Electricité, gaz : comment faire face l’augmentation des tarifs réglementés ?

Les tarifs réglementés pour le gaz et l’électricité sont en constante augmentation. Découvrez nos meilleurs conseils pour y faire face.

Rédigé par Marie Mourot, le 7 Sep 2018, à 7 h 50 min

Entre les offres en tarif réglementé et les offres de marché à prix fixe, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver, d’autant plus qu’il existe de nombreux fournisseurs d’énergie. Pour vous aider à y voir plus clair, on fait le point avec vous.

Comprendre les tarifs réglementés et les offres de marché à prix fixe

Les tarifs réglementés en électricité et en gaz sont fixés par les pouvoirs publics alors que les offres de marché sont, quant à elles, fixées par les fournisseurs.

Les tarifs réglementés définis par les pouvoirs publics sont variables

Les tarifs réglementés ne peuvent être proposés que par EDF, Engie et certaines Entreprises Locales de Distribution (ELD). Mais ils sont définis par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) sur proposition des ministres chargés de l’économie et de l’énergie.

Engie propose des tarifs réglementés © Alexandros Michailidis / Shutterstock

Ces tarifs sont variables à la hausse comme à la baisse :

  • d’un mois à l’autre pour le gaz
  • et au moins une fois par an pour l’électricité.

Les tarifs réglementés sont calculés en tenant compte des coûts d’approvisionnement, des coûts hors approvisionnement (transport, distribution…) ainsi que des différentes taxes.

S’ils restent les plus bas du marché, depuis 2005, ces tarifs sont en hausse constante.

Les offres de marché à prix fixe signées directement avec le fournisseur

Le prix des offres de marché à prix fixe dépend, quant à lui, des coûts supportés par le fournisseur  : approvisionnement, infrastructures et commercialisation. En choisissant une offre de marché, votre prix et fixe et garanti sans augmentation pendant la durée de votre contrat.

Les tarifs fixes sont proposés par les opérateurs concurrents des fournisseurs historiques, mais également par EDF et Engie dans certaines de leurs offres. À noter également, certains fournisseurs proposent des contrats avec des tarifs indexés sur les tarifs réglementés. De quoi s’y perdre…

Quelles solutions pour s’informer et choisir le meilleur tarif d’énergie ?

Même si tout cela semble très opaque pour de nombreux consommateurs, changer de fournisseur d’énergie peut se faire très rapidement, à tout moment et sans frais. En effet, c’est votre nouveau fournisseur qui se chargera de résilier votre contrat en cours auprès de votre ancien fournisseur. Les démarches sont donc extrêmement simples.

À savoir

Si vous quittez les tarifs réglementés, le principe de réversibilité vous permet d’y revenir à tout moment, mais sous certaines conditions :

  • consommer moins de 30.000 kWh par an en gaz

ou

  • nécessiter une puissance en électricité inférieure ou égale à 36 kVA

Pour s’informer et choisir la meilleure offre d’énergie, plusieurs solutions s’offrent à vous.

Comment trouver les meilleures offres ? © lovelyday12

Définir ses priorités et ses attentes

Il existe de nombreux fournisseur d’énergie qui proposent avec des offres et des prix parfois très différents. Avant de faire votre choix, il est important de définir vos priorités 

  • Le prix est bien sur le critère de choix le plus important, mais il est parfois peu lisible. Lors de vos recherches, prenez en compte le coût total : celui du kWh et de l’abonnement exprimés toutes taxes comprises et hors promotion ponctuelle.
  • Les offres « énergie verte » ou « compensée carbone » sont  aujourd’hui largement mises en avant. Mais beaucoup de fournisseurs les proposent au prix fort se faisant de belles marges au passage.
  • Enfin, la qualité du service client est également une information utile à connaître en amont de son choix d’abonnement à un fournisseur d’énergie, car tous ne disposent pas de service par téléphone, ce qui peut poser problème à certains consommateurs.

La qualité du gaz ou de l’électricité est- elle un critère de choix ?

NON, la qualité de l’énergie est la même quel que soit le fournisseur. Elle dépend des gestionnaires de réseaux – Enedis pour l’électricité et GRDF pour le gaz – qui ne sont pas en concurrence avec d’autres acteurs.

Utiliser un comparateur d’énergie

Même après avoir défini clairement ses priorités, faire un choix parmi la vingtaine de fournisseurs présents sur le marché peut sembler fastidieux et chronophage.

Utiliser un comparateur d’énergies pour trouver la meilleure offre © Damir Khabirov

Pour vous aider à prendre une décision il existe différents comparateurs d’énergies comme LeLynx.fr ou encore Hello Watt. Ces sites permettent en quelques clic de trouver le contrat au meilleur prix, tout en étant informé des garanties. Un moyen rapide, gratuit et efficace pour faire votre choix.

Chercher une offre groupée

Pour réduire votre facture, vous pouvez également participer à une opération d’achat groupé d’électricité afin de négocier une offre d’électricité à tarif de groupe avec un fournisseur concurrent d’EDF.

Illustration bannière : Comment faire face à l’augmentation des tarifs réglementés ? – © Gabe Shakour
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rédactrice web freelance et maman de deux enfants, je me suis toujours sentie très concernée par l'écologie et le développement durable. Constamment en...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour, Il faut savoir que lorsqu’on a le gaz naturel (gaz de ville) pour chauffer son logement, on doit payer un abonnement de 220 euros, et ceci que l’on ait une maison de 150 m2 ou un appartement de 35 m2.

    Ceci est une aberration et pénalise fortement les petits logements.
    On ne veut pas que les gens se chauffent à l’électricité, mais avec un tel tarif d’abonnement on n’a pas vraiment envie de se chauffer au gaz dans un petit logement.

    Et l’état laisse faire….

    Dans un appartement, on n’a pas vraiment le choix pour se chauffer. On ne peut pas se chauffer au bois, et même pas installer un poêle à pellets, tout ça pour une question d’évacuation non prévu. Et puis ce serait encombrant un poêle dans une petite surface.

    Les poêles à pétrôle ou au gaz sans évacuation sont à bannir. Ils produisent autant d’eau sous forme de vapeur que de combustible consommé et rendent l’atmosphère malsaine. Il a de nombreux accidents : asphyxie, incendies avec ces engins.

    Il existe des abonnements moins chers, mais le gaz est plus cher, donc ça retombe au même.

    En même temps on nous culpabilise de nous chauffer, mais on favorise les gros consommateurs… allez comprendre.

  2. Pour compléter vos explications, certes claires et justes mais incomplètes … il faut savoir que l’augmentation des tarifs réglementes est due à plusieurs facteurs : hausse de la CSPE (qui finance déjà l’énergie verte, à hauteur de plus de 15% !) et volonté politique de favoriser la concurrence (sans elle les prix n’auraient pas autant augmenté !!!) . Le financement de la maintenance des usines de production d’EDF est évidemment un critère mais avec une influence moindre, quant au tarif d’acheminement (TURPE) reversé à Enedis et RTE, il n’évolue que très peu, malgré des besoins importants liés aux réseaux construits pour les producteurs locaux, qui ne le paie pas (le TURPE !!!)

Moi aussi je donne mon avis