S’installer dans un écovillage, une idée folle ?

S'installer dans un écovillage, une idée folle ?
Réagissez :
Donnez votre avis
Partagez :

On les appelle écovillages, écolieux, écohameaux. Parfois, on les orthographie éco-villages, éco-lieux et éco-hameaux. Quels que soient le terme utilisé et l’orthographe, on désigne la même chose : une agglomération rurale ou urbaine qui vise l’autosuffisance. Dans ce lieu, c’est l’humain que l’on place au centre et que l’on souhaite en harmonie avec son environnement. Le principe de base est de ne pas prendre à la terre ce qu’on ne peut lui rendre. Au-delà de la théorie, vivre dans un écovillage est-il réalisable ? S’agit-il d’une utopie ?

Qu’est-ce qu’un écovillage ?

Ecovillage©patrick lazic

Ecovillage©patrick lazic

Un écovillage se caractérise par un mode de vie prenant en compte les dimensions environnementale, socio-économique et culturelle.

Robert Gilman, spécialiste du sujet définit l’écovillage de la manière suivante : « Un écovillage est un établissement humain intentionnel, urbain ou rural réalisé à échelle humaine disposant de toutes les fonctions nécessaires à la vie, dans lequel les activités s’intègrent sans dommage à l’environnement naturel tout en soutenant le développement harmonieux des habitants. C’est un lieu où les initiatives se prennent de façon décentralisée – selon les principes de la démocratie participative – et de manière à pouvoir se prolonger avec succès dans un futur indéfini. »

Ce mode de vie écologique, solidaire et responsable se traduit de différentes manières :

  • Un mode de production et de consommation biologique ;
  • des habitats qui privilégient les écomatériaux et les énergies renouvelables, visant l’autonomie énergétique ;
  • une gestion des ressources et des déchets optimale ;
  • la mise en place de systèmes d’échanges et d’entraide ;
  • des décisions prises de manière collégiale ;
  • une vie en communauté, avec la création d’activités économiques, sociales et culturelles communes, en accord avec une vision éthique ;
  • un mode de vie basé sur la sobriété volontaire ;
  • etc.

Les écovillages ne se limitent donc pas à l’écohabitat. Ils deviennent des solutions concrètes à un mode de vie plus durable et moins individualiste. Ils encouragent également une diminution des écarts sociaux.

Les écovillages peuvent être très différents. On trouve des écovillages isolés en campagne mais ils peuvent être aussi des parties de villages déjà existants, voire des quartiers de grandes agglomérations. Quels qu’ils soient, ils ont les mêmes objectifs et les mêmes valeurs :

  • autonomie
  • convivialité
  • ouverture
  • respect
  • solidarité
  • liberté de croyance individuelle

Les écovillages n’imposent aucune orientation religieuse, culturelle ou politique.

*

> suite : L’histoire des écovillages

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail


6 commentaires Donnez votre avis
  1. En parler c’ est bien mais donner la liste des éco-villages au moins en France complèterai cet article.

  2. Le sujet est bon mais attention de vérifier les lieux dont vous parlez !! Fondale en Corse….J’y suis passée….Une catastrophe …Pas du tout ce que le site indique ni la personne au téléphone d’ailleurs….Les projets présentés par Fondale ne peuvent pas avoir lieu puisque l’occupant occupe illégalement ces lieux . La propriétaire a entamé le necessaire pour qu’il parte. Les deux seules cabanes sont insalubres et les wwc à air libre et à la vue de tous…On vus y fait bcp bosser et aucune excursion , visite promise n’est effectuée. Attention à ce lieu , danger , mensonges et très malsain. Merci de choisir un autre exemple .

    • Bonjour,

      Je suis animateur d’un groupe de jeune et nous comptons aller passer 2 semaines à l’écolieu de Fondale en Corse durant les vacances au mois de Juillet.

      Nous sommes habitués aux conditions précaires : dormir sous tente, pas de toilettes, … Mais par contre, après avoir lu vos commentaires sur l’association, je m’interroge sur l’ambiance qui règne sur le lieu. Pouvez-vous me donner plus d’informations à ce sujet, svp ?

      Merci beaucoup,

      Romain (rknapen@msn.com)

  3. Vous avez des vieux dépendants dans votre village?

  4. A l’échelle planétaire ce serai merveilleux ! Merci pour cet article

  5. Votre article est très bien écrit et documenté. Il faut ajouter qu’il existe de plus en plus de projets en ville on les appelle « habitat groupé participatif » ou « coopérative d’habitants » ils fonctionnent sur les mêmes bases que les écovillages, par contre la production horticole est plus restreinte. babelouest

    Le Village Vertical à Villeurbanne, les Zécobâtisseurs site
    (projet achevé en 2011) et CaenMêmeToit à Caen (en cours) http:// caenmemetoit.c.la/ et bien d’autres à Rennes, Brest, Strasbourg, Lille etc.

    Ces associations marchent en fait au bon sens : pourquoi gaspiller des calories polluantes, du temps, de l’énergie, de l’argent seul alors qu’en groupe c’est plus efficace. On ne revient pas bien sûr au kolkhoze, la devise est « vivre ensemble chacun chez soi » mais prendre en main la gestion de l’immeuble, partager quelques services et loisirs, un jardin, des voitures ou un garage à vélos c’est facile avec un minimum de motivation. Et on crée sur le projet et souvent au delà dans le voisinage un lien social fort, la chose qui nous manque le plus aujourd’hui.

Moi aussi je donne mon avis