Pêche – Krill d’alarme en Antarctique – (2ème partie)

On l’a vu, le krill est une ressource vitale pour l’équilibre de la chaîne alimentaire des océans. L’essor de l’aquaculture est une menace pour le krill qui sert à nourrir les poissons d’élevage.

Et les scientifiques s’inquiètent des navires géants de pêche au krill envoyés par les Norvégiens, les Coréens, …. de véritables usines à vider les mers australes. Et il y plane d’autres menaces sur le krill….

Le krill, victime du réchauffement climatique

Le krill souffrirait des effets du changement climatique, en particulier de la fonte des glaces, support d’algues nourricières pour les larves de krill.
Developpement durable article

  • La nourriture du krill disparaît : les océans contiennent en 2010, 40 % de phytoplancton de moins qu’en 1950 (1)
  • La quantité de plancton végétal dans les océans diminue au rythme de 1 % par an (1)
  • Selon une estimation, la population de krill en Antarctique aurait baissé de 80 % depuis les années 70.
  • Toutefois les effets du réchauffement sur le krill sont encore mal connus (2)

La fonte des glaces menace le krill

La fonte des glaces a pour effet de rendre l’eau moins saline ce qui a pour conséquence que le phytoplancton qui se reproduit est plus petit et que le krill en consomme moins.

  • Une étude a montré que le krill a une influence sur l’effet de serre en séquestrant le dioxyde de carbone  : ces petits crustacés se
    porte à la surface des océans où ils mangent le phytoplancton, ingérant
    ainsi de grandes quantités de C02.
  • Pendant qu’il s’alimente, le krill plonge régulièrement à des grandes profondeur où il relâche le carbone.
  • Cette étude estime la quantité de C02 ainsi transférée au fond des océans par le krill à l’équivalent des émissions de C02 de 35 millions de voitures. (source : krillcount.org)

 

Le krill a connu son âge d’or

  • Il y a 200 ans, avec la chasse intensive aux phoques à la fin du 18ème et au début du 19ème siècle, le krill a prospéré.
  • L’essor de la chasse à la baleine a permis au krill de se reproduire encore plus.
  • La quasi disparition des manchots et des baleines aurait ainsi permis à 150 millions de tonnes de krill supplémentaires de se développer.

Developpement durable article
Photo : © Samuel Blanc / www.sblanc.com (1)

Par ailleurs, comme le poisson, surexploité, se raréfiait, les  manchots d’Adélie se sont alors tournés vers le krill pour se nourrir … c’était avant l’arrivée des Norvégiens.

*

3ème partie  : la bataille du krill
Developpement durable article

Je réagis

samuel-blanc-photographeSi vous voulez retrouver des photographies réalisées en Terre Adélie en Antarctique, visitez le site “Image d’ailleurs” de Samuel Blanc qui a fait un reportage d’octobre 2005 à février 2007, au cours d’un hivernage de 15 mois. Samuel est actuellement en Antarctique, retrouvez-le lors de sa prochaine conférence le 7 mars 2012 à Grenoble

(1) Revue Nature, juillet 2010
(2) Sur le krill et réchauffement climatique, vous pouvez consulter le document pdf en anglais de krillcount.org

Au sujet du krill et de la pêche au krill