Toilettes sèches : chassez les préjugés !

Les toilettes sèches ont le vent en poupe, fortement appréciées par ceux qui ne supportent pas le gaspillage d’eau. Pratiques, écologiques, et économiques, les toilettes sèches pourraient convaincre si elles ne souffraient d’autant de préjugés. consoGlobe fait le point sur les idées reçues liées aux toilettes sèches.

Rédigé par Aurore, le 22 mar 2016, à 12 h 00 min
Toilettes sèches : chassez les préjugés !

Pour beaucoup, les toilettes sèches sont encore un lieu un peu bizarre situé au fond d’un jardin où seuls les hippies écolo se rendent pour se soulager, refusant le confort moderne des toilettes à chasse d’eau, si pratiques. Les toilettes sèches souffrent ainsi de nombreux préjugés : non ce n’est pas sale, non, cela n’est pas malodorant, et oui c’est hygiénique ! Et surtout, cela ne gaspille pas d’eau.

Préjugé n°1 : les toilettes sèches, ça sent mauvais

Depuis toujours ou presque, vous avez l’habitude d’utiliser les toilettes à chasse d’eau. C’est très pratique, vous faites vos besoins, vous tirez la chasse et ni vu ni connu, tout disparaît sans laisser de trace. À priori, pas vraiment d’odeurs persistantes donc.

Pour les toilettes sèches, l’idée qu’un « bac » ou « réservoir » recueillant pour une période donnée urine et excréments, donne l’impression à certains d’avoir déjà dans les narines une odeur fétide qui s’installe, et bien non ! Les toilettes sèches ne sentent pas mauvais ! Lorsque vous vous rendez aux toilettes, vos besoins sont plus ou moins riches en azote. En les recouvrant de sciure ou de copeaux de bois, l’humidité favorable à la fermentation et au développement des odeurs est absorbée.

Le rapport Carbone/Azote permet alors d’enclencher le processus de compostage. En général, deux louches de sciure sont recommandées pour que le rapport Carbone/Azote soit optimal pour la production de compost. Vous pouvez utiliser les copeaux de bois également, plus maniables mais moins absorbant ou une autre matière végétale sèche comme la paille séchée ou le chanvre.

Préjugé n°2 :

Les toilettes sèches, c’est compliqué !

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

75 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour,

    Je souhaiterais installer des toilettes sèches, (raisons éthiques et économiques) mais qu’en est-il de la réglementation concernant l’assainissement? Ma commune m’oblige à mettre en conformité mon assainissement, composé d’une simple fosse sceptique dont les eaux sont rejetées dans le réseau d’eau pluviale. Ai-je une chance d’obtenir une autorisation de rejet de mes eaux grises (uniquement!) dans le réseau d’eau pluviale de mon hameau, après un simple passage par ma fosse sceptique existante? Attention, le réseau pluvial du village se jette dans la rivière en contre-bas.

    Je précise que je n’est pas de terrain attenant mon habitation, l’assainissement “conventionnel” envisagé serait donc une FTE + filtre compact. Cet assainissement, en plus d’être hors de prix, serait surdimensionné voire inutile.

    Merci de vos commentaires, la législation est très vague concernant l’assainissement d’eaux grises uniquement.

  2. bonjour a tous
    je voudrais savoir quel est l’historique de ces toilettes sèches
    quel est leur histoire ? leurs évolution?
    merci de me répondre …

  3. J’utilise une toilette sèche depuis plus de 20 ans…et je ne suis pas près d’en changer !

  4. Très partant pour ce retour a la vie finalement “plus ” saine ? de notre enfance, (a la campagne) j’apprécie beaucoup cette lecture, et ce site que je viens de découvrir, par la NL de conso globe.
    En réalité je vis déja comme ça pour le réseau eaux grises, depuis 30 ans, et effectivement aucune incidences néfastes sur mon environnement !
    Mais je vais peut-être devoir bouger et éventuellement avoir une habitation Bois neuve, avec tout ces fameux problèmes liés a ces foutues législations débiles ? Donc je pose la question pour savoir si j’ai bien tout compris.
    le véritable combat n’est pas vraiment dans la tête, mais envers le législateur qui vous OBLIGE ? donc a installer un système d’épuration “NORMALISE” même s’il ne vous sert pas ???
    Autrement dit on peut bien ” avoir le courage ! d’oser” revenir aux fondamentaux, pour une meilleure hygiène de vie certes, mais également pour une ÉCONOMIE financière sur certains MAUVAIS procédés “Normalisés”
    A condition que l’on fasse d’abord LES FRAIS du système classique, pour avoir le DROIT d’habiter notre maison.
    Libre a nous ensuite de RE faire d’autres FRAIS, pour cette fois installer LE système d’épuration qui NOUS convient ? dont l’utilisation est LEGALE, depuis 2009.
    Mais jusqu’ou va la plaisanterie, si on nous OBLIGE a avoir un système classique, dont on ne se sert pas, on aura aussi droit a la vidange OBLIGATOIRE ? d’une fosse juste remplie “d’eau Grise” ?
    Les terrains Diffus sont de plus en plus rare, on veut tous nous “PARQUER” en Lotissements ! ou évidement il serait impossible de pratiquer ça ds son jardin ? a moins d’avoir la chance de tomber sur un voisin ayant les mêmes idées que vous ???

    Donc hélas
    ” il faut seulement faire la démarche de l’esprit pour mettre en place cette méthode toute simple !”
    Il semble que cela ne soit pas aussi simple, il ne suffit pas de “Vouloir” pour que l’on nous laisse faire ?
    Et encore Merci Mr Eautarcie de cet excellent site.

  5. Oui pour des toilettes sèches, mais pas n’importe où!
    1- Nous ne manquons pas d’eau en France en règle générale, et nous de faisons que l’utiliser, il n’y a donc ni consommation ni gaspillage. Cette obsession sur l’usage de l’eau qui la gaspillerait est une totale absurdité en France. Cela étant, faire baisser la facture n’est pas inutile.
    2- Le principe du tout-à-l’égout a sauvé des milliers de vies en apportant l’hygiène en ville. Des toilettes sèches en ville serait une véritable hérésie avec le retour des maladies en lien avec l’accumulation et le transport de merdes.
    3- Cela implique par ailleurs une véritable éducation : séparer l’urine des matières, et selon les modèles utiliser la sciure à bon escient ou penser à activer l’incinérateur… Il est impossible de s’assoir sur plus d’un siècle de pratique.
    4- Que faire des matières ainsi accumulées? Sauf a avoir son propre jardin, les règles d’hygiènes élémentaire interdisent de les mélanger avec les ordures ménagères. Il y a déjà bien assez des couches bébés. C’est de toute manière simplement déplacer le problèmes : que faire de sa merde?

  6. bravo , mais ras le bol de la page fesse bouc ……
    merci

  7. toilette sèche légal depuis 2009!!!ENFIN!!!! c’est génial mais quel retard en France!
    Encore mieux: pour ceux qui ont une maison avec cuve enterrée pour recevoir normalement les eaux+wc = faire vidanger cette cuve une dernière fois (500€) puis une fois propre, l’utiliser pour récupérer l’eau de pluie en provenance de la gouttière du toit juste a coté en général. Cuve de 3000 litres recyclée pour stocker l’eau de pluie et il suffira d’y installer une pompe solaire ou autres pompe pour pouvoir arroser ou nettoyer la voiture ou autres utilisations de cette eau plus ou moins propre selon la pluie. Mais a condition de dériver que l’autre partie de cette installation concernant l’eau de récupération de la cuisine et sdb, doivent passer par le bac dégraisseur selon normes actuelles et plus par cette cuve. Mais a t’on le droit de faire ça en France ?
    bonne question !

  8. Bonjour a tous!

    Nous on a un chalet de bois piece sur piece en partenariat avec 4 autres familles. C’est une grosse “cabane” et on y va tres souvent l’ete comme l’hiver. Notre groupe au total compte 19 personnes, alors dans les moments tres occupes, je peux vous dire que la toilette seche en prends pour son compte… LOL! Notre toilette se situe a l’exterieur de notre chalet. On a toujours eu une toilette seche depuis le debut, et d’apres moi, elle va garder son “trone” (LOL!) pour toujours. On a sensibiliser nos familles, nos enfants, les amis et jusqu’a maintenant tous on accepte notre approche.

    Notre toilette est tellement propre et sans odeur que les enfants y ont joues pendant plusieurs annees lorsqu’ils etaient plus jeune. C’etait leur cabane, leur lieux de rencontre pour le dessin ou la planification de stratageme de jeux de chalet… bizarre me direz-vous? Oui, nous on le croyait, mais ca prouve qu’une bonne toilette seche bien faite, n’aura aucune senteur et sera aussi invitante que toute autre toilette a laquelle nous pourrions etre habituez… Tentez le coup! Mais faites-le bien… c’est la clee du succes.

  9. Bonjour,
    J’envisage l’achat de toilettes sèches pour ma nouvelles maison mais je dois avouer que je recule un peu devant les prix pratiqués..Ce serait pourtant pour moi la solution idéale pour installer des WC à l’étage sans possibilité d’avoir une évacuation.Vous avez des pistes pour des toilettes sèches à prix abordables,svp?
    J’ai bien compris que l’économie d’eau est de 100% mais il reste que l’investissement me semble lourd…
    Cordialement,
    Carine HAMEL

    • Un saut et quelques planches? Trop cher?!

  10. Je me posais beaucoup de questions sur l’entretien des toilettes sèches : que faire des “déchets” quand on n’a pas de compost, nettoyage du seau,… Et je suis serais près à “sauter le pas”, encore faut-il choisir un modèle, certains n’étant pas donnés… J’ai vu pas mal de chose sur labelverte.fr/ Qu’en pensez-vous ?
    Merci Mr Eautarcie pour les réponses que j’ai déjà trouvées ici grâce à vous.

    • bonjour a tous et a toutes.Je pense bien que le toillete sèche nous permettra plus de resoudre beaucoup de problème dans la nature et d’ ailleur c’est à ça que l’ONG JEUNESSE 229 qui a son siège au BENIN dans le 8ième arrondissement de cotonou et a la quel je suis membre; opte et travaille actuellement pour préserver le patrimoine écologique du Monde et surtout au Bénin.Il faut vraiment que nous investissions à font en ce sens. c’est pour cettte raison que je profite par cet occasion pour demander des partenariats avec cet ONG QUI EST au Benin et qui est entrain de travailler en ce sens. Car nous avions été limiter par les action sur le terrain a cause des moyens financiers et souhaite vivement par cette occasion la contribuion de toutes et de tous les personnes désireux et pasionner de la nature de pouvoir aider cet ONG a accélléré dans ces activités. nous sommes joignable au +229 66-63-49-11 ou +229 64-99-09-11.MERCI

      En savoir plus sur http://www.consoglobe.com/toilettes-seches-chassez-les-prejuges-cg#SR2IcHQirVbqXCr1.99

  11. L’assainissement collectif est un vrai progrès le caca sciure ne peut être que marginal,la plupart des gens ne voulant pas s’emmerd..!
    La chasse d’eau est extraordinaire, elle assure la propreté,la séparation avec les gaz odorants et le transport vers la station de traitement,c’est un vrai progrès ! Dans les zones isolées,ce système peut avoir un intérêt, mais il faut être motivé…

    • Votre intervention est un peu l’éloge du W-C à chasse et l’épuration des eaux usées. Je suis tout à fait d’accord avec vous pour dire que les toilettes sèches ne sont pas pour les habitants des villes. Par ailleurs, je suis le premier à clamer que les W-C à chasse (économique) doivent être maintenus en ville, et même en zones rurales pour ceux qui ne souhaitent pas utiliser une toilette sèche.
      Par contre, je clame aussi, que le système de tout à l’égout, obéissant à la même logique que le “tout à la poubelle”, avec l’épuration des eaux est une nuisance environnementale majeure. La solution de l’avenir est l’abandon total des systèmes d’épuration actuels et la valorisation intégrale des eaux usées collectées sélectivement. La collecte se fera avec deux réseaux d’égouts séparés. Les eaux du W-C serviront à imprégner dans les centres des déchets cellulosique avant compostage, tandis que les eaux-grises (savonneuses), après clarification à la lumière (photo-épuration), serviront pour l’irrigation. Les eaux usées ne sont pas des déchets, mais des ressources valorisables. Elles ne deviennent déchet qu’au moment où l’on les mélange. C’est l’épuration qui en fait un déchet dangereux.
      En zones rurales, la situation est plus simple. Dans tous les cas les eaux savonneuses pourront servir pour l’irrigation du jardin soit sans traitement préalable soit après clarification à la lumière. Ceux qui utilisent un W-C leurs eaux fécales seront acheminées vers les centres d’imprégnation et de compostage par vidange. Ceux qui optent pour la toilette sèche, leurs frais liés au traitement des eaux usées s’annuleront. C’est l’application directe du principe de pollueur-payeur. Pour en savoir plus, consulter le site eautarcie.org.

  12. N’ayant pas encore de toilettes sèches chez moi, je voudrais savoir s’il faut rincer le seau après l’avoir vidé au compost du jardin, je suppose que c’est un seau en inox !

    • C’est une décision sage d’opter pour l’usage d’une bonne toilette sèche.

      Le seau de la TLB (toilette à litière biomaîtrisée) après vidange dans le carré à compost, doit être rincé. Ceux qui, pour différentes raisons (santé, temps, ou autres) ne peuvent ou ne veulent pas manipuler la fourche dans le tas de compost, optent pour le compostage de surface, probablement encore plus efficace pour régénérer le sol du jardin que le compostage en tas. C’est ainsi qu’un sol argileux et compact devient friable et un sol sablonneux devient un sol riche et fertile.
      Pour en savoir plus, lire le chapitre intitulé “Compostage des déjections humaines” sur le site eautarcie.org.

  13. Ca fait 3 ans que j’ai installe une toilette seche chez moi. Le proces pour composter ces choses est assez longue, si on veut etre sur d’eliminer les bacterie. Mais je trouve que ca fait plaisir d’adopter cette systeme, meme si des fois en plein hiver on a pas envie d’aller dans le jardin avec le seau.

    • Ne vous compliquez la vie avec le compostage en tas, demandant un travail dur pour retourner le compost, puis pour épandre. Le compostage de surface des effluents de la TLB (toilette à litière biomaîtrisée) est alors la solution pour vous. La description de cette méthode se trouve sur le site eautarcie.org.

      La peur des bactéries attire les maladies infectieuses comme un aimant la limaille de fer. C’est précisément la désinfection avec des biocides toxiques et l’élimination de tout ce qui vit (comme micro-organisme) dans notre entourage qui fragilise notre santé. Sachez que les plantes cultivées n’assimilent pas les bactéries. Après avoir lavé vos légumes – ceux achetés dans le commerce courant ou cultivé sur compost de déjection dans votre jardin – contiennent (heureusement) suffisamment de bactéries de contamination fécale pour stimuler votre système immunitaire. En fait la présence de ces bactéries réputées “pathogènes” est nécessaire pour maintenir en bon état de fonctionnement notre système immunitaire. Lorsqu’on se prive du stimuli de notre immunité par les germes pathogènes, à l’instar d’un muscle qui ne travaille pas, notre système immunitaire s’affaiblit aussi de plus en plus. Les premiers signes de l’affaiblissement sont la sensibilité aux maladies virales (grippes, rhumes, etc.) et aussi l’allergie. Pensez-y.
      Lire le chapitre “Le chlore et l’irradiation UV” sur le site eautarcie.org.

  14. Il y’a 2 ans que j’ai opté pour les toilettes sèches dans une petite exploitation agricole, qui se réalise en petites étapes.
    Mais, le constructeur n’est pas encore motivé et retarde leur construction comme prétexte:
    l’odeur
    l’extraction
    Toutefois, notre ancienne maison qui se trouve dans la même localité est équipée d’une toilette sèche, formée de 2 étages communicantes par 2 petites trous ou fenêtres et qui se trouve isolé mais bien construite et bien propre, elle n’est pas habitée mais les toilettes sont utilisables encore, sans danger ni risque.
    Pour moi c’est une solution idéale mais l’eau est nécessaire pour se laver et la quantité de l’eau utilisée demande plus de matière et déchets surtout dans les villes où ces matières sont encore rares

  15. Auto constructeur d’une maison écologique ossature bois, ma première réalisation s’est portée sur le site du chantier sur un avis de jardin utilisé comme bureau/réfectoire/stock outils, et un wc dans une pièce attenante.
    Cet ensemble n’étant pas raccordé ni eau potable, ni eaux usées, J’ai retenu la solution toilette sèche. La sciure et les copeaux issus du chantier ont été mis en sac pour être utilisé dans ce wc.
    Satisfacti

    • Dans bien de cas la solution au problèmes des toilettes est la TLB (toilette à litière biomaîtrisée). Son prix est dérisoire par rapport à ceux des toilettes sèches avec séparation de l’urine. Il faut cependant veiller à la beauté du meuble qui abrite le seau. A la limite le style de ce meuble, qui prend la place d’un W-C à l’intérieur de l’habitation, peut même s’apparenter à celui du mobilier de la maison.
      Un bon conseil: La sciure et les copeaux de bois n’est pas la litière idéale. Si vous avez la possibilité, faites votre litière au départ des déchets de votre jardin (feuilles mortes, plantes arrachées, tonte de gazon séchée, taille de haies et des arbres, cartons d’emballage déchiqueté, mais aussi de la paille de papier de destructeur de documents, etc.). Les déchets de jardin sont de préférence broyés soit à l’aide de votre tondeuse à gazon, soit à l’aide d’un broyeur à végétaux. La litière idéale contient des végétaux verts broyés et séchés. Avec les feuilles ils apportent un sorte de “souffle de vie” dans votre toilette.
      Une petite astuce: Pour la meilleure maîtrise des odeurs, éviter de “trôner” trop longtemps, et dès l’émission des selles les couvrir avec le papier de toilette et un peu de litière. Aussitôt après, humidifier la couverture ainsi faite à l’aide d’un pulvérisateur de fleurs rempli d’eau claire. L’humidification en urinant sur la couverture de litière est encore plus efficace…

  16. C’est vraiment super les toilettes sèches: YAKA vider au compost! Quelque chose me dit que ce n’est peut-être pas aussi simple pour tout le monde, je pense par exemple à ceux qui vivent en immeuble, et pas forcément par choix… Alors il faut le dire: chier dans la sciure, c’est pas encore à la portée de tout le monde!

  17. depuis “volem rien foutre al païs” , on s’est lancé. un déclic en quelque sorte.
    j’ai récupéré un regard en béton…50×50 env.
    on a installé dedans un gros bidon de peinture vide,
    et Dessus on a taillé un contreplaqué marine qui vient couvrir le bloc-regard.Dans celui ci on a inclus une lunette (le siège) d’un ex WC.

    c’est très simple. de la sciure de bois, et un petit pot pour récupérer les papiers que je n’aime pas mélanger.
    le tout va ensuite directement au compost.

    Nous apprécions ces moments de pleine nature, en accord avec une certaine étique que nos défendons depuis de nombreuses années.

  18. Je recommande cette société qui assure vraiment.. en tous points! lesateliersioland.com

  19. oui j’ai des toilettes sèches et j’en suis très contente, sur tous les plans et notamment celui d’être responsable de mes déchets. Seulement, je ne connais pas exactement les lois d’assainissement lorsque l’on a des toilettes sèches mais que l’on a à traîter les eaux de cuisine et des douches, est-ce nécessaire d’avoir une fosse septique quand même. Où puis-je trouver ces renseignements? Merci

    • En France et en Belgique les toilettes sèches sont autorisées, sous certaines conditions. Le législateur des deux pays n’a, malheureusement pas prévu le cas des ménages qui ne produisent pas d’eaux fécales. De ce fait, pour le traitement de leurs eaux savonneuses, on leur impose les mêmes solutions chères et inutiles dans leur cas, que pour les eaux usées contenant aussi les eaux du W-C.
      Lorsque en été, on irrigue ses plantes du jardin avec les eaux savonneuses sans le moindre traitement préalable, l’impact environnemental est nul sur les eaux souterraines mais aussi sur les plantes. En hiver, les eaux savonneuses (sans les eaux fécales) peuvent être déversées dans une fosse septique qui devient fosse à eaux-grises, dont le trop-plein peut être dispersé dans le sol, sans la moindre nuisances. Consultez le site eautarcie.org à ce sujet.

    • Quand on ne produit plus eaux-vannes issues d’un W-C, le traitement des eaux-grises (savonneuses) est très simple. En matière de traitement sélectif des eaux-grises il y a encore un vide juridique. La seule chose que les règlements prévoient est la possibilité de diminuer la taille des installations d’épuration. Malheureusement, même compte tenu de cette facilité, l’épuration (complètement inutile) des eaux-grises occasionne des frais élevés. Le législateur n’a pas encore pris en considération les différences qui existent entre les eaux usées mélangées (eaux-vannes + eaux-grises) et les eaux grises seules. Ces dernières peuvent en fait servir à l’irrigation du jardin sans le moindre traitement préalable, et sans provoquer la moindre nuisance, ni au niveau des eaux souterraines ni pour les plantes cultivées.
      Sur le site eautarcie.org vous trouverez la description détaillée des différentes options pour valoriser vos eaux savonneuses. Cliquer sur “Plan du site”, puis “Documentation” et aller plus bas aux “Articles”. Vous y trouverez une série d’articles téléchargeables, notamment celui intitulé “La valorisation des eaux-grises”.

  20. Depuis plusieurs années, nous utilisons des toilettes sèches, et nous ne le regrettons pas, bien au contraire ! vider la cuve tous les 3 ou 4 jours n’est rien en comparaison des désagréments des fosses septiques qu’il faut faire vidanger régulièrement, sinon risque d’engorgement, mauvaises odeurs ponctuellement, ect …. et c’est un + pour l’environnement, il faut seulement faire la démarche de l’esprit pour mettre en place cette méthode toute simple !

    • Félicitations pour votre démarche vers la gestion durable des eaux! Cependant, vous pouvez aller plus loin sur ce chemin, en amont et en aval de l’usage domestique de l’eau. C’est la démarche de l’EAUTARCIE.
      En amont, on récupère l’eau de pluie suivant le système PLUVALOR. Ici, le but n’est pas d’économiser l’eau de ville, mais la protection de la santé de la famille. A cette fin, on réservera l’eau de pluie filtrée de haute qualité en priorité à la boisson et à la cuisson des aliments et aussi pour le bain du bébé et les soins de beauté et des cheveux. Lorsque le toit est trop petit pour couvrir les besoins en eau du ménage, on raccordera le W-C (du moins ceux qu en ont), les robinets du garage et du jardin à titre permanent à l’eau de ville. On économisera l’eau de pluie de haute qualité pour les usages plus nobles.
      En aval de l’usage de l’eau, savez-vous que les eaux savonneuses (vaisselle, bain, lessive, nettoyage) s’épurent parfaitement toute seule, sans la moindre intervention. A ce sujet faites l’expérience suivante: Préparez quelques litres du mélange de ces eaux et versez-la dans une bassine installée au soleil dans le jardin. Après 5 à 20 jours, l’eau initialement trouble devient limpide et complètement inodore. Analysée au laboratoire elle répond aux normes les plus sévères.
      Conclusion: lorsqu’on ne produit plus d’eaux-vannes (issues des W-C), l’épuration des eaux-grises, même avec des plantes, devient complètement inutile.
      L’autre expérience consiste à verser les eaux savonneuses aux pieds de vos plantes cultivées, sans le moindre traitement ou clarification préalable. Afin de limiter l’évaporation, mettez aussi une couche de 2 à 3 cm de tonte de gazon, de feuilles mortes ou même du carton d’emballage déchiqueté et humide sur le sol autour de vos plantes irriguées avec les eaux-grises. Les lombrics qui ne tarderont pas à apparaître, élimineront cette couverture du sol au bout de une ou deux semaines. Après cela, afin de nourrir nos travailleurs bénévoles du sol (les lombrics), cette opération doit être répétée plusieurs fois. Cela freinera la levée des plantes adventices – dites “mauvaises herbes” – tandis que le sol de votre jardin deviendra de plus en plus fertile.
      Pour en savoir plus, visitez le site eautarcie.org

  21. Bonjour à tous,
    Voici mon article/test complet sur les toilettes sèches : bio-ecolo.fr/2014/05/jai-teste-les-toilettes-seches/
    A bientôt !

  22. J’ai louez dernièrement ce genre de toilettes pour une manifestation.. faut faire attention car toutes les loueurs ne ce valent pas.. les cabines sont parfois de piètre qualités ( vieilles planches en guise de cloisons…).. cette société a de très bonne cabine je vous la conseille…
    caux-loc-services.fr

    ils livrent partout en france

  23. Bonjour à tous,

    Merci pour cet article, car beaucoup de personnes ignorent encore l’existence de ce sanitaire alternatif. Je vous recommande ce site internet pour en savoir encore plus : petitcoinnature.fr. C’est simple, et clair.

  24. Il faut tout de même précisé qu’il existe 2 types de toilettes sèches. Celles dites à séparation et les autres, à litière. Les toilettes à litière (ou TLB) sont les plus courantes mais sont inadaptées pour la construction surtout en immeuble ou en collectif car la sciure et le compostage des déchets est une tâche délicate. Mais les toilettes à séparation possède dans la plupart des cas un bac de récupération intégré qui limite le nombre de vidage nécessaire (jusqu’à parfois une seule en 3 ans).

    Pour en savoir plus sur la réglementation concernant l’installation des toilettes sèches j’y ai consacré un article il y a quelques mois. Celui-ci est disponible ici : nature-obsession.fr/reduire-dechets/reglementation-tlb.html

  25. Je me rend compte que dans la grande ROUTINE de notre vie “aseptisée”, en fait, certains citoyens ont grand peur de se fouler les articulations s’ils changent leurs petites habitudes….”pourquoi s’embêter, alors qu’il suffit de PAYER ? Je suis de la génération sans superflu (1958) et je n’en suis que plus forte et plus imaginative pour faire des économies et ménager notre “pauvre planète” ! Mon potager ne reçoit aucun produit phyto, juste mon compost et un peu de fumier de mouton et je vous garantie des légumes extras ! alors, osez vous ne le regretterez pas !!!!!!!!!

Moi aussi je donne mon avis