant le Parlement, le ministre malais de la Défense, Hishammuddin Hussein, a rappelé que le Britannique BAE Systems était toujours dans la course  !

importations huile palme

Illustration bannière : Le Rafale, encore une aberration écologique – © A Periam Photography Shutterstock

L’enjeu pour la Malaisie est de taille, et il n’est pas militaire. En effet, il s’agit de l’exportation de l’huile de palme, dont elle est le deuxième producteur mondial derrière l’Indonésie. Or en janvier dernier, le Parlement européen a annoncé sa volonté d’interdire, à compter de 2021, la présence d’huile de palme dans la composition des agro-carburants. Or, l’Union européenne représente 15,2 % des exportations malaisiennes d’huile de palme.

Indonésie et Malaisie assurent 85 % de la production annuelle d’huile de palme

Pour rappel, cette huile végétale est extraite par pression à chaud de la pulpe des fruits du palmier à huile. Originaire d’Afrique, cette plante est aujourd’hui cultivée, pour l’essentiel, en Indonésie et en Malaisie, qui profitent d’un climat tropical propice à cette culture. Les deux pays assurent, à eux seuls, 85 % des 61 millions de tonnes produites chaque année. L’huile de palme est l’huile végétale la plus consommée au monde, devant l’huile de soja, de colza et de tournesol.

Et on comprend facilement pourquoi : un seul hectare de palmier permet de produire jusqu’à 40 tonnes d’huile par an. Ainsi, à surface égale, une plantation de palmier à huile produit huit fois plus d’huile qu’un champ de soja et six fois plus qu’un champ de colza, selon l’Alliance française pour l’huile de palme durable. À un rendement exceptionnel, il faut aussi ajouter un coût de la main-d’oeuvre bien souvent très faible.

La France a augmenté ses importations d’huile de palme au détriment de l’environnement

« Plomber nos chances de refourguer 18 Rafales pour une histoire de forêt ? Hors de question », ironisait début avril Le Canard Enchainé. Il y a quelques semaines, les autorités malaisiennes avaient de nouveau brandi la menace de rétorsions commerciales envers les pays qui entraveraient le commerce de l’huile de palme, régulièrement critiquée pour son impact environnemental. Et la Malaisie sait que la France est une mauvaise élève…

L’Hexagone a en effet augmenté ses importations d’huile de palme ces dix dernières années, passant de 450.000 tonnes consommées en 2007 à 900.000 en 2017, dont 75 % comme agro-carburant. D’ailleurs, Total s’apprête à ouvrir cet été la raffinerie de la Mède capable de traiter chaque année 500.000 tonnes de biodiesel avec un pourcentage élevé d’huile de palme dans les Bouches-du-Rhône… Ce qui permettra de traiter encore plus d’huile de palme et de doubler les importations !

Des batailles commerciales qui (une fois de plus) se font au détriment de l’environnement et des populations locales puisque Indonésie et Malaisie ont multiplié par neuf leur production depuis 1976, et, cela au prix d’une déforestation massive.

Illustration bannière : La déforestation en Indonésie et en Malaisie pour la culture du palmier à huile – © Richard Parsons
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

2 commentaires Donnez votre avis
  1. face aux enjeux geo stratégique, la France fait comme tout le monde. elle ne peut pas se permettre de faire autrement, malheureusement.

  2. On voit là toute l’hypocrisie du zéro carbone de Nicolas Hulot, la déforestation et l’agriculture intensive sont les deux premiers émetteurs de CO2 devant le charbon, la vapeur d’eau que recrachent les centrales nucléaires, est le premier gaz à effet de serre!

    Il serait bien plus intelligent de récupérer le CO2 des centrales à charbon (qui peut être que européen), pour le nettoyer de ses suies et le mixer à de l’hydrogène pour en faire du syngas carburant, et interdire diesel et huile de palme, et supprimer ainsi notre dépendance énergétique!

Moi aussi je donne mon avis