Bayer cède une partie de son activité à BASF pour racheter Monsanto

C’est une transaction entre géants de l’agrochimie. Vendredi 13 octobre, Bayer a annoncé qu’il allait vendre à hauteur de 5,9 milliards d’euros une partie de son activité à BASF. Un compromis indispensable pour avancer dans le rachat de Monsanto.

Rédigé par Maylis Choné, le 16 Oct 2017, à 11 h 10 min

Si Bayer cède une partie de son activité à l’entreprise d’agrochimie BASF, c’est essentiellement pour aider au financement du rachat de Monsanto, spécialiste mondial des pesticides et des OGM.

Bayer vend sa branche agrochimie à BASF

Le marché qui va être conclu entre Bayer et BASF, entreprise allemande spécialisée dans l’agrochimie, permet aux deux géants de grandir davantage. Bayer souhaite racheter Monsanto, leader mondial sur le marché des pesticides et des OGM. Mais pour avancer concrètement vers ce mariage, la Commission européenne a mené une enquête et pose certaines conditions pour ne pas fausser les règles de la concurrence internationale.

Les chiffres du Planetoscope : Les ventes du pesticide Roundup de Monsanto dans le monde

Et pas des moindres. Pour que le futur couple Bayer-Monsanto ne soit pas seul décideur au monde, Bayer doit se séparer de l’ensemble des activités liées aux semences de grandes cultures comprenant cinq usines de production ou de préparation, dix centres de recherche et développement et plus de 1.800 salariés.

Marché conclu à 5,9 milliards d’euros

Certains estiment que BASF a payé le prix fort, 5,9 milliards d’euros, pour acquérir cette branche pesticides et semences (de coton, de colza et de soja) mais les principaux intéressés semblent satisfaits de la plus grande acquisition de leur histoire. En 2016, elle avait dégagé un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros. BASF entre ainsi dans la cour des grands et prend sa place dans la concurrence mondiale.

 » Nous adoptons une approche proactive pour aborder les éventuelles questions réglementaires, dans l’optique de faciliter la conclusion de la transaction avec Monsanto « , a expliqué dans un communiqué Werner Baumann, patron de Bayer. En janvier 2018, la Commission européenne devrait donner ou non son accord pour autoriser Bayer à acheter Monsanto.

Illustration bannière : Bientôt un monopole des OGM ? – © Protasov
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis