Jardinage : la méthode Fukuoka

Jardinage : la méthode Fukuoka

Masanobu Fukuoka, vous connaissez ? Japonais et microbiologiste, cet homme a développé un mode de culture naturelle, en totale harmonie avec la Terre et ses éléments.

La méthode Fukuoka : pas d’intrants et peu d’intervention

Microbiologiste à l’origine, Masanobu Fukuoka s’est très vite rendu compte des limites de l’agriculture scientifique, pratiquée à grands renforts d’intrants chimiques et d’opérations mécaniques.

Dès lors, il s’emploie à développer une autre forme d’agriculture, naturelle, en accord avec ses racines spirituelles, cherchant à réconcilier l’Homme et la Nature. Selon lui, la Nature n’a pas besoin de l’Homme pour s’épanouir. Ainsi, pour nourrir les populations, l’Homme n’a pas besoin d’avoir recours à des produits chimiques ou des interventions importantes, il n’a qu’à respecter le rythme de la nature, y être attentif et intervenir le moins possible.

Selon son raisonnement, la nourriture issue de l’agriculture, du jardinage doit être produite sans intervention de l’Homme, réduisant ainsi le coût de la production et le coût des produits.

La Révolution d’un seul brin de paille

Grâce à l’étonnante simplicité et logique de sa méthode, Masanobu Fukuoka acquiert une renommée internationale. Avec son ouvrage, La Révolution d’un seul brin de paille, il inspire et notamment Bill Mollison et David Holmgren qui ont développé la permaculture.

Dans son ouvrage, il développe sa méthode : “[…] répandre de la paille est le fondement de ma méthode pour faire pousser le riz et les céréales d’hiver. C’est en relation avec tout, avec la fertilité, la germination, les mauvaises herbes, la protection contre les moineaux, l’irrigation. Concrètement et théoriquement, l’utilisation de la paille en agriculture est un point crucial. Il me semble que c’est quelque chose que je ne peux faire comprendre aux gens.

Les principes essentiels de la méthode Fukuoka

La méthode Fukuoka repose sur des principes sur lesquels il ne transige pas :

1. Aucun fertilisant. Que ce soit des fertilisants chimiques ou naturels (comme le compost par exemple), la méthode Fukuoka ne les utilise pas. Pour que les sols soient toujours fertiles, il recommande l’usage de la paille en couverture des sols ou des légumineuses qui formeront une sorte de tapis comme le trèfle blanc. Le fumier de volaille est toléré.

2.  Ne pas cultiver. Selon la méthode Fukuoka, la terre n’a pas besoin d’être cultivée. C’est-à-dire qu’elle n’a pas besoin d’être labourée, retournée, travaillée. Pour Masanobu Fukuoka, la terre se suffit à elle même, notamment grâce à l’activité des micro-organismes.

3. Tu ne désherberas point. Tout comme la terre n’a pas besoin d’être travaillée selon la méthode Fukuoka, elle n’a pas besoin d’être désherbée de quelque façon. Pour Masanobu Fukuoka, ce que l’on appelle “mauvaises plantes” sont en réalité des organismes contribuant à la fertilité des sols. Il faut les contrôler sans les éradiquer.

4. Aucun produit chimique. Ils sont complètement interdits dans cette méthode. La seule chose que Masanobu Fukuoka utilise, c’est un mélange d’huile servant à limiter l’impact de la cochenille sur les cultures.

Finalement, la méthode Masanobu Fukuoka est simple : oubliez les “progrès” de l’agriculture et faites confiance à la terre et ce qu’elle nous apporte depuis des milliers d’années. La base de la méthode : observer, apprendre de la terre pour pouvoir planter, récolter, faire pousser au bon moment.

*

Je réagis

Pour aller plus loin :