Revente de cadeaux sur internet, mythe ou réalité ?

Revente de cadeaux sur internet, mythe ou réalité ?

Chaque année, c’est un refrain : la revente de cadeaux, c’est bien, ou mal, ou économique, ou immoral. La vraie question est quand même la suivante : y a-t-il beaucoup de gens à la pratiquer ?

Revendre ses Cadeaux sur internet serait à la mode

Le Père Noël aurait apporté aux Français des cadeaux qu’ils n’aiment pas, des cadeaux en double, pas intéressants… A en croire les sites d’annonces et la presse en mal de sujets, à peine le Père Noël reparti on s’empresse de se débarrasser de nos cadeaux sur le net. Mais voilà, les commanditaires ou les auteurs de ces études sont des sites d’annonce… du coup ces statistiques ressemblent à un plaidoyer pro domo… Et quand, on vous interroge, vous les consommateurs, on n’obtient pas la même lecture des choses : vous aimez vos cadeaux. Et vous les gardez ; sauf exceptions.

Revendre ses cadeaux de Noël : des chiffres  fiables ?

C’est un marronnier de la presse : dès le 26 décembre, beaucoup de médias nous abreuvent de l’information selon laquelle tout le monde se précipitent sur le net pour revendre ses cadeaux de Noël. Pourtant « 1 internaute sur 3 avoue être gêné de revendre ses cadeaux« , nous annonçait en décembre 2012 une étude du site de petites annonces Vivastreet.

Revendre ses cadeaux deviendrait un passage obligé ?

Le site Radins, lui, avait mis en avant un sondage  TNS Sofres, selon lequel 40 % des internautes ont l’intention de saisir cette opportunité avant même d’avoir découvert le contenu de leurs cadeaux  même s’ils éprouvrent encore quelques problèmes de conscience. Pourtant, Vivastreet expliquait quelques jours plus tôt qu’au total seuls 17,3 % des Français revendent, louent ou troquent leurs cadeaux après Noël…

Une troisième étude donne des résultats encore différents :

Selon l’étude Generix/Ifop de décembre 2012, 24 % des Français déclarent envisager de revendre leurs cadeaux, bien avant de les avoir reçus ! Et si ce phénomène s’explique par une déception vis-à-vis des objets reçus, 22 % ont tout de même déclaré envisager de le faire en vue de gagner de l’argent.

L’année dernière, un sondage Vovici EFM pour PriceMinister, affirmait que 30,1 % des Français revendaient un de leurs cadeaux de Noël…(2)

>> Alors, on a 17 %, 22 %, 30 % ou 40 % des personnes qui revendent leurs cadeaux selon les études ! ça ne donne pas confiance….

Revendre ses cadeaux : les meilleures astuces (1)

Beaucoup de personnes restent réticentes à « refourguer » leurs cadeaux

A y regarder de plus près, l’étude Vivastreet note bien que les internautes sont embarrassés, voire même « choqués » par l’idée de revendre leurs cadeaux et qu’ils cacheraient cette information à leurs proches. Au contraire, la revente de cadeaux, demeure une pratique globalement peu appréciée des Français quoiqu’en disent les sites d’annonces :

  • Pour 49 % des internautes interrogés, la revente de cadeaux de Noël est une pratique jugée « choquante » (18,3 %) ou « gênante » (31 %)
  • 17,3 % des personnes déclarent revendre leurs cadeaux, 20 % ne le feraient pas si ce n’était pas pour des raisons financières et 71,7 % d’entre eux ne l’avouent pas à leurs proches !
  • Quant à ceux qui ne revendent pas leurs cadeaux de Noël (82,7 %), 30,9 % estiment que c’est une question de principe : « on ne se sépare pas de cadeaux de Noël ». Cette réponse est d’ailleurs plébiscitée par les 18-24 ans à 47,6 % alors que les autres tranches d’âge déclarent que généralement tous leurs cadeaux leur plaisent.
  • Une étude Looneo de janvier 2010 sur 1 800 internautes, montrait déjà que les personnes insatisfaites de leurs cadeaux de Noël ne sont pas pour autant prêts à les revendre : « 60 % des consommateurs interrogés n’ont jamais pensé à revendre leurs cadeaux et 20 % n’ont jamais osé. Ainsi, 80 % des français ne sont donc pas prêts à passer à l’acte de la revente de cadeaux de leurs proches. Seuls 19 % des internautes français ont déjà revendu un cadeau » expliquait cette étude.
  • L’année passée, le journal Sud-Ouest a fait un sondage sur plus de 3000 personnes, en réponse à la question « Allez-vous revendre certains de vos cadeaux de Noël ? », 68 % répondaient « Non, ce serait trahir la personne qui me les a offert ».
  • Ce chiffre était cohérent avec le sondage publié par le Parisien en 09 avec la question « Jugez-vous choquante la revente de cadeaux de Noël sur Internet ? » : 59,9 % disaient « OUI, revendre ses cadeaux est choquant ».

La tendance 2014 : le troc

En 2013 et 2014, une tendance nouvelle a émergé : celle du troc – et notamment le troc de livres ou le troc de jouets – qui revient très fort notamment pour les livres et les DVD. Le troc a l’avantage d’être moins mercantile ; quand je troque le livre que j’ai reçu, je n’ai pas l’air cupide de celui qui revend son cadeau pour de l’argent.

Les motifs qui pousseraient à revendre ses cadeaux ?

Contre toute attente, ce ne sont pas les raisons financières (20 %) qui priment dans le fait de revendre ses cadeaux, mais parce que ces derniers sont inutiles (54,3 %) ou en double (21,4 %).

Pourtant, les Français envoient bien leur lettre au Père-Noël puisque 73,2 % d’entre eux ont transmis des idées de cadeaux à leurs proches avant le 25 décembre.

Quand les Français échangent-ils leur cadeau ?

Selon le sondage et cela est confirmé par ce que constate consoGlobe depuis 7 années, les Français ne sont que 9,9 % à déclarer revendre leurs cadeaux dès le lendemain de Noël.

42,8 % déclarent les revendre après les fêtes et 47,4 % le font plus tranquillement au cours de l’année.

 

Vendre ses cadeaux : les témoignages

Nous avons interrogé les membres de consoGlobe pour savoir ce qu’ils font ou pensent de la revente de cadeaux après Noël. Voici quelques réponses :

  • Un témoignage de vente de cadeaux sur le web :

Delphine, 29 ans - « Vendre mes cadeaux ? au début cette idée me paraissait tout à fait … impolie, ou irrespectueuse. Mais finalement après avoir bien réfléchi, je me suis dire que revendre mes cadeaux sur le web permet en fait d’atteindre le but que la personne qui les ont offerts recherchaient : faire plaisir. Donc, en fait à Noel dernier, j’ai reçu un bouquin qui ne m’intéressait pas franchement, la biographie de Mitterrand : je l’ai échangée sur digitroc et en retour j’ai reçu un DVD, Je suis une légende.

Le 2ème cadeau que j’ai eu envie de revendre était une paire de gants de cuir : je l’ai revendue et avec les euros, je me suis fait plaisir. C’est pourquoi, moi je dis : revendre ses cadeaux sur internet permet à chaque cadeau de faire plaisir, … au second essai en quelque sorte. L’avantage avec consoGlobe, c’est qu’en plus vous pouvez soit échanger soit vendre soit louer ; la seconde vie des cadeaux est garantie « 

Anonyme  : « Perso quelqu’un a qui j’offre un cadeau et qui le revend sur le net devra bien en profiter de sa revente car pour être clair : il n’en aura plus d’autres des cadeaux.« 

  • Marc, 22 ans : « Déjà en 2006, je me suis servi du service d’échange de consoGlobe pour échanger les films qu’on m’avait offerts. J’avais déjà vu Aviator alors, je l’ai regardé une nouvelle fois, puis je l’ai mis dans ma liste d’échange sur digitroc : en échange, j’ai reçu Gladiator, que j’avais envie d’ajouter à ma DVDthèque. »

Mireille, 53 ans  : « Mes enfants m’ont offert un livre sur les oiseaux d’Europe. Manquant d’inspiration, ils ont cru bien faire. Je n’ai pas voulu les vexer en leur disant mais, même si le livre est superbe, cela ne m’intéresse pas plus que ça et le livre va prendre la poussière dans la bibliothèque. Je l’ai mis en vente sur les annonces gratuites du service d’occasion de consoGlobe et l’ai aussi proposé à l’échange pour trouver quelque chose qui m’intéresse plus. »

Stephen, 28 ans : « Je ne devrais pas le dire mais la boîte de savons parfumés offerts par les cousines, c’est vraiment pas mon truc. Alors pour moi c’est pas difficile, j’ai pris directement la direction du site d’occasion : j’en tirerai bien quelques euros. »

Conclusion  : il est certain que les mentalités et les modes de consommation ont changé et l’internet est passé par là. L’attitude « je vends et j’échange mes cadeaux de Noël » choque de moins en moins et progresse régulièrement mais il suffit d’interroger vos proches pour constater qu’il n’y a pas 4 personnes sur 10 qui se débarrasse de ces cadeaux.

Alors pour ceux qui sont tentés de le faire, voici quelques conseils pratiques faciles à suivre.

consoGlobe vous recommande aussi...


Jean-Marie fonde consoGlobe en 2005 avec le service de troc en ligne, s'occupe de .... ? un peu de tout en fait. :)Il convertit ses proches, sa famille à l'écologie pratique à la maison, à l'école. Lecteur acharné, fan de SF, de BD, auteur de thrillers (Les confiscateurs), ou d'ouvrages sur le marketing, il manque toujours de temps pour partager ses idées comme il le voudrait. Il a également lancé le site et le projet citoyen Professionnel d'un jour, pour aider les lycéens et étudiants à trouver leur voie. Il est l'auteur de l'"Absolu marketing" aux Editions Kawa.

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Assez amusant, vous commencez votre article en critiquant les sites de vente en ligne qui seraient à l’origine des « rumeurs » sur la revente de cadeaux pour influencer cette pratique et les seuls exemples que vous donnez ensuite au niveau du troc, qui serait mieux que le revente, émanent de personnes qui ont échangé sur votre propre site. Mais ce n’est qu’un hasard sans doute!

  2. Je souris en voyant les commentaires des autres internautes…
    Car je défends les deux positions, en fait : on m’a appris, lorsque j’étais enfant, à dire « merci », et à apprécier (même si ce n’était pas vrai) tout cadeau qui m’était fait comme si j’étais ravie.
    On appelle ça de la politesse.
    Ou…………..de l’hypocrisie ! car, soyons clair, QUAND aurez-vous le droit de dire que ce qu’on vous a offert ne vous plaît pas ???? Quand la personne en face se rendra-t-elle réellement compte de vos VRAIS goûts si vous ne le dites jamais franchement en face ? si vous ne dites pas que ça ne VA PAS, que ça ne vous plaît PAS ????
    Quand en fait, aurez-vous vraiment le droit d’être vous-même ?
    Jamais, dans ce contexte d’apparences !!!!
    Pendant de nombreuses années, ma maman m’a offert des choses qui…lui plaisaient à ELLE, mais pas du tout à moi. J’étais frustrée, en colère, même, mais….on m’avait si bien domestiquée que….ben voilà, impossible de le dire ! Jusqu’au jour où j’ai explosé : non, là, c’était trop, je n’en voulais vraiment PAS.
    Après le moment de réelle surprise de sa part, elle m’a DEMANDE ce que je voulais vraiment, c’était une grande première.
    Peu importe le prix qu’on met dans le cadeau, je m’en moque, du moment que ça me plaît, je le garde : je préfère un truc fait maison qui n’a coûté que du temps et pas un euro qu’une mocheté qui vaut une fortune dont je me fous comme de l’an 40 et que je vais finalement re-bazarder sans état d’âme….car la personne qui me l’a offert s’est fait plaisir à ELLE, pas à moi.

    Donc oui, j’ai revendu avec joie un bouquin coûteux et rasoir à souhait qu’une amie m’avait offert un jour : j’adore lire, mais là, elle s’est fait plaisir, à elle. Il était si barbant que je n’ai pas dépassé le 1er chapitre. Je l’ai revendu sur Amazon et la personne qui l’a eu m’a chaleureusement remerciée pour ce si merveilleux ouvrage.
    En fait, lorsqu’on fait un cadeau, on doit impérativement lâcher PRISE !!!! si l’autre, ça lui fait plaisir de le revendre, de le donner, de le jeter (ça se recyclera quand même, pas de souci !), d’en faire des confettis ou Dieu sait quoi : ET ALORS ?
    On le fait avec l’intention, on s’applique à faire vraiment plaisir, et peu importe ce que l’autre en face en fera. Tout le reste est jugement de valeur, parfaitement déplacé dans ce cas : on juge ses amis en fonction de comment ils apprécient ce qu’on leur offre ? c’est quoi, cet égoïsme ?????
    A lire : « Les Quatre accords toltèques » en cette belle fin d’année pour entamer la suivante !

  3. Critiquer la revente de cadeau revient tout simplement à critiquer le marché de l’occasion et de la revente.

    En fait, il s’agit d’une postures morale, en contradiction totale avec l’écologie.

    Lorsque je vois l’encouragement à consommer de l’inutile et du futile durant les périodes des fêtes, l’encouragement, en somme, à gaspiller les ressources, je suis plutôt content de voir que certains des nombreux achats « inutiles » seront recyclés via la revente.

    La revente revient toujours, dans l’absolu, à économiser les ressources, elle a donc un aspect tout à fait positif.

  4. revendre un cadeau, c’est la pire des conneries. Je passe sur le fait que quelqu’un s’est cassé la tête pour vous trouver un cadeau, mais en plus il a dépassé de l’argent. Et vous, vous revendez ce cadeau, en général à moitié prix car après Noël plus personne n’en veut. Autant dans ce cas demander à votre bienfaiteur le fameux ticket de caisse (quitte à prétexter que vous l’avez en double, ou que le vertne sied pas à votre teint s’il s’agit d’un pull) et vous pourrez alors vraiment changer le cadeau dans le magasin qui l’a vendu. Sinon, quel gâchis de temps et d’argent.

  5. Je trouve ça vraiment dégeulasse et le mot est faible ,je suis désolée moi on ma appris un peu de savoir vivre ainsi que le respect et apparement y en a qui ne savent pas ce que ça veut dire !! Et peu importe le cadeau, si simple soit il en principe moi quand j’offre qq chose ça vient du coeur !!!! A bon entendeur salut !!!!

Moi aussi je donne mon avis