L’environnement en Europe va-t-il mieux ? Bilan complet

L'environnement en Europe va-t-il mieux ? Bilan complet

Tous les cinq ans, l’Agence européenne de l’environnement (AEE) publie un rapport très complet sur l’état écologique en Europe. ConsoGlobe s’est plongé dans ce rapport de plusieurs centaines de pages pour vous en apporter un résumé succinct : les domaines qui vont mieux, ceux qui au contraire se dégradent. Avec un constat global : peu de domaines se sont améliorés depuis le rapport précédent, de 2010.

Environnement en Europe : ce qui va mieux

  • Eau douce : la qualité s’est améliorée ces dernières années. Toutefois, le « bon état écologique » visé pour 2015 ne sera probablement pas atteint pour la moitié des masses d’eau douce européennes. La qualité de l’eau potable et des eaux de baignade s’est aussi globalement améliorée.
  • Surpêche : celle-ci a été réduite dans l’océan Atlantique et en mer Baltique.
  • Agriculture biologique : 6 % des surfaces agricoles européennes ont été utilisées pour l’agriculture biologique en 2012. La surface de l’agriculture biologique a augmenté, avec l’augmentation de consommation des produits bio en France.
  • Ressources : leur consommation à l’intérieur de l’Europe est passée de 16,7 tonnes par personne en 2007 à 13,7  en 2012. La cause en est toutefois en partie négative, puisque l’effondrement de l’industrie du BTP dans plusieurs pays européens explique cette diminution pour une bonne part.
  • Déchets : leur gestion s’est améliorée ces dernières années, avec une diminution des quantités produites et envoyées en décharge. Les taux de recyclage ont augmenté et les taux de mise en décharge ont diminué presque partout. Le taux de recyclage moyen des pays de l’AEE a ainsi progressé de 22 % en 2004 à 29 % en 2012.
recyclage du verre plastique rincer les emballages

Le recyclage et la réutilisation ont augmenté

  •  Gaz à effet de serre : leurs émissions ont diminué au sein de l’Union européenne de 19 % depuis 1990, ainsi que la consommation de carburants fossiles, malgré une augmentation de 45 % de l’activité économique. Toutefois, la cause en est en partie la délocalisation des activités industrielles en dehors de l’Europe, et en partie les difficultés économiques des dernières années. Cette diminution ne prend pas non plus en compte l’augmentation des émissions importées dans les produits manufacturés en dehors de l’Europe.
  • Industries de l’environnement : ce secteur a cru de moitié entre 2000 et 2011. C’est l’un des rares secteurs à avoir prospéré en termes de revenus et d’emplois depuis la crise financière de 2008.

Ce qui va moins bien

  • Produits chimiques : ceux-ci sont de plus en plus utilisés, notamment dans les produits de consommation, sont associés à une augmentation observée des maladies et troubles endocriniens chez l’être humain.
  • Biodiversité : la perte se poursuit. 60 % des évaluations faites pour les espèces protégées au titre des Directives sur la Nature indiquent un état de conservation défavorable. C’est le cas pour et 77 % des habitats. L’Europe ne réussira pas à mettre un terme à la perte de biodiversité d’ici 2020, les facteurs gouvernant la perte de biodiversité étant toujours à l’oeuvre.

loutre-nature-environnement-animal-protection-00-ban

  • Biodiversité marine et côtière : l’état de celle-ci est particulièrement préoccupant, du fait des dommages causés aux fonds marins, de la pollution, des espèces exotiques envahissantes et de l’acidification des océans.
  • Surpêche en Méditerranée : 91 % des stocks évalués en 2014 en Méditerranée étaient surpêchés.
  • Sols et terres continuent de se dégrader.

Dans son évaluation, l’Agence européenne de l’environnement en conclut :

« La réduction des pressions environnementales associée à une meilleure utilisation des ressources ne s’est pas encore traduite par une réduction suffisante des impacts environnementaux ou une plus grande résilience des écosystèmes. Par exemple, même si la pollution de l’eau diminue, il n’est pas prévu que la majorité des masses d’eau fraîche dans toute l’Europe atteigne un bon état écologique en 2015. De plus, la perspective de long terme est moins positive dans plusieurs cas que les tendances récentes ne le laissent penser. »

environnement-ressources-europe-tendances-environnementales

Le rapport complet peut être consulté ici.