Empreinte carbone, diabète… Tout ce qui change au 1er juin 2017

Les transporteurs doivent désormais vous informer de l’empreinte carbone de votre trajet et les diabétiques peuvent se faire rembourser un dispositif de surveillance du glucose.

Rédigé par Anton Kunin, le 2 Jun 2017, à 11 h 15 min

Comme presque tous les mois de l’année, le mois de juin 2017 apporte son lot de nouveautés réglementaires.

L’aspect environnemental influencera de plus en plus nos décisions

Lorsque vous utilisez les services d’un transporteur professionnel, qu’il soit privé ou public, celui-ci doit désormais vous informer de l’empreinte carbone de votre trajet. Jusqu’ici, cette obligation s’appliquait uniquement aux prestataires des transports en commun ; désormais, c’est aussi les taxis, les VTC et les transporteurs de marchandises (déménageurs, par exemple) qui devront vous fournir cette information. Même les agences de voyages devront calculer pour vous la quantité de CO2 qu’engendreront vos déplacements. De quoi permettre de comparer réellement son empreinte carbone et choisir le lieu de ses vacances en conséquence !

Les diabétiques, quant à eux, pourront se faire rembourser FreeStyle Libre, un nouveau dispositif électronique pour le suivi du taux de glucose dans le sang. Il s’agit d’un petit patch rond qu’on applique sur la peau. Sans piqûre, sans prise de sang, il mesure le taux de glucose et transmet électroniquement les mesures vers le smartphone du patient. Sur une application dédiée, il peut visualiser les données de l’ensemble des mesures, sous forme de chiffres et de courbe.

Les entreprises devront prévenir les faits de corruption en interne

Conséquence de la loi Sapin II : les entreprises de plus de 500 salariés réalisant un chiffre d’affaires de plus de 100 millions d’euros doivent désormais mettre en place un plan de prévention de la corruption. Il s’agira d’avoir, au sein de l’entreprise, une équipe dédiée à la détection des faits de trafic d’influence et de corruption.

Pour tenter de contrôler que les entreprises y veillent bien en interne, il existe depuis quelques mois l’Agence française anticorruption (AFA) : dès juin 2017, elle reçoit donc des pouvoirs de surveillance. Cette mesure vise à écarter les tentatives d’acteurs extérieurs pour influencer les collaborateurs de l’entreprise, dans le but d’obtenir pour eux des avantages qu’ils n’auraient pas autrement.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Il faudrait etendre l’empreinte carbone à tous les produits qui viennent de loin.
    Ce serait bien de savoir le prix local d’un produit qui vient de l’etranger. par exemple un vetement acheter 1€ en Chine et revendu 12€ en France

Moi aussi je donne mon avis