Toilettes sèches : chassez les préjugés !

Les toilettes sèches ont le vent en poupe, fortement appréciées par ceux qui ne supportent pas le gaspillage d’eau. Pratiques, écologiques, et économiques, les toilettes sèches pourraient convaincre si elles ne souffraient d’autant de préjugés. consoGlobe fait le point sur les idées reçues liées aux toilettes sèches.

Toilettes sèches : chassez les préjugés !

Pour beaucoup, les toilettes sèches sont encore un lieu un peu bizarre situé au fond d’un jardin où seuls les hippies écolo se rendent pour se soulager, refusant le confort moderne des toilettes à chasse d’eau, si pratiques. Les toilettes sèches souffrent ainsi de nombreux préjugés : non ce n’est pas sale, non, cela n’est pas malodorant, et oui c’est hygiénique ! Et surtout, cela ne gaspille pas d’eau.

Préjugé n°1 : les toilettes sèches, ça sent mauvais

Depuis toujours ou presque, vous avez l’habitude d’utiliser les toilettes à chasse d’eau. C’est très pratique, vous faites vos besoins, vous tirez la chasse et ni vu ni connu, tout disparaît sans laisser de trace. À priori, pas vraiment d’odeurs persistantes donc.

Pour les toilettes sèches, l’idée qu’un « bac » ou « réservoir » recueillant pour une période donnée urine et excréments, donne l’impression à certains d’avoir déjà dans les narines une odeur fétide qui s’installe, et bien non ! Les toilettes sèches ne sentent pas mauvais ! Lorsque vous vous rendez aux toilettes, vos besoins sont plus ou moins riches en azote. En les recouvrant de sciure ou de copeaux de bois, l’humidité favorable à la fermentation et au développement des odeurs est absorbée.

Le rapport Carbone/Azote permet alors d’enclencher le processus de compostage. En général, deux louches de sciure sont recommandées pour que le rapport Carbone/Azote soit optimal pour la production de compost. Vous pouvez utiliser les copeaux de bois également, plus maniables mais moins absorbant ou une autre matière végétale sèche comme la paille séchée ou le chanvre.

Préjugé n°2 :

Les toilettes sèches, c’est compliqué !