Plate-Forme du Commerce Equitable : les enjeux

>>> Suite de l’interview de M. Georges D’Andlau, président de la Plate-Forme pour le Commerce Equitable. Quels sont les enjeux du commerce équitable aujourd’hui ? Comment faciliter la tâche des consommateurs lors de l’acte d’achat, tandis que la multiplication des labels soit disant "éthiques" sème le doute ? Voici l’avis de la PFCE…


consoGlobe : Actuellement, quels sont les chiffres du Commerce Equitable en France ? Qu’en pense la PFCE ? Des objectifs concrets dans les prochaines années ?
 
G.D : Le développement important du Commerce Equitable en France et dans le monde ces dernières années se manifeste à travers la croissance des volumes de vente, la diversification de la gamme de produits et la multiplication et la consolidation des acteurs. 

Le commerce équitable représente actuellement un marché de plus de 3,5 milliards d’euros au niveau mondial.  En France, le secteur du commerce équitable reste dynamique malgré la crise, avec une croissance estimée de 10 % en 2009 et un chiffre d’affaires globale de plus de 300 millions d’euros.

Logo fairtradeLes produits alimentaires représentent près des trois-quarts des ventes de produits issus du Commerce Equitable, mais les autres secteurs (mode et  textile, déco, cosmétique) se développent de manière importante.

Au Sud, le nombre de producteurs et de travailleurs qui bénéficient du commerce équitable augmente. Entre 2000 et 2007, FLO (Fairtrade Labelling Organisation) a multiplié par deux le nombre d’organisations labellisées (par Max Havelaar en France) : aujourd’hui dans le domaine agricole, c’est plus de 1,5 million de producteurs et travailleurs en Afrique, Asie et Amérique Latine qui bénéficient du commerce équitable, soit plus de 7 millions de personnes avec leurs familles. 

Dans le secteur de l’artisanat aussi, le nombre de personnes qui bénéficient du Commerce Equitable augmente : la World Fair Trade Organisation (WFTO) qui regroupe les organisations d’artisans impliqués dans le Commerce Equitable est passée de 300 à 600 organisations adhérentes dans les dernières années. 

WFTO

La notoriété  du Commerce Equitable est aujourd’hui très forte : 95 % des Français connaissent le commerce équitable (IPSOS juin 2009) alors qu’il n’était que de 9 % en 2000, et la démarche bénéficie d’un fort capital de sympathie : les Français se sentent proches de la démarche et 78 % d’entre eux formulent des appréciations positives sur le Commerce Equitable. 

Il reste cependant une énorme marge de progression pour développer la consommation équitable. Le café, qui est le produit équitable le plus vendu en France ne représente que 5 % des parts de marché alors que dans d’autres pays d’Europe certains produits ont atteint des parts de marché très importantes.

>>>En Suisse par exemple, 50 % des bananes vendues sont équitables ! Il y a donc encore beaucoup à faire pour développer le Commerce Equitable afin qu’il devienne une  habitude de consommation quotidienne chez les consommateurs français.

La PFCE cherche à appuyer le changement d’échelle du Commerce Equitable par différents moyens :

  • renforcer la transparence et la lisibilité des engagements et des résultats de la démarche pour les consommateurs,
  • participer à l’ouverture de nouveaux marchés (achats publics, consommation des entreprises etc.),
  • renforcer la visibilité du Commerce Equitable et des différents produits à travers l’organisation d’évènements comme le Forum National du Commerce Equitable qui se tiendra à Lille du 8 au 10 mai etc.

consoGlobe : En raison de l’essor croissant des préoccupations éthiques et écologiques au sein de la société, les labels et les propos douteux se multiplient…n’est-ce pas un frein important au développement du Commerce Equitable ?  

G.D : Le développement des préoccupations des Français pour la consommation responsable et éthique est un phénomène positif à encourager. Mais il est vrai que la multiplication des démarches et labels écologiques, éthiques ou responsables n’est pas toujours très lisible pour le consommateur et les efforts doivent se poursuivre afin de distinguer plus clairement ce qui différencie les différentes démarches.
Commerce équitable supermarchéEn ce qui concerne le Commerce Equitable, sa spécificité est qu’il s’agit d’une démarche qui offre des garanties claires sur les trois piliers du développement durable : économique, social et environnemental.

Par ailleurs, les organisations de promotion du Commerce Equitable et les systèmes de garantie ou les labels de commerce équitable ont entrepris des démarches importantes ces dernières années pour mieux répondre aux attentes des consommateurs et pour rendre leur démarche encore plus transparente : 

  • Un travail de renforcement des garanties équitable a été effectué pour renforcer les principales organisations. Ainsi, Max Havelaar s’est doté d’un système de certification et de contrôle indépendant : Flo-Cert (agrée selon la norme internationale ISO 65). Dans le domaine de l’artisanat aussi, WFTO est dans un processus de renforcement de ses procédures de contrôles des engagements.
  • Par ailleurs, nous avons entamé l’année dernière un travail d’analyse de l’impact du commerce équitable dans les pays du Sud afin de s’assurer que les bénéfices du Commerce Equitable sont bien utilisés pour un développement économique et social dans le respect de l’environnement. Les principaux résultats sont très positifs quand à l’efficacité du Commerce Equitable en termes de développement et d’amélioration des conditions de vie des producteurs et de leur famille. Nous travaillons cette année à produire et à diffuser ces résultats en réalisant des documents de capitalisation et des actions de sensibilisation à partir de ces études.

thé équitable

  • Enfin, les engagements de commerce équitable ont renforcé leurs exigences en matière de critères environnementaux. Les principaux labels de Commerce Equitable ont des clauses très strictes concernant la préservation des sols ou la liste des intrants chimiques autorisés ou interdits etc. On assiste également à l’émergence de labels qui garantissent à la fois le caractère équitable et bio des produits. A la plate-forme nous avons lancé en 2008 un programme d’amélioration et de valorisation des pratiques environnementales de nos membres qui nous a permis de voir à quel point les acteurs de commerce équitable sont concernés par la dimension environnementale de leurs actions.

Ces trois démarches (renforcement des systèmes de garanties, lisibilité de l’impact en terme de développement et approfondissement de la démarche environnementale) devraient contribuer à mieux faire connaître aux consommateurs les avantages du commerce équitable et de répondre à leurs interrogations afin de développer la consommation équitable. 

>>> La suite de l’interview de M. D’Andlau de la PFCE 

Lire également sur le commerce équitable