Prendre soin des autres et de soi grâce au bénévolat

S’engager dans une activité bénévole pour aider les autres, c’est aussi prendre soin de sa santé : baisse de la tension artérielle, lutte contre la dépression, réduction du stress, les bénéfices du bénévolat sont nombreux…

Rédigé par Marie Mourot, le 11 Nov 2017, à 16 h 30 min

Depuis plusieurs années, le bénévolat n’a cessé d’augmenter en France. En 2016, plus de 20 millions de français étaient engagés dans une activité bénévole, soit plus de 35 % des plus de 15 ans. 13,2 millions l’étaient au sein d’une association, ce qui montre bien l’envie de s’investir plutôt dans ce cadre. Contrairement aux idées reçues, l’engagement des 15/35 ans ne cesse d’augmenter lui aussi. Ils sont ainsi presque plus nombreux que les plus de 65 ans à donner un peu de leur temps à une cause. Et ils ont raison car se rendre disponible pour les autres apporteraient également de nombreux bénéfices.

Les bienfaits du bénévolat sur notre santé

En plus de faire du bien aux autres, le bénévolat est bon pour la santé : des études le prouvent.

Lutte contre l’hypertension

Plusieurs études dont celle de l’Université Carnegie-Mellon de Pittsburgh ont mis en avant le lien entre bénévolat et baisse de la tension artérielle. En effet, toutes ont constaté chez les plus de 50 ans engagés dans le bénévolat, une baisse de la tension artérielle. Les personnes bénévoles peuvent ainsi espérer vivre plus longtemps, tout en se sentant beaucoup mieux.

etre benevole

© RawPixel.com

Une étude menée dans le Michigan a, en effet, confirmé l’allongement de l’espérance de vie : pendant 10 ans, 2.700 hommes ont été interrogés sur leurs pratiques bénévoles. Résultat, ceux qui pratiquaient le bénévolat de manière régulière avaient un taux de mortalité de deux fois et demi inférieur aux autres.

Limite les risques de dépression

S’occuper d’autrui, c’est aussi se mettre à l’abri de la dépression et de l’isolement. En effet, au contact des autres, les bénévoles s’épanouissent beaucoup mieux que ceux qui ne sont pas engagés. Maintien du lien social, impression d’être utile aux autres, activité physique, les raisons de se sentir bien ne manquent pas ! Les psychologues associent l’activité bénévole, comme la générosité en général, à la « helper’s high », c’est à dire « l’euphorie de l’aidant ». En aidant les autres, la production d’endorphines se met en route, donnant ainsi cette sensation de bien-être, d’euphorie.

Réduction du stress

Pas étonnant donc que les personnes bénévoles soient aussi beaucoup moins stressées ! En effet, de nombreuses études ont également fait le lien entre bénévolat et baisse du stress. En se sentant utile et compétent dans ce que l’on fait, les tensions s’apaisent et le stress diminue. Tout cela grâce à la fameuse ocytocine, l’hormone du bien-être, notamment indispensable aux liens sociaux.

Modifie notre perception du temps

Consacrer quelques heures aux personnes qui en ont besoin nous donnerait l’impression d’avoir plus de temps. En effet, une étude publiée en 2012 dans Psychological Science a montré que la satisfaction de donner du temps aux autres soulagerait le sentiment angoissant de « manquer de temps » en modifiant notamment notre perception.

Lire page suivante : quelques conseils pour débuter dans le bénévolat

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rédactrice web freelance et maman de deux enfants, je me suis toujours sentie très concernée par l'écologie et le développement durable. Constamment en...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis