80 000 avions par jour. C’est le nombre…

Rédigé par Consoglobe, le 16 Jul 2012, à 2 h 37 min

Combien d’avions volent chaque jour ?

80 000 avions par jour.

C’est le nombre d’avions qui sillonnent les cieux autour de la terre chaque jour et qui vont de l’un des 14.000 aéroports à l’autre. Cela représente en gros un décollage et un atterrissage chaque seconde qui passe. La ligne la plus fréquentée du monde étant celle qui relie Rio de Janeiro à Sao Paulo au Brésil.

L’avion représente 2,5 % des gaz à effet de serre, mais sa croissance est exponentielle. En 2000, les ventes mondiales de kérosène ont donné lieu à l’émission de près de 550 millions de tonnes de CO2, soit 2,5 % des émissions mondiales de CO2 induites par l’utilisation d’énergie fossile. L’organisation de l’aviation civile internationale (OACI) prévoit un taux de croissance continue de 4,6 % par an jusqu’en 2025. Plus de 2,5 milliards de personnes ont pris l’avion en 2009, l’international air transport association (IATA) estime qu’ils devraient être 3,3 milliards en 2014 !

vols avions monde

Les émissions de CO2 des avions

L’avion émet entre 134 et 148 grammes de CO2 par voyageur.kilomètre (contre 2,6 grammes pour le train). Tout kilomètre de vol supplémentaire se traduit par du kérosène supplémentaire brûlé dans l’atmosphère.

Or pour chaque kilo de kérosène utilisé, ce sont 3 kilos de C02 qui sont émis. Quand, par exemple, on fait en avion un aller retour Paris / New York en première classe, on émet plus de 2,5 tonnes de CO2.

  • Selon l’Ifen, un passager en avion émet dans le monde 140 grammes de CO2 au kilomètre alors qu’en voiture et en France, il émet en moyenne 100 g au kilomètre, en considérant 1,8 passager par véhicule en moyenne. En ajoutant à ces émissions directes les émissions indirectes liées à la construction des véhicules, au raffinage et au transport de pétrole, plus importantes que pour la voiture, l’excédent d’émissions au passager-km de l’avion par rapport à l’automobile diminue de 40 % à 16 %

 

*

Planetoscope  : combien d’avions volent à chaque instant ?

Fréquentation des aéroports français en nombre de passagers

Pour voir les avions au-dessus de la France : www. flightradar24.com/

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




13 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour j’aime bien les avions parce que c’est comme ca qu’on peut apprendre sur les avions memme les drapeaux

  2. les vrais chiffres pour 100km
    pour un avion plein 4l par passagers
    pour un car plein 500l pour 1600 km 0.6L par passage
    pour ma voiture 5 passager 45l pour 900 km 1l par passager

  3. dire qu’il existe des moyens de se déplacer qui ne consomment AUCUNE énergie coùteuse(ou peu) et non polluante : 1ere : la marche à pied, puis le vélo à moteur gravitationnel qui utilise le poids du cycliste pour avancer, ce moteur gravitationnel qui peurrait faire rouler aussi des fauteuils roulants, des trains, des véhicules de toutes sortes, tout ce qui roule!. Il existe aussi des moteurs à eau, des moteurs à air comprimé qui ont la grande particularité de filtrer l’air avant de l’utiliser et rejette donc de l’air propre, des moteurs à uranium, à hydrogène, au sucre, etc . Mais, chuuuuut !, il ne faut pas déranger les lobbies des pétroliers, et des arabes.

    • l’uranium le pétrole son des énergies que l’on transforme
      hydrogène l’air comprimé son des énergie que l’on fabrique avec de l’électricité qui est fabriquer avec uranium charbon pétrole renouvelable gaz charbon – l’électricité la vapeur transporte l’énergie

  4. dire qu’il existe moyens de se déplacer qui ne consomment AUCUNE énergie coùteuse(ou peu) et non polluante : 1ere : la marche à pied, puis le vélo à moteur gravitationnel qui utilise le poids du cycliste pour avancer, ce moteur gravitationnel qui peut faire rouler aussi des fauteuils roulants, des trains, des véhicules de toutes sortes, tout ce qui roule!. Il existe aussi des moteurs à eau, des moteurs à air comprimé qui ont la grande particularité de filtrer l’air avant de l’utiliser et rejette donc de l’air propre, des moteurs à uranium, à hydrogène, au sucre, etc . Mais, chuuuuut, il ne faut pas déranger les lobbies des pétroliers, et des arabes.
    Paul

  5. salut

  6. Je peux me tromper,mais notre terre est pollué depuis longtemps.A l’époque du charbon,qui ne se chauffaient pas avec cette matière noir et pendant des années nous avons pollué l’admosphére,plus les centrales électriques qui tournaient au charbon,ensuite,l’automobile,les avions,les bateaux qui pollue plus que toutes les voitures du monde,sans oublier les usines.De temps en temps nous avons de gros incendie de forêt et si nous mettons les satellites qui tournent autour de la terre avec des millions de bouts de ferraille.Maintenant nous voulons aller polluer MARS.Haroun-Tazieff a dit que l’homme était un grand danger pour notre terre.

  7. Claire, vous êtes dans l’erreur la plus totale.
    Les avions militaires volent de moins en moins car l’entraînement se fait de plus en plus par simulation. Et de toute façon c’était déjà minime par rapport à ces 80000 avions.
    D’autre part, je suis navré de vous affirmer que l’aéronautique militaire a davantage de noblesse que l’aéronautique civile qui est avec l’automobile un des symbole de la consommation du gaspillage mis à la disposition de tout le monde, même des gens les plus vulgaires, les plus ignorants, pour les motifs les plus bas que représentent 90 % des formes de tourisme.

  8. Et apprêt le kérosène ?????

  9. Et le transport fluvial et amitime sont pourtant l’avenir, non ?

  10. C’est impressionnant, mais c’est sans compter l’aviation militaire , qui vole et en -dessous et aussi aux mêmes altitudes que les civils et qui représente certainement bien plus du double de la circulation aérienne civile, du moins dans nos pays de l’OTAN. Les si fréquentes vilaines traînées qui défigurent nos cieux, qui font des croix et des ronds sont le fait de qui ? Vous êtes vous déjà posé la question ?

  11. Bonjour

    Pour commencer qu’est-ce que 80 000 avions par rapport à 1 milliards d’automobiles dans le monde ?

    Si je pose cette question c’est parce que je trouve démesuré cette manière de faire de l’avion le bouc émissaire de tous les problèmes environnementaux, alors que les dégâts que l’automobile a fait sur notre planète sont nettement plus grave.

    Ce ne sont pas seulement des problèmes directement liés aux pots d’échappements, dont la totalité du parc mondial pollue davantage que vos 80 000 avions. De par sa fonction de transport particulier, il faut des infrastructures beaucoup plus lourdes que pour n’importe quel transport en commun, y compris l’avion. Par exemple, pour que chaque particulier puisse se déplacer il faut construire des routes voir autoroutes et bretelles associées, des parkings géants, garages, et lotissements immobiliers. Depuis un siècle, l’urbanisme a été dictée par l’automobile à tel point que l’on fasse tout pour que les habitants en soient tributaires pour le plus grand bonheur des industriels qui ont une responsabilité sur les dérives des prix immobiliers dans les villes, d’où la construction de lotissements.

    L’automobile est le principal responsable des problèmes environnementaux car elle a façonné l’urbanisme de nombreux pays dans le monde. Mais l’urbanisme automobile gaspille beaucoup d’espace et défigure d’énormes zones naturelles et agricoles de par l’éparpillement des constructions et des infrastructures routières encombrantes et inefficaces. Mais faute de volonté politique au niveau mondial pour développer des transports en commun efficaces avec un système de chargement performant afin que l’on puisse se passer définitivement de l’automobile, cela ne va pas s’arranger. A côté de l’urbanisme automobile, les infrastructures liées au transport aérien ont un impact beaucoup plus limité que l’on peut le croire.

    Pour autant le problème que vous posez par rapport aux 80 000 avions dans le monde est intéressant, mais votre analyse ne prend pas en compte un problème qui en est pourtant à l’origine : la stratégie des compagnie aériennes et l’absence de régulation des pouvoirs publics au niveau mondial.

    Depuis 3 décennies un grand nombre e compagnies aériennes en Europe, en Amérique du Nord et du Sud se sont lancée sur une politique de « navettisation » du transport aérien .

    La « navettisation » a pour objectif de faire des préacheminements intensifs, pourtant nombre d’entre eux sont inutiles. C’est un concept et que l’on a trop tendance à considérer comme étant la solution miracle soi-disant pour des questions de rentabilités à court terme, avec des raisonnement de boutiquiers, mais qui risque d’aller droit dans le mur avec une paralysie totale du transport aérien car ceux qui l’organisent pensent trop à court terme, c’est une véritable fuite en avant.

    Il est temps de cesser de croire à la « navettisation » du transport aérien soit la solution pour répondre à l’accroissement du trafic aérien. L’espace aérien est tout sauf infini, il faut réintroduire davantage de gros porteurs (B747-8 ou A380) sur les hubs à hubs, et les point à point sur les gros porteurs correspondants à cette fonction (B767, B787, A330, A340, B777), y compris sur les lignes courts courriers, enfin les avions régionaux et monocouloirs devraient être opérées sur des lignes à capacités passagères inférieures à 100 000 voyageurs annuels, cela permettrait de réduire drastiquement le nombre de fréquences dont beaucoup sont inutiles afin de fluidifier le trafic aérien. Mais pour cela il faudra que les pouvoirs publics au niveau mondial fassent le ménage dans le transport aérien afin de le réguler sinon cela va s’amplifier.

    Tout cela permettrait de réduire le nombre d’avions dans l’espace aérien mondial. Mais cela n’est pas suffisant, il faut investir massivement sur un système de transport en commun, surtout ferroviaire, plus performant allant jusqu’aux endroits les plus isolés avec un chargement de marchandise efficace afin de mettre un terme à la suprématie de l’automobile. Avec des transports publics performants on peut même réduire drastiquement le nombre d’avions et aéroports régionaux qui existent à cause d’une carence en transports ferroviaires. Tout cela ne peut que marcher si on fait pression sur les décideurs politiques au plus haut niveau.

    Cordialement

    • pour réduire le nombre d’avion c’est simple il sufi de taxer le kérosène a 80/100 comme pour les voiture le kérosène est pas taxée

Moi aussi je donne mon avis