Transports aériens : entre huile de friture et énergie solaire

Transports aériens : entre huile de friture et énergie solaire

Avec des milliers de litres de carburant consommés à chaque déplacement, l’avion est un moyen de transport hyper polluant mais qui continue d’avoir la côte en raison des voyages et déplacements rapides qu’il permet de faire.

Aujourd’hui, de nouveaux projets pour rendre ce moyen de transport moins polluant sont en cours d’élaboration et d’application.

Les avions du futur pourraient ainsi fonctionner à l’énergie solaire et à l’huile de friture.


KLM : l’huile de friture comme solution

La compagnie aérienne néerlandaise KLM sait que ses activités polluent. Aujourd’hui, elle tente de minimiser l’impact des déplacements de ses avions en finançant des projets de compensation CO2 et a mis en place un plan d’action dont les objectifs sont de réduire, de maitriser et de compenser les émissions de CO2.

Cela passe notamment par une amélioration technique des appareils pour leur permettre de moins consommer, la promotion d’un système de conformité des émissions de carbone et des partenariats fructueux avec le Fonds Mondial pour la Nature.

De plus, sur son site internet, la compagnie propose à ses clients de mieux maîtriser leurs émissions en découvrant l’empreinte carbone de chacun de leurs vols, ainsi que les différentes manières de compenser les émissions.

Prochainement, KLM ira même plus loin en proposant dès septembre des vols entre Paris et Amsterdam dont le carburant utilisé sera en partie de l’huile de friture.

En effet, 200 vols commerciaux sont prévus entre la capitale française et la capitale néerlandaise en utilisant un carburant composé “à 50 % de kérosène traditionnel et 50 % de biocarburant qui a été obtenu à partir d’huile de friture usagée“.

Et le porte-parole de la compagnie aérienne KLM, Gedi Schrijver, d’expliquer à l’AFP : “Le biocarburant que KLM utilise répond aux mêmes spécifications techniques que le kérosène traditionnel […] Il n’y a donc pas besoin d’adapter les moteurs des avions ou les infrastructures“.

Un premier pas vers des avions plus verts ?

 

La suite p.2> Le Solar Impusle : star du Bourget 2011