Mode : vêtements et bijoux en papier

Mode : vêtements et bijoux en papier

La mode se passe rarement du papier. De l’idée au croquis griffonné, c’est à ce moment précis que des vêtements, des bijoux prennent forme. Bien qu’indispensable, le passage par le papier n’est qu’une étape dans le processus de création. Mais il devient de plus en plus une finalité.

Papier : de l’idée au vêtement

Journaux, magazines, courriers, sachets… Le papier est à peu près partout dans notre quotidien. Certaines politiques environnementales veulent qu’on l’économise (dispositif de dématérialisation des factures…), mais il n’empêche que le papier est encore fortement présent dans notre quotidien.

Aujourd’hui, le papier se recycle, mais il n’est pas rare que les Français se trompent de poubelle ou de voir des papiers traîner par terre. Le papier se dégrade alors, sans avoir été recyclé ni réemployé. Et pourquoi ne pas encourager le recyclage du papier dans le monde de la mode ?

Papier, robes éphémères…

Fragile, ne supportant pas l’humidité, se déchirant facilement : le papier n’est pas la matière à laquelle on pense automatiquement en matière de mode.

Pourtant, il est régulièrement choisi comme support premier d’expositions de mode. Les créations sont le plus souvent éphémères, mais cela démontre bien que le papier n’a pas de limite.

Robe d’un jour, pub toujours

La mode est un art éphémère et permanent à la fois. Alors que les tendances se font et se défont, l’imagination est toujours là, l’idée reste.

De nombreuses expositions rendent hommage à la mode éphémère et dévoilent des vêtements en papier que l’on pourrait presque porter, à l’image de l’exposition Paper Dress qui eu lieu en 2009 à Roubaix, avec Maison de mode. La même année avait lieu à Anvers l’exposition Paper Fashion, alors que le Musée de la mode de la ville étudiait les matières alternatives au tissu dans la mode.

La création papier sert également de faire-valoir à de grands couturiers et marques. Dans le cadre d’une campagne de sensibilisation annuelle autour du cancer du sein, une marque de papier toilette canadienne (Cashmere), demande à plusieurs couturiers et créateurs de concevoir de jolies vêtements en papier toilette. Des robes portées par des mannequins et photographiées, que l’on pourrait croire en tissu.

De son côté, et à l’occasion d’une rétrospective organisée en son nom à Montréal, Jean-Paul Gaultier a collaboré avec Libération pour un numéro spécial. Le but, rhabiller l’équipe du journal avec la matière première de leur métier : le papier.

Le résultat est réussi, visuel, impressionnant et artistique.

*

La suite p.2> Des accessoires de papier…