Bilan 2016 : temps rude pour le climat

Après le succès de la COP21 à Paris en décembre 2015, l’année 2016 pouvait débuter sous les meilleurs auspices. C’était sans compter la hausse des températures – 2016 est l’année la plus chaude jamais enregistrée – et l’élection de Donald Trump, un climato-sceptique à la Maison-Blanche, qui menace de revenir sur l’Accord de Paris sur le climat. Retour sur l’année et bilan 2016 des politiques climatiques internationales.

Rédigé par Emeline Cocq, le 30 Dec 2016, à 7 h 05 min

Températures en hausse, catastrophes naturelles ou industrielles sources de pollution, 2016 a connu son lot d’événements climatiques. Sur fond de réchauffement de plus en plus avéré, le mouvement climato-sceptique que l’on croyait battu par l’Accord de Paris, semble pourtant toujours faire des émules. Retour sur les douze derniers mois.

Bilan 2016 : l’entrée en vigueur rapide de l’Accord international sur le climat

La COP21 qui s’est déroulée à Paris en novembre 2015, a donné naissance à un accord historique dont la ratification s’est étalée sur presque toute l’année 2106.

Avril

Le 22 avril, 174 pays et l’Union européenne signent l’Accord sur le climat au siège des Nations Unies à New York. Pour quinze d’entre eux alors, le texte est déjà ratifié. François Hollande est le premier à signer l’accord historique qui prévoit de contenir le réchauffement climatique en dessous de 2 degrés par rapport aux niveaux préindustriels. Pour entrer en vigueur, le traité devait être ratifié par au moins 55 parties représentant 55 % des émissions de gaz à effet de serre.

Octobre

Un an presque jour pour jour après le sommet de la COP21, le 4 octobre, le Parlement européen approuve l’Accord de Paris, et donne le feu vert à son entrée  en vigueur. Jusque là, 62 pays, dont les États-Unis, la Chine et l’Inde, ont ratifié le traité.

Novembre

Le 4 novembre marque l’entrée en vigueur de l’Accord sur le climat. 97 pays représentant plus de 67,5 % des émissions de gaz à effet de serre l’ont ratifié. Un jour qualifié d’”historique pour la planète” pour l’Elysée qui salue des engagements « désormais irréversibles ».

Quelques jours après l’entrée en vigueur de l’accord, le 7 novembre, la COP22 s’ouvre à Marrakech, au Maroc. Le but de la conférence – une COP de transition – est de concrétiser les engagements pris par la communauté internationale pour lutter contre le réchauffement climatique.

COP22 à Marrakech

Les négociations s’achèvent le 18 novembre et aboutissent à un texte qui appelle à un « engagement politique maximal » et à des financements accrus pour soutenir les mesures en ce sens. Le calendrier est serré : les délégués se donnent jusqu’à 2018 pour définir les règles d’application de l’accord. Les dix milliards de dollars promis en 2015 lors de la COP21 pour développer les énergies renouvelables en Afrique devraient financer une partie des projets dès 2017. La COP23 aura lieu en 2017 à Bonn, en Allemagne.

Lire la suite : mauvais vents pour le climat aux États-Unis en 2016

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



A cinq ans, je ne savais pas écrire, mais j'écrivais déjà ! Née en région parisienne, devenue Bretonne chez les Kanaks, puis Américaine (de coeur)....

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis