Wearismyboat- des vêtements anti-mal de mer !

Wearismyboat- des vêtements anti-mal de mer !

Difficile de naviguer quand on a le mal de mer. Nausées et vomissements gâchent sacrément le plaisir d’être en bateau. Même les marins les plus avertis y sont sujets ! Deux entrepreneurs, marins tous les deux, semblent avoir trouvé la solution miracle, sans médicaments à prendre : juste des vêtements techniques, à porter quand on navigue. Une innovation révolutionnaire pour tous les marins, qui mérite qu’on y regarde de plus près.

Werarismyboat, la solution anti-nausées

On connait les sous-vêtements techniques qui tiennent chaud, ou froid, ou qui éliminent la transpiration.

Olivier Trentesaux et Philippe Danckaert

Olivier Trentesaux et Philippe Danckaert

Ceux-là propose non seulement de tenir chaud, mais ajoutent une autre fonctionnalité, totalement innovante : éviter le mal de mer (et des transports en général)

Étonnant de constater que personne n’y avait pensé avant Philippe Danckaert et Olivier Trentesaux, deux Nordistes qui ont réussi l’exploit de réaliser cette belle idée, avec un nom de marque qui joue intelligemment sur les mots et qui dit tout : Wearismyboat !

 

 

Wearismyboat, des sous-vêtements très techniques

Leurs vêtements anti-mal de mer sont d’abord des sous-vêtements. Ils ressemblent d’ailleurs fort à n’importe quel sous-vêtements techniques – qu’ils sont aussi d’ailleurs, puisqu’ils sont aussi très fins et très chauds. Mais à la différence des autres, ils ont tous de drôles de motifs, alternant des petits carrés et triangles plus ou moins foncés sur tous les modèles.

Une technologie complexe à base de minéraux

Les sous-vêtements Softshell sont fins, chauds et très couvrants.

Les sous-vêtements Feel Perf sont très fins, chauds et très couvrants.

Ces motifs géométriques ne sont pas là pour faire joli. C’est pour éviter le mal de mer ! Et tous les autres maux liés aux transports (voiture, avion, etc.) d’ailleurs.

Le secret est là, dans ces formes géométriques : « Ce sont des minéraux associés à un polymère qui sert de liant, et qui sont imprimés sur le tissu (du polyester ou du polyamide, selon les modèles de sous-vêtements) », explique Olivier Trentesaux.

On n’en saura pas plus sur la technologie utilisée, très complexe à réaliser et à appliquer sur le textile (une seule entreprise en France est capable de le faire ! ) et qui n’est pas une micro-encapsulation comme on aurait pu croire.

Il ne s’agit bien sûr pas d’un médicament, mais bien d’une solution différente et préventive qui emprunte une voie tout à fait originale ; si originale qu’elle fait d’ailleurs l’objet d’un brevet et d’une licence.

Le marché est tellement énorme (« 30 % des gens sont toujours sujets au mal de mer, mais on peut dire que 100 % peuvent le devenir à un moment ou à un autre de leur vie, même s’ils ont l’habitude de la mer », aux dires de Philippe Danckaert), et le produit tellement nouveau qu’il va susciter des jaloux… et des copies.

on aime vêtements anti-mal de merLe plus : les produits wearismyboat sont en Tissu certifié Oeko-tex 100

Le polo piqué bénéficie aussi de la même technologie anti-mal de mer.

Le polo piqué bénéficie aussi de la même technologie anti-mal de mer.

La technicité du textile en tous cas, a été mise au point au sein du CETI (Centre européen des textiles techniques, à Tourcoing) dont la vocation est de développer ce genre de textile nouveau, très complexe et destiné à des utilisations autres que la mode pure.