Maisons vertes : les projets se multiplient

Une maison verte ou écologique, c’est quoi ? On peut définir l’efficacité écologique comme la capacité d’un dispositif ou d’une habitation à être écologique pour un coût financier maîtrisé.

Les maisons écolo sont favorisées

Une maison est dite écologique lorsqu’elle est construite avec des matériaux naturels et sains, et que son fonctionnement nuit pas ou très peu à l’environnement. On parle aussi beaucoup de maison autonome recherche de l’indépendance énergétique et à la gestion de l’eau en autonomie.

Les maisons écologiques sont de plus en plus nombreuses mais elles sont plus qu’une mode. L’habitat vert sort de la confidentialité, dopé par le label HQE. De niche pour militants engagés, la maison HQE devient un segment important du marché de la construction et de la rénovation.

Il y a aurait de 7 000 à 9 000 maisons écologiques construites chaque année en France. On estime généralement que faire construire une maison écolo engendre un surcoût de 3 à 8 %, essentiellement dû au surcroît de main-d’oeuvre et au prix des matériaux, ou de la domotique. Cela n’empêche pas les projets de se multiplier, parfois à une échelle délirante.

  • Cette maison, construite il y a dix ans environ, est souvent citée comme exemple de maison solaire. Elle se révèle très performante et très confortable.

 

On peut diminuer les consommations d’énergie de 90 % si on utilise tous les savoir faire disponibles aujourd’hui. C’est ce qui a motivé l’élaboration de quartiers entiers, comme BEDZED près de Londres (Beddington Zero Fossil Energy Development) qui vise à être neutre en émission carbone. Sa consommation électrique ne dépasse pas 40 % d’un quartier équivalent « normal ».

Le concepteur de Bedzed , Bill Dunster, a resserré les liens entre l’habitat, les commerces et les bureaux, qu’il a volontairement mélangés. Cette conception urbain aurait pour avantage de satisfaire les besoins en logements des Britanniques d’ici à 2016. Le but est de ne construire que sur les terrains à bâtir, sans empiéter sur les espaces agricoles ou naturels.

 

  • La maison ci-dessous est un exemple d’habitation fonctionnant de manière 100 % autonome et propre grâce à l’utilisation de l’eau de pluie, de l’énergie éolienne et, bien sûr, solaire. Elaborée par l’architecte anglais Bill Dunster, cette maison a reçu un prix et vise à être entièrement « durable » (sustainable, en anglais).

L’architecte français Jacques Ferrier a imaginé un projet de tour « hypergreen » polycentrique (norme HQE et écologique) haute d’environ 250m pour le groupe Lafarge : ventilation naturelle, électricité solaire, … tout est fait pour minimiser l’emploi d’énergie (70 % de moins). Ce projet a notamment été envisagé à Shangaï.

    On remarque l’espace disponible pour des jardins entre la façade et les espaces intérieurs.

    On en a déjà parlé, après avoir réalisé quelques projet d’architecture durable – qui vont au delà des règles de HQE – comme la Green Library à Berlin à Berlin, ou encore l’Entertainment Center au Kazakhstan.

     

     

    L’architecte Norma Foster passe sur une autre échelle et imagine une ville 0 impact à Abu Dhabi .

    Le projet Masdar à Abu Dhabi, la première ville au monde qui pourrait se vanter d’être 0 carbone et 0 déchets. Cette cité de 6 millions de m² a été demandée par l’ Abu Dhabi Future Energy Company et abriterait leur siège, ainsi qu’une université dévouée aux nouvelles idées concernant la production d’énergie.

     

    Domespace : les maisons en bois

    C’est une maison en bois, matériau recyclable qui capture le CO2 et qui utilise des composants écologiquement corrects. C’est une maison intelligente : parce qu’elle tourne pour mieux suivre la course du soleil mais aussi car elle intègre la domotique, qu’elle, est anti-sismique, anti-cyclonique, limite la radioactivité.

    La maison de la gamme Harmonique est surélevée, à l’abri des remontées d’humidité ou des inondations.

    Même les Chinois s’y mettent avec la ville verte de Dongtan

    La Chine doit construire 400 villes nouvelles d’ici à 2020 pour faire face à son urbanisation accélérée qui l’oblige à loger 300 millions de ruraux. Pékin va donc tester à Dongtan une nouvelle approche d’urbanisme. Une « cité verte » qui devra recycler l’énergie et l’eau et pourra accueillir 500 000 habitants en 2040. Cette ville écologique devra être réalisée pour l’Exposition universelle de 2010.

    >>>Lire la suite Maisons vertes : les projets se multiplient (2)

    Lire également