Des autoroutes intelligentes et dépolluantes

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 15 Apr 2014, à 11 h 52 min

Des routes qui donnent l’alerte

Nos véhicules sont pour la plupart truffés de voyants nous indiquant un risque de panne, un niveau d’huile à compléter, une batterie qui s’affaiblit ou tout simplement, un plein à faire !

D’ici quelques années, la route saura elle aussi indiquer si un problème risque de se présenter. Elle pourra autodiagnostiquer une déformation de la chaussée ou encore un bouchon formé grâce à des capteurs : sous la chaussée pourra être mis en place un réseau de fibre optique captant la lumière et ainsi capable de détecter avec précision une anomalie de la route ou un trafic dense.

Une route qui recharge les batteries

Avec la route du futur, finies les bornes de recharges : les véhicules électriques se rechargeront en roulant tout simplement. Pour que cela soit possible, il faudra que la route puisse récupérer l’énergie, solaire notamment. Ainsi, on imagine des capteurs solaires placés sous une chaussée translucide. D’autres sources d’énergie sont envisageables comme l’énergie cinétique.

 

L’autoroute du futur, c’est pour aujourd’hui !

La route 5ème génération est prévue pour l’horizon 2020. Mais les routes intelligentes sont déjà en marche. On peut par exemple citer l’A1, l’autouroute la plus fréquentée en France et en Europe.

Depuis le printemps dernier, des portions de l’A1 sont équipés de capteurs Bluetooth pour connaître et calculer avec la plus grande précision le temps de parcours ; des panneaux prévenant les automobilistes d’un ralentissement à venir de manière automatique, dès que la vitesse enregistrée est plus faible et des barrières de rabattement automatisées qui obligent les automobilistes à se rabattre en cas de besoin, sans intervention humaine ; enfin, des péages sans arrêt pour les poids lourds afin de fluidifier le trafic.

*

Sur les autoroutes du futur :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Fluide caloporteur.. pollution dans le sol en plus quoi ?
    Poreuse pour absorber l’eau de pluie : question danger pour manier le véhicule sur une route gorgée d’eau ? N’est-ce pas « acidentogène » ?

    • Et bien justement c’est pour éviter tout cela que la recherche travaille !

Moi aussi je donne mon avis