10 innovations sociales qui changent le monde par le bas (partie 2)

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 4 May 2014, à 17 h 35 min

Le protocole Bop 2.0, de la base de la pyramide au sommet

Le modèle BOP pour « Bottom of the Pyramide » – c’est-à-dire la base de la pyramide – a été inventé en 2004 par un professeur d’économie américain C.K. Prahalad. Avec son collègue Stuart Hart, il publiait « The fortune at the bottom of the pyramid ». L’ouvrage visait à rendre compte de l’immense majorité de personnes vivant dans une grande pauvreté ; elles sont 4 milliards dans le monde à vivre avec moins de 2 $ par jour. Elles constituent donc la base de la pyramide mondiale. En haut, on retrouve les quelques entreprises qui dirigent et décident de l’accès à l’eau, à l’énergie, à la santé, etc.

Nous sommes tous conscients des échecs des modèles traditionnels de l’économie de marché ou de l’aide au développement.

pyramide-humainePrahalad et Hart proposent donc un autre modèle qui intègre les populations des pays en voie de développement dans le projet. La 1ère version a été un échec puisque les entreprises se sont mises à s’implanter dans les pays pauvres sans tenir compte des spécifités des marchés. Des entreprises comme Nike ou Procter et Gamble ont tenté d’entrer rapidement sur un nouveau marché et s’y sont cassé les dents.

point-exclamatiionLa nouvelle version du protocole BOP, 2.0 donc, prend en compte les caractéristiques sociales et locales des nouveaux marchés. BOP 2.0 cherche à construire des partenariats en co-créant des business en éliminant totalement l’approche « top-down » à l’origine des échecs de la première version.

 

*

> suite des innovations sociales

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis