Toilettes sèches: soulagez l’environnement !

Réagissez :
Donnez votre avis
Partagez :
Envoyer cet article par e-mail

Le gaspillage d’eau potable réalisé dans nos pays occidentaux par l’utilisation de toilettes à eau est alarmant. Chaque jour, lorsque nous tirons la chasse d’eau, un tiers de notre consommation en eau potable s’en va aussi vite qu’elle n’est arrivée. Pour changer cela, les toilettes sèches sont une très bonne alternative pour ceux qui pratiquent le compostage.

Les toilettes sèches, c’est quoi ?

Hé non, ce n’est pas le trou au fond du jardin de nos grand-parents. Une toilette sèche se différencie d’une toilette à chasse d’eau par le simple fait qu’elle n’utilise pas d’eau! A la place, on recouvre les déjections d’une litière sèche carbonée. Tout ce qui est disponible localement convient pour les toilettes sèches : sciure de bois, copeaux, paille ou foin séché et broyé.

Les toilettes sèches, c’est simple, propre et sans odeur.

  • La cuve des toilettes est le deuxième consommateur d’eau de la maison, après les bains et les douches.
  • 60% de la charge des eaux à épurer provient des toilettes

Beaucoup d’environnementalistes considèrent que l’usage de toilettes sèches est un des sommets de la conscience écologique. La promotion de ces toilettes sèches tourne autour de deux idées principales:

  • la pollution générée par les W-C
  • et le gaspillage d’eau potable dans les chasses.

Nos déjections sont surtout constituées d’azote, de phosphore et de carbone. Ces éléments ont des cycles terrestres, c’est à dire que leur recyclage doit être réalisé par compostage afin d’être rendus à la terre pour l’enrichir. Mêler les déjections (humaines ou animales) avec l’eau est une erreur et un non-sens écologique sans précédent.

  • L’utilisation de toilettes sèches s’inscrit dans une démarche de tri sélectif.

Le compostage évite de polluer l’eau et produit un amendement organique fertilisant. La mise en oeuvre de ce système de toilettes sèches offre peu de difficultés en zones rurales et quartiers périurbains.

Il existe différents modèles de toilettes sèches facilement aménageables chez des particuliers, notamment des modèles suédois dont le design très moderne n’a rien à envier à nos toilettes à chasse d’eau.

Comment ça marche ?

L’auto construction de toilettes sèches est souvent l’occasion d’exprimer votre imagination . Globalement et de façon non exhaustive, on retrouve une lunette de toilette et un récipient, un seau à sciure et une louche.

On peut ensuite créer une caisse en bois avec couvercle percé sur charnière sur lequel on fixera l’abattant et dans lequel on glissera le récipient. On peut également réadapter la pièce des toilettes.

Une fois plein, le tas de compost est disposé en andain en alternance avec de l’ortie, de la consoude et du fumier animal et recouvert de paille. Laisser mûrir un an et s’en servir au potager ou aux pieds des arbres ou des fleurs. 

Une fois nos besoins terminés, on met aussi le papier hygiénique dans la toilette sèche (c’est du carbone), puis on couvre de la litière carbonée mise à disposition. Vous pouvez utiliser de la sciure de bois gratuite obtenue auprès d’une scierie locale (attention, ne pas utiliser de bois traité ou exotique afin de ne pas récupérer un compost toxique pour la terre).

Et ça ne sent pas : versée en quantité adaptée, la litière carbonée bloque les fermentations anaérobies et permet le démarrage du compostage. De plus, pour ceux qui ont peur d’apercevoir une matière dégoûtante, sachez que vous ne verrez que de la matière végétale qui recouvre complètement les déjections!

Les toilettes sèches, c’est:

  • Moins de gaspillage d’eau potable (14 m3 d’eau/ personne / an)
  • Moins de pollution en amont donc moins d’eau à épurer
  • L’enrichissement de la terre par la restitution d’un humus riche issu du compostage
  • La prise en charge de ses déchets.

L’emplacement choisi pour les toilettes sèches est à votre convenance, en fonction des usages. Ne nécessitant aucune canalisation d’arrivée ni évacuation d’eau, les toilettes sèches peuvent s’installer facilement et indifféremment :

  • A l’extérieur : réhabilitation d’une cabane existante, facile à la belle saison lorsqu’on est souvent à l’extérieur (jardin…).
  • A l’intérieur : pour plus de confort, la proximité, peuvent se placer dans la salle de bain ou à la place des anciennes toilettes à eau. 
  • Mobile : certains modèles, compacts et portatifs, permettent de la mettre ou on le souhaite en fonction des besoins (chambre, annexe, caravane…).

L’idéal est d’avoir les deux, à l’extérieur pour une utilisation saisonnière, à l’intérieur pour le quotidien, le confort, la nuit…

Le compost peut être utilisé comme amendement pour améliorer la structure du sol. C’est donc une excellente alternative à l’usage d’engrais artificiel.

Le petit plus: vous bénéficiez de toilettes silencieux ! Sans problèmes de fuite ! Ou de canalisation bouchée !!!

Lire également

Article rédigé par Elwina, octobre 2008

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail

42 commentaires Donnez votre avis
  1. Moi j’ai quand même une réticence : vider le seau… Comment ça se passe VRAIMENT ?

    Parce qu’à chaque fois qu’un convaincu parle, on a toujours l’impression qu’il oublie cet aspect. Ok pour les économies d’eau, la production de compost, l’environnement qui en profite encore plus que nous, et même pour les économies financières en achat de flotte et frais de plomberie etc… mais la VIDANGE ???

    <>

    Sur un modèle de toilettes à litière (sciure/copeaux) : vider le seau toutes les semaines, c’est une tâche ingrate et insupportable que seul un écolo convaincu sera à même d’accepter d’endurer (ce que MOI je suis, mais je ne vis pas seul…) ; ou alors c’est plutôt un petit désagrément pas pire que faire la vaisselle ou passer la serpillère ??????

    (pas de lombri-compostage, j’ai pas la place et je veux pas une grosse installation, et en plus je veux pouvoir bricoler moi même)

    Et vous allez me trouver très curieux (peut être même vulgaire et désagréable), mais comme j’ai besoin de « preuves » avant d’être convaincu, si quelqu’un avait une vidéo d’un vidage de seau sur son tas de compost, et où on me prouve visuellement qu’on a pas la vision d’horreur des étrons de sa femme sous le nez lorsqu’on va vider le seau (qu’on appellera plus seau à compost mais bien « seau à merde »), je serai certainement rassuré… parce qu’en matière de « tue-l’amour », là on est servi avec ce genre de situations !!! (désolé pour mon parlé un peu cru)

    Je le répète, je suis un écolo plus que convaincu, j’adapte mon mode de vie avec mes convictions comme je peux, et le respect et la préservation de l’eau est évidemment une dimension capitale, mais s’il faut pour cela s’infliger des souffrances du type décrites ci-dessus… mouais mouais.

    merci de vos retours.

  2. Bonjour,
    Je suis tentée par l’instalation de toilettes sèches mais j’aimerai en connaître le coût et l’endroit pour se les procurer. De plus que fait-on en cas de maladie infectueuses ? Y a-t-il des désinfectants que l’on peut rajouter ?
    Merci pour votre aide

  3. qui dit toilettes seches dit aussi economies d eau potable de compost gratuit et de bonne qualites bien sur vous devez avoir un petit jardin et cerise sur le gateau cree vous un petit potager la c est du rendement a 100 pour 100 moi je bricole souvent dans mon atelier et vous ne pouvez imaginer comme c est pratique quand ont a une pousee urgente de ne pas avoir besoin de decendre a la maison ….!j en suis le principal utilisateur mais pas le seul.

  4. J’utilise des toilettes sèches depuis un an et j’en suis satisfaite malgré les contraintes mentionnées ici. Le vidage du seau n’est pas un problème. Bon, quand j’ai des invités je ne leur demande pas de vider le seau après dîner, c’est donc à moi de le faire… mais quand on aime, on ne compte pas.
    Quand au commentaire d’Allan « Et pour finir jardiner en sachant que la terre où l’on marche contient notre « merde » ben c’est pas facile!!! », je répond ceci : « Allan quand tu marches sur la terre où que ce soit tu marche sur la merde des vers de terre et d’un grand nombre de bestioles grandes et petites. De plus, nous sommes tous des sacs à merde puisqu’elle sort de notre corps. Alors où est le problème?

    • Ben non c’est pas désagréable de marcher sur de la terre dans laquelle on a mis notre « merde » au contraire se dire que même notre merde est utile c’est très valorisant (bonjour l’égo) .
      Pour les indécis du seau inox un seau en plastique de 20 litres peut facilement être trouvé chez les éleveurs de vaches ou de chevaux, ces seaux leur servent à contenir les blocs de sel alimentaire pour bétail et ils en ont plein.
      Avec un compost riche en vers de terre 3 mois sont largement suffisants pour le compostage.
      Il ne faut pas envisager d’être dégouté par ce seau de merde à vider : avec la sciure de bois c’est vraiement inodore et invisible (pas d’étron à flotter comme cela peut arriver dans des toilettes à eau)

  5. Il existe un seul fabriquant de toilettes sèches familiales en France c’est Ecodomeo. L’intêret de ces toilettes c’est qu’il n’y a pas de sciure ou de copeaux a ajouter car ce sont des toilettes à lombricompostage (ce sont les vers de terre situés dans un petit local technique étanche qui transforment les matières fécales en compost). Pas besoin donc de sortir un seau toutes les semaines ! Le compost de ces toilettes se vidange tous les 5 ans environ et bien sûr il est inodore et hygiénisé.
    Une bonne solution pour ceux qui ne veulent pas construire leur toilettes sèches tous seuls!
    Allez voir sur le site: http://www.ecodomeo.com vous verrez ces toilettes sont vraiment super et adaptées à notre mode de vie contemporain!

  6. Et en utilisant un simple pot de chambre avec couvercle(s), dans la mesure où l’on prend soin de le vider au moins chaque jour, non ? Car comme je suis pas proprio je peux pas toucher aux sanitaires !

Moi aussi je donne mon avis