Accidents domestiques : une mortalité très élevée

37.175 personnes sont décédées par traumatisme en 2012. Dans 58 % des cas, il s’agissait d’un accident survenu au domicile de la victime.

Rédigé par Anton Kunin, le 16 Jan 2017, à 11 h 40 min

Si vous pensez que les accidents de la route ou la violence sont des causes majeures des décès, vous n’avez pas tort. Mais tout est relatif dans ce monde : les accidents domestiques sont eux aussi très présents dans les statistiques de causes médicales des décès.

Les chutes, en tête des accidents domestiques

Environ les deux tiers des accidents domestiques concernent des personnes de plus de 75 ans, révèle une étude étude de l’agence Santé publique France, couvrant la période 2000-2012. Et ce n’est pas étonnant. Mauvaise circulation du sang, un coeur faible, une perte de connaissance, ou une oreille interne déréglée : chez une pesonnes âgée, les raisons des chutes sont nombreuses. Et une chute, c’est d’autant plus grave qu’un risque de se blesser et de ne pas pouvoir se faire aider plâne toujours, d’autant plus que les personnes âgées vivent souvent seules.

Mais les accidents domestiques ne se résument pas aux chutes. Il y a aussi des suffocations (deuxième cause de décès), des intoxications, des noyades et des accidents par le feu. En effet, les capacités de perception (vue, ouïe) de la personne âgée étant affaiblis, il leur est plus facile de se faire blesser. Toutefois, grâce à une prise de conscience collective, les décès liés à des accidents domestiques ont diminué entre 2000 et 2012, de 2,2 % par an.

Les hommes davantage concernés

L’étude révèle aussi une plus grande propension aux accidents domestiques résultant en un décès chez les hommes : leurs accidents étaient plus nombreux mais aussi plus graves. Ceci s’explique par le fait que les hommes ont plus de comportements à risque. Les garçons n’échappent pas à la tendance : leur mortalité est également sensiblement plus élevée que celle des filles.

Fait intéressant, la propension au décès à cause d’un accident domestique est plus élevée dans certaines régions que dans d’autres. Si les Franciliens sont peu touchés, avec un ratio de 74,3, les Bretons et les Nord-Pas-de-Calaisiens le sont beaucoup plus (123,4 et 124,5 respectivement).

Illustration bannière © Dean Drobot – Shutterstock 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Hélas triste constat, mais nos politiques sont plu obnubilés par les accidents de route, il est plus facile de faire les poches des automobilistes que faire de prévention sur les accidents domestiques, car ils ne peuvent pas récupérer d’argent.

Moi aussi je donne mon avis